Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 18:22
LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG
LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG

~~Samedi 24 octobre 2015,

Le temps s'annonce aux couleurs de la vie, un jour sans, un jour avec... le ciel couvert de lourds nuages parfois très sombres se fait menaçant. Cette nuit une grosse averse m'a réveillée.

Maurice se lève après une bonne nuit et se sent en forme (relative comme on peut l'être avec autant de pathologies sévères !). Comme chaque matin, il commence par faire griller les tranches de pain avant l'arrivée de l'infirmière... mais déjà Maud frappe à la porte.

Pendant ce temps, je file afin ouvrir le pondoir aux poules. Je fais une chute dans l'enclos et Aig (Aik) me regarde la tête basse, le regard attristé. Évidemment je ne peux plus me relever, heureusement j'ai mes béquilles mais elles sont insuffisantes à m'aider... je n'ai pas la force musculaire sur mes bras et sur mes jambes pour me relever.

Maurice en soin avec l'infirmière, je dois me débrouiller seule. Je me cramponne à un piquet et je galère un long moment avant de parvenir de remonter une jambe, puis l'autre sans l'aide de mes bras qui enserrent le pieu. À un moment je pense être obligée d'attendre de l'aide, mais je puise dans ma volonté pour m'en sortir. Ouf, j'ai les genoux écorchés mais ils ont l'habitude d'amortir les chocs depuis près de soixante dix ans... d'ailleurs ils possèdent deux coussins avec deux gros hématomes enquistés qui amortissent les coups. Le plus dur c'est lorsque je tombe sur la tête comme ces dernières années... j'ai peur maintenant après avoir vu les problèmes si graves arrivés à Maurice qui l'ont amené à subir une double trépanation du cerveau... à la suite d'hémorragies cérébrales dues à de très nombreuses chutes sur la tête suite au Plavix qui l'a rendu hémophile et au Zanidip pour la tension (tension en yoyo favorisé par le syndrome de Parkinson !). Tension qui ne doit pas être trop baissée car il court le risque d'un manque d'irrigation au cerveau !

Bon, je finis par ouvrir le pondoir et il était temps car déjà une poule monte empressée. Je rentre toute salie de mon aventure. J'en serai quitte pour tout mettre au lave-linge.

Nous déjeunons. Une fois prêts nous partons faire le plein de carburant car pour faire plaisir à mon époux nous irons faire un tour à la brocante cet après-midi à Plozevet et demain à Plouhinec.

Hier j'ai reçu un courriel d'excuses de la part du Centre EDF ! ! !

Je réchauffe une partie du plat préparé hier, courgettes du jardin, tomates et poivrons farcis avec un peu de riz. Un pur régal !

Aujourd'hui se déroule la Cérémonie solennelle de la Remise des Prix des Poésiades de Moulins. J'aurai bien dû aller chercher mon 1er Prix du Conte, mon 3ème Prix de la Nouvelle et mon Prix de Poésie Libre. C'est loin et Maurice ne peut plus m'y conduire. Enfin, j'ai reçu les diplômes par la poste et je vais recevoir des livres en cadeaux. Quelle belle consolation pour moi !

Nous faisons un tour à la brocante et je dégote un bureau à très bas prix qui remplacera avantageusement le petit meuble peu solide qui soutient l'imprimante. Celui-ci est plus grand et très costaud. De plus, je vais pouvoir écrire sans être obligée de me répandre sur la table de la salle à manger, mon bureau étant occupé par l'ordinateur et tous mes dvd... un très beau bureau qui appartenait à deux générations d'écrivains bretons... quel bonheur et quelle fierté de penser que je prends la suite !

Ce soir, nous entendons la nouvelle sonnette pour la première fois avec sa douce musique : nous n'y sommes pas encore accoutumés. Je sors pour accueillir un couple. Ils viennent acheter des contes pour les petits-enfants de leurs amis. Eux n'en ont pas encore. Nous échangeons un long moment et bien entendu la conteuse qui sommeille en moi se met à parler sans discontinuer pendant plus d'une heure relatant les mystères de la Légende Arthurienne. Ces personnes paraissent ravies, enchantées de leurs achats aussi. Moi, je suis aux anges... depuis que je ne peux plus fréquenter les Salons du Livre la chute de la vente de mes livres se manifeste depuis deux ans. Fort heureusement la biscuiterie de la Pointe du Raz les vend pour moi et mes amis Delphine et Alain les proposent aussi dans leur magasin de gourmandises... comme quoi la nourriture du corps peut faire bon ménage avec la nourriture de l'esprit tout aussi indispensable !... Du coup cela nous a permis de rééditer le premier tome de ma saga qui nous faisait cruellement défaut pour nos lecteurs passionnés. Bon, mais ce fut un moment d'échange magique ici en ce lieu au bout de la terre si touristique... dernière maison avant l'Amérique !

La nuit tombe... demain nous prenons l'heure d'hiver, il fera moins sombre au lever...

Dimanche 25 octobre 2015,

Nous changeons d'heure et maintenant il fait jour à huit heures au lieu de la nuit noire. Le soleil se lève, le ciel se dégage et devient bleu pur mais il fait frais.

Nous nous préparons pour sortir à la brocante d'Audierne. Dès que Maud nous quitte, nous filons. Nous allons certainement revoir Danielle et nous sommes contents finalement de faire un tour.

Dès l'entrée je remarque de fort grosses et belles châtaignes et du coup nous en prenons un kilo à prix abordable car ici ces fruits sont un véritable luxe.

Nous ne trouvons rien sauf deux vieux livres de 'Crimes et Châtiments', un dvd de Barbara (que j'aimais tant). Maurice se fait plaisir en s'offrant une nouvelle canne à pêche avec son moulinet ultra solide... mais la pêche devient un rêve impossible ! Nous repérons deux beaux objets de déco, leur prix nous y fait renoncer. Nous prenons un café avec notre amie Danielle et nous sommes heureux de discuter et de prendre des nouvelles de Jean-Yves. À la sortie, je me laisse tenter par deux plantes : un Gunnera et une plante grasse à la floraison spectaculaire.

Nous rentrons. Maurice à repérer un tas de sable pour les poules sur le parking mais il n'a pas de seau. Tant pis, ce sera à la prochaine occasion.

Nous pénétrons chez nous. Maurice range sa gaule et sort les plantes. Moi, je vais au pondoir où je découvre deux œufs... notre troisième poule est en rade de deux jours. Je cherche Aig qui ne répond pas à mes appels. Soudain je panique, je l'aperçois qui ne bouge plus sur l'estrade allongée en plein soleil... d'un coup, je me dis :

-Elle est morte !

Et je vais effrayer Maurice en lui criant que la chèvre ne bouge plus !

-Mais elle dort ! ! ! hurle-t-il.

C'est vrai, la voilà réveillée sur ses pattes à se demander ce qui peut bien me piquer et elle bêle furieusement. Comme je rentre dans l'enclos leur dire bonjour Aig s'approche et commence les jeux !

Maurice devant le grand beau temps prend envie de faire un tour à la pêche. Pour lui faire plaisir, j'irai avec lui. Nous mangerons tôt, la pleine mer est à quatorze heures quinze. Je fais vite réchauffer le repas que j'avais préparé la veille : un bon gratin de potimarron dans lequel j'avais introduit crème fraîche, œuf, et ajouté une décoction de fondue de poireaux aux petits lardons... Maurice se régale.

Une fois terminé nous partons mais il veut refaire un tour à la brocante car il a vu des potimarrons. Manque de pot ils sont trop chers... mais il a amené un seau et il peut prendre un peu de sable.

Nous partons en direction de Douarnénez. Nous nous installons sur le quai du port de pêche en plein soleil mais des nuages blancs flânent nonchalamment. Leur ombre nous refroidit. Maurice est très vite fatigué et... rien ne mord... tous les pêcheurs sont bredouilles. Il sue abondamment du fait de ses remèdes et je m'inquiète qu'il ne prenne froid. Lui ne se sent pas du tout en forme... il serait mieux dans son relax à la maison là où il passe ses nuits depuis un an.

Nous quittons le quai à quatorze heures trente. Auparavant, il m'avait demandé de faire le grand tour du port de pêche et aussi celui de plaisance afin d'aller me renseigner auprès des pêcheurs. Lorsque je suis arrivée sur l'autre bassin, il se trouvait barricadé, fermé à la population, en travaux de réfection de la digue... je ne risquais pas d'y trouver un pêcheur... et sur le grand bassin ils étaient bredouilles.

Maurice se demande pourquoi ce voyage jusqu'ici pour rien et si peu de temps... il se sent littéralement épuisé... il décline chaque jour un peu plus et très vite. Il a hâte de rentrer et de se mettre en pyjama dans son fauteuil où il sait qu'il va s'endormir... il se plaint de ne plus tenir le choc ! Il s'endort devant la télévision.

À dix-neuf heures nous soupons et il se rendort aussitôt. Ça ne va pas fort et il se plaint de souffrir de nouveau de sa prostate depuis ce matin comme depuis trois jours... son mal de dents le reprend aussi... sa tête semble le laisser tranquille.

Le soir tombe vite... et le vent se lève pour siffler et mugir depuis vingt-deux heures pour forcir de plus en plus dans la nuit... il s'engouffre de partout...

Lundi 26 octobre 2015,

Le vent a mugi toute la nuit pour se calmer vers quatre heures. Maurice se réveille peu enclin à faire quoi que ce soit... il souffre de partout et les battements de son cœur sont élevés par rapport à sa moyenne de 42 il se trouve à 90 et 16, 7 de tension, mais chaque jour change, il fait le yoyo avec tout (tension, pulsations cardiaques, oxygénation), c'est un OVNI !

Nous préparons le déjeuner, il fait le pain grillé, et moi le café. Véronique M. ne va pas tarder et Béatrice reprend son service après huit jours en Irlande... un de mes rêves fous !... Mais ce ne sera plus pour nous à présent !

Une fois prêts, Maurice va sortir les branches de haie contenues dans l'enclos aux chèvres puis il rentre en nage pour se changer, le vent nordet souffle et nous refroidit jusqu'aux os... ce n'est pas le moment qu'il prenne un refroidissement par-dessus le marché ! Moi, je vais chercher du maïs pour le donner à nos biquettes, qui ce matin nous appellent à fendre l'âme... elles n'aiment pas le vent et détestent la pluie. Il tombe une petite averse ce matin.

Lorsque j'arrive la pluie a cessé et je remplis leur auge de ce bon grain. Elles en raffolent ! Bien entendu Aig se met aussitôt en position de jeu et me fait des minauderies à n'en plus finir. Les poules courent et se jettent sur la nourriture. Au bout d'un moment, sept pigeons volent et se posent dans le pré, trop gourmands ils picorent à grande vitesse le grain que je viens de jeter aux poules... une vraie basse-cour.

Maurice trouve un peu de force pour accrocher quelques tableaux que nous avons dû déménager du fait que nous avons rajouter nos petites bibliothèques. Il va aussi clouer à la porte de la cabane le tableau de tête de chèvre qu'il a peint... bientôt nous allons finir par exposer une galerie dans le jardin !

Pour midi, je réchauffe une part du gratin d'hier et je fais du cabillaud à la crème avec quelques anneaux d'encornets.

L'après-midi, épuisés, nous terminons sur nos fauteuils au salon et comme je m'endors, je file au lit.

Ce soir, Maurice terriblement fatigué avec le déclin de ses forces et les douleurs de tous ordres dort de plus en plus.

Je reste un peu sur l'ordinateur... il pleut...

LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG

~~Mercredi 28 octobre 2015,

Aujourd'hui nous aurions dû rester au lit ! Maurice va mal... il souffre de sa prostate, de la tête, des dents, sa tension est faible, son pouls trop rapide, il a de la fièvre, il respire mal... tout fait le yoyo chaque jour.

Béatrice passe aux soins de Maurice. Elle soigne aussi mes pieds et applique une crème sur mes membres desséchés par la maladie de Charcot Marie Tooth 1A.

Rien n'existe pour calmer mes douleurs intenses dans tout le corps sauf : être plongée dans l'eau... j'ai souffert toute ma vie, dix fois plus depuis 2003 en crise évolutive que rien ne peut soulager... alors, je passe outre en écrivant mais la douleur me mine. Pourtant je n'ai pas le choix, je dois avancer et continuer sur ma voie, poursuivre mes rêves bien chancelants en ce moment.

J'ai écrit au Chef de Centre EDF pour expliquer que ses services nous harcèlent depuis le mois de juillet afin de nous faire payer une grosse note dont ils viennent de réaliser l'importance et qu'ils ne veulent pas mensualiser !... Et dont, sous la pression, les menaces, le chantage, nous avons déjà payer plus des trois quarts !

J'ai en même temps alerter le Président de la République sur les méthodes fascistes employées par ce trust industriel.

Nous les avions prévenus mais au lieu d'accepter une mensualisation, ils ont préféré nous harceler par tous les moyens, avec des employés différents au téléphone, par courriels, SMS, coups de fil, lettres, menaces, chantage à la coupure, et agent à la porte de la maison.

Fort heureusement j'ai pu présenter ma lettre accompagnée d'un chèque de quatre cents euros et un certificat médical à cet agent... mais les SMS, les courriels (dont un répandu en excuses) les coups de téléphone ont repris.

Ce matin alors que je fais un courrier aux impôts pour la taxe d'habitation dont les services ont continué à prélever les échéances sur la Loire et dont il faudrait maintenant régulariser sur Rennes, je reçois un coup de fil de... EDF.

Alors là, j'explose, je n'en peux plus, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. En colère, je demande si j'ai affaire au Chef de Centre, évidemment non ! Bon, je déverse sur cette personne qui semble pour une fois, fort aimable, toutes mes doléances... et trop irritée, je le passe à mon pauvre Maurice qui lui n'a sûrement plus besoin de ça... des contrariétés à n'en plus finir !

Alors comme par magie, le problème se règle soudain... ma lettre à fait son effet sans nul doute !

Pour EDF il faut un RIB et nous sommes en plein changement bancaire. L'employé qui s'occupe de notre dossier depuis plus d'un mois a disparu... parti en vacances ! Eh bien ça commence sous les meilleurs auspices !

Là-dessus l'adjoint au maire m'appelle. Je lui redemande son nom car, sur le moment je ne sais plus à qui j'ai affaire. Il me dit que nous allons recevoir un dossier et aussi un papier médical à faire remplir par le médecin, ceci afin d'éviter les coupures de courant pour une personne sous respirateur et parfois sous extracteur d'oxygène... bien, nous verrons si cela sera pris ou non en compte par les uns et les autres. L'adjoint me dit de tenir la mairie au courant de la suite qui sera donnée au dossier.

Bien, après avoir terminé mes quatre lettres au Centre d'encaissement des Finances de la Loire, de Rennes, de Douarnénez et de Pont-Croix, libérée, je vais enfin pouvoir préparer le repas et ensuite aller prendre l'air car là, j'ai mon compte pour la journée !

Après le repas, je vais m'occuper de mes petites biquettes et de mes poules, ce qui a le mérite de me calmer et de me remettre les idées en place.

Maurice de son côté est en pleine souffrance respiratoire.

La journée s'achève avec l'arrivée du fournisseur du respirateur qui nous apporte un masque de rechange qu'il n'avait pas lors de sa visite il y a une semaine ; de Béatrice et deux de ses enfants à qui j'ai donné mon ancien bureau pour son garçon et qu'ils emportent ; et la visite d' Éliane qui vient passer un moment avec nous autour d'un café.

Ce soir, Maurice va un peu mieux et j'ai fini par décompresser...

La nuit s'étend sur la lande... là où finit la terre.

Jeudi 29 octobre 2015,

Maurice ne parvient plus à remonter la pente... les effets secondaires de la cortisone et de la morphine le désespèrent... il fond littéralement comme une motte de beurre en plein soleil et il est à bout de forces. Il se voit décliner, dormir de plus en plus... mal, vraiment très mal.

Cependant depuis quelques jours, il consacre ses maigres forces à peindre avec des tons acryliques un somptueux dragon recto, verso sur une belle planche de bois afin de le fixer à cheval sur la haie et qu'il puisse tourner au vent.

Nelly arrive pour prendre son service... je lui demande de bien vouloir nous faire des tartes aux pommes sans sucre, avec celles qui nous restent au garage. Ce à quoi elle s'emploie avec génie.

Puis Béatrice vient à son tour pour nos soins. Dans la salle de bains, je lui parle du harcèlement d'EDF durant quatre mois et elle m'explique qu'il lui est arrivée la même mésaventure et EDF lui a fait une mensualisation du retard avec sa consommation courante.

Ce que nous nous sommes exténués à leur expliquer sans aucun succès ! C'est à croire que nous gravement malades et handicapés nous devons tout subir !... Alors que nous serions en droit de recevoir quelques égards, pourquoi ce que l'on applique aux uns ne pourrait-il pas s'appliquer aux autres d'autant plus lorsque ceux-ci sont atteints par tant de maux ! Mais qui s'en soucie... même l'assistante sociale n'a pas été capable d'obtenir un résultat !

Enfin, maintenant après mon courrier et une lettre à la Présidence de la République, c'est magique, ils semblent vouloir nous entendre et trouver la solution (celle que nous voulions !), en attendant nous avons dû sortir des sommes folles pour avoir la paix, ne pas être coupés, c'est absolument indigne ! ! !

Et quand je pense que mon père et mes frères ont travaillé toute leur vie à EDF ! Bon, mais passons à autre chose. L'injustice et la connerie me font bouillir !

Mieux vaut penser à Maurice qui s'étiole lentement sous mes yeux... comment tout cela va-t-il finir et moi qui ne suis pas brillante non plus ?

Mes douleurs qui me coincent sont insupportables, elles n'ont jamais de fin et ce depuis tant d'années et mon diabète remonte violemment...

Le temps n'est pas folichon aujourd'hui. Le soleil a fait une timide apparition au milieu des nuages mais le ciel a fini par s'éclaircir.

Je m'occupe rapidement de nos animaux. Aig (Aik) me fait des câlins, elle se laisse gentiment caresser et ferme les yeux sous mes mains. Puis elle passe à ses jeux préférés... sous le nez de Froudenn dédaigneuse. Aig a été imprégnée par les hommes à sa naissance et elle garde cette familiarité incroyable. Elle se conduit comme un petit chien, accourt dès que je l'appelle, remue la queue, s'approche en penchant sa tête toutes cornes en avant pour jouer... trop mignonne ma petite chèvre naine ! Je lui donne un bisou sur son museau. Elle s'en montre ravie et attendrie.

Cet après-midi, nous nous sommes endormis et Maurice dort toujours victime de tous ses maux. Il s'énerve de ne plus pouvoir manger sans tout renverser sur sa grande serviette... tout son état maintenant l'exaspère.

Il est dix-huit heures... le jour s'éteint lentement sur la lande.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans LA MAISON DU BOUT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *Septembre 2013 à 2015, elle devient lauréate de 52 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'...
  • Contact

Recherche

Articles Récents