Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 20:34
LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG

~~Lundi 7 décembre 2015,

Le temps versatile tourne au gris foncé et s'éclaircit par instant d'un rayon de soleil.

Maurice, mal en point, prépare les tartines grillées, son visage toujours très enflé avec les deux hématomes qui s'élargissent sur le menton. Et le pire il souffre encore beaucoup de ses dents. Il augmente sa dose de morphine pour pouvoir tenir le choc de la nouvelle opération cet après-midi.

Pour ma part, toujours aussi nébuleuse le matin, bloquée dans mes douleurs qui nécessitent de porter mon corset et la minerve, j'oublie la prise de sang de ce matin. Tant pis, ce sera pour demain... à chaque jour suffit sa peine.

Nous déjeunons tôt. Le chauffeur du VSL arrive à treize heures pour nous prendre avec le fauteuil roulant manuel, comme à chaque fois. Nous ne sommes pas autonomes ce que je déteste par-dessus tout, mais avons-nous le choix ? Il existe si peu de taxis spécialisés en voitures capables de faire monter deux fauteuils électriques.

Nous arrivons et G. me conduit par le grand ascenseur jusque dans la chambre à deux lits, cependant que Maurice prend aussitôt le plus petit accompagné d'une hôtesse. Il se traîne sur ses jambes si douloureuses, heureusement il n'y a pas trop à marcher. Cela m'énerve de le voir souffrir mais il ne veut pas attendre que G. redescende le prendre avec le fauteuil. Comme on le sait, le mot 'attendre' n'existe pas dans son vocabulaire il est remplacé par 'aussitôt' !

Bref nous voilà parvenus à quatorze heures dans la chambre et un infirmier nous apporte des papiers à remplir et la chemise des condamnés. Nous devons nous déshabiller. Nous avons pris une douche à la bétadine hier soir et encore une ce matin... on peut dire que l'on est aseptisés !

L'infirmier nous met trois sortes de gouttes, une antiseptique, une pour endormir l'œil et une troisième dont je ne me souviens plus son usage, et ce trois fois toutes les quinze minutes. Nous attendons encore jusqu'à seize heures, l'instant où l'on vient me chercher. Je rouspète un peu en disant qu'il faudrait que ce soit mon époux qui passe le premier... il est tellement, tellement fatigué. Mais non, la secrétaire a fait l'enregistrement ainsi et l'on ne peut rien y changer. Mince alors, Maurice va devoir encore attendre un sacré moment ! J'ai mal pour lui.

Me voilà transportée au bloc, les infirmiers ouvrent le sas et me font glisser sur un brancard... ma bête noire car je souffre comme une damnée sur ces foutus engins ! J'attends encore un peu devant la salle d' op.

Une infirmière se présente à moi en me disant que c'est elle qui sera près de moi pendant l'intervention, elle me couvre de draps puis elle me baigne l'œil avec un produit pour l' endormir un bon coup. Finalement, on vient me chercher.

L'infirmière arrose à nouveau copieusement mon œil avec de l'eau puis un autre produit désinfectant. Elle me passe un caoutchouc pour enserrer la tête, fixée ainsi, elle ne peut plus bouger.

Deux soignantes se trouvent dans la pièce qui discutent entre elles. Je leur recommande de faire très attention à la tête de Maurice, je pense à ce qu'il risque de souffrir avec un pareil lien sur son crâne devenu si sensible.

Une des deux personnes me ferme l'œil gauche avec une coquille et colle ma paupière droite avec un scotch. Elle me passe un coton de bétadine autour de l'œil droit. Puis, elle me pose une camisole sur la tête avec un tuyau pour faire passer l'air et un trou ouvert sur l'œil qui sera opéré. Elle me repasse un coton de bétadine.

Arrive le chirurgien paré. Il me dit qu'il tremble, je lui souhaite de ne pas trembler autant que mon mari. Il s'approche avec son matériel. Il pratique une minuscule incision. Il m'explique toutes ses manipulations et parfois il me fait rire ce qui a pour effet de faire décoller le scotch, donc très vite j'arrête de sourire. Il découpe le dessus du cristallin. Je sens très bien cet acte chirurgical, puis il dépose une minuscule lentille comme une puce dans le cristallin. Voilà c'est fini, vive la microchirurgie !

C'est au tour de Maurice qui poireaute dans le couloir. Il entend ma voix et se dit que je vais sortir. Je l'entends aussi sans le voir... on se croise. Je repars et lui il entre.

Une infirmière me ramène en fauteuil dans la chambre. Elle m'apporte de l'eau et un verre et me demande si je veux un thé ou un café. J'accepte un thé avec un immense plaisir... cela m'a tout de même un peu bousculée et je reste un bon moment étendue sur le lit car je souffre énormément de partout et surtout dans le dos, les épaules, les cervicales, de mes crises habituelles soudain ravivées.

Une boisson me fait le plus grand bien. Du coup, je me rhabille lentement avec mille précautions pour ne pas tomber.

Maurice revient au bout d'un moment ravi d'avoir recouvré la vue de loin ce qu'il ne connaissait pas depuis l'âge de quatre ans. Le plus beau c'est que le chirurgien lui a promis de recouvrer la vue de son œil gauche aveugle depuis sa naissance. Il n'en revient pas, il ne porte plus ses lunettes de myope. Il devra cependant porter des lunettes pour lire. Heureux comme un fou, il m'explique que dès l'opération terminée il a pu lire la marque de l'appareil au-dessus de lui.

Les infirmiers rappliquent avec une carte de patient portant un implant oculaire et encore des papiers à remplir. Puis ils nous apportent un thé, des jus d'orange, des cakes, des compotes... un vrai festin. Ce qui a pour effet de nous ravigoter. Je laisse le jus d'orange et les biscuits à Maurice, le thé me suffira avec deux compotes sans sucre ajouté.

Enfin, notre chauffeur revient nous chercher, nous rentrons à dix-neuf heures.

Jeudi nous reviendrons au cabinet du chirurgien pour prendre les mesures de notre œil gauche qui devra opéré le vingt-et-un décembre.

Maurice ne cesse de s'émerveiller de sa vue enfin recouvrée.

 

Mardi 8 décembre 2015,

Je me lève mon œil droit pleure et je ressens une gêne.

Maurice a peu dormi mais il se lève content de circuler sans lunettes sur le nez. Son réflexe instantané est de les rechercher.

Béatrice arrive. Elle soigne mon œil, nous met des gouttes. Nous devons les prendre quatre fois par jour et un autre produit deux fois par jour et laver au refresh si besoin. Elle pratique ma prise de sang puis passe aux soins de Maurice.

Nathalie arrivée un peu avant nous prépare le café. J'ai chaussé mon corset. Maurice s'occupe en garnissant le sapin de Noël avec des boules bleu, blanc, rouge et des figurines chinées à la brocante. Il y a mis aussi une petite guirlande lumineuse. Il sort un instant et il apprend que notre amie A. a été hospitalisée. Cette nouvelle nous attriste profondément.

J'ai des papillons à coller sur les vitres. Je les avais acheté pour les mettre sur mon costume, mais je m'aperçois qu'il sont en cartons. Hier matin Véronique M. a fini de coudre des clochettes sur mon costume. Je l'avais confectionné autrefois avec force clochettes, écus d'or, clef du trésor des lutins, broche papillon etc... et là il fallait en ôter certaines qui ne tintinnabulaient plus. Maintenant il ressemble à un costume magique ! Il grelotte de partout et brille de mille feux... c'est les enfants des écoles qui vont être contents de me voir ainsi vêtue samedi prochain...

Nous déjeunons et attendons la visite d'Éliane et de Gilbert. Maurice s'endort... épuisé.

On frappe à la porte et nos visiteurs pénètrent chez nous. Nous sommes très heureux de les voir. Gilbert vient mettre en route l'ordinateur que Maurice a acheté sur le Bon Coin. Impossible de le démarrer car nous devons acheter une nouvelle licence, celle de l'appareil a été piratée ! Nous comprenons pourquoi les personnes qui nous l'ont vendues ont baissé le prix sans discuter et dans ces conditions nous l'avons payé encore trop cher ! ! ! Il y a vraiment des gens peu respectueux des autres et qui tentent de tirer profit de tout !

Bref, Gilbert très patient fait toutes les démarches au téléphone, passant ainsi à trois interlocuteurs différents... cela l'occupe l'après-midi. Maurice n'aurait pas pu... il ne peut plus se battre ainsi des heures au téléphone. Il perd la mémoire de tout peu à peu... et tout l'épuise. Nous sommes vraiment contents d'avoir été ainsi aidés.

Nos ami(e)s à peine sortis, Maurice sombre dans le sommeil. Il n'en peut plus.

De mon côté, très fatiguée et douloureuse comme jamais, je me suis remise sur l'ordinateur pour avancer dans mon travail.

Un moment magique survient : ma fille aînée répond à mon message et demande de nos nouvelles. Nous échangeons un long moment au téléphone et je me réfugie dans la chambre afin de ne pas déranger Maurice profondément endormi.

J'apprends ainsi que mes trois enfants, belles-filles, petits-enfants et arrière-petit-fils vont passer Noël ensemble comme chaque année mais cette fois ils seront réunis dans le Larzac.

Nous ne serons pas avec eux. Cela nous est devenu impossible de célébrer cette fête en famille. Avec un énorme regret nous avions arrêté notre présence parmi eux pour le Noël 2011 et 2012.

En 2013, hospitalisée Maurice avait réussi à me faire sortir in extremis pour le réveillon afin de m'hospitaliser à la maison et nous avions fait Noël ensemble.

Puis en 2014, l'an dernier nous étions ici dans notre nouvelle résidence et avec la double trépanation de la boîte crânienne de Maurice nous n'avions vraiment pas le cœur à la fête.

Malgré tout, cette année 2015, j'allume les petites bougies du 8 décembre (comme à Lyon) pour envoyer toutes mes pensées de Paix, de bonheur et de compassion au monde, plus encore après les attentats du vendredi 13 novembre.

Je ne les place pas dehors sur le bord des fenêtres. Mais à cause des vents violents qui soufflent ici, je les mets à l'intérieur sur une petite banquette devant la fenêtre.

Vers dix-neuf heures, je réchauffe la soupe et le reste de chou-fleur de midi. Nous demeurons au Salon pour finir la soirée.

La nuit étendue sur la lande brille de nos bougies et guirlandes lumineuses, le vent comme par magie a cessé.

LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans La Maison du Bout...de la Terre
commenter cet article

commentaires

Véronique PACAUD, auteure 09/12/2015 19:44

Dana, j'espère que les opérations se sont bien passées ???
Je prendrais plus de temps pour te répondre plus tard, mais entre toutes mes activités je ne suis jamais à la maison...
Je pense à toi et t'embrasse fort
Véronique

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *de septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 59 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres...
  • Contact

Recherche

Articles Récents