Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 19:19
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG

Mercredi 30 mars 2016,

Maurice n'a rien dormi... Céline, l'infirmière le réveille assoupi sur le matin... je me lève.

Nous passons aux soins et déjeunons ensuite. Nathalie prend son service.

La matinée s'écoule pour lui dans son lit, pour moi à la cuisine. Je prépare une jardinière de légumes et une soupe.

Nous recevons un coup de fil de notre propriétaire qui nous envoie un artisan pour réparer la fenêtre de la chambre et les ardoises tombées, puis elle me félicite chaleureusement pour mon Prix Littéraire... je ne boude pas mon plaisir.

Pierre nous rend visite avant que nous passions à table.

Dans l'après-midi, nous recevons la visite de l'entrepreneur. Il vient se rendre compte des réparations à effectuer et il nous enverra son ouvrier dès que possible.

Maurice se traîne lamentablement. Le médecin venu hier a augmenté de 50 % ses produits morphiniques, Céline doit nous les rapporter de la pharmacie cet après-midi, mais il reprend déjà ses maux de tête violents. En attendant, il a recours au doliprane pour couper la douleur qui monte.

Aujourd'hui, un soleil timide et un vent léger s'est imposé sur la lande mais ce soir le temps reste tristounet et bien gris... avec le changement d'heure la nuit tombe déjà bien plus tard... à vingt-et-une heure nos chèvres sont encore dehors. Maintenant Aig, cette zazou m'a totalement adoptée et elle m'adresse de gros câlins à chaque fois que je lui porte de la nourriture... elle me donne des coups de cornes et se met à jouer en se dressant toute droite sur ses pattes arrières, toutes cornes en avant... c'est sa manière à elle de me câliner. Elle fait cela puis se tourne vers sa sœur où elle engage le même amour-combat en la cognant de la même façon, cornes contre cornes, puis elle revient vers moi, puis sa sœur... manière à elle de m'introduire dans son cercle, de nous relier toutes les trois... décidément, je suis bien leur maman chèvre !

Il y a trois jours, deux groupes de marcheurs accompagnés d'enfants se sont arrêtés devant les biquettes et ont observé leur cabrioles, leurs fêtes, leurs sauts sur la balançoire. Ils riaient à gorge déployée. Une attraction pour tous !

Jeudi 31 mars 2016,

Maurice a dormi, interrompu par ses trop fréquents déplacements aux toilettes. Nous nous levons à huit heures afin de pouvoir déjeuner avant l'arrivée de Caroline, l'infirmière.

Elle frappe et entre, puis procède aux soins et à la remise à jour du pilulier de Maurice. Ses œdèmes augmentent de jour en jour... tout son corps est gonflé d'eau, ses jambes ressemblent à des poteaux, ses chevilles sont déformées et ses pieds horriblement enflés... rien ne va plus... il aimerait partir dans son sommeil !... Et moi, je redoute de le voir descendre dans un enfer de douleurs intenables. Je ne veux pas qu'il finisse grabataire, comment ferons-nous alors pour le soigner, le soulever surtout qu'il ne peut plus dormir dans un lit sans s'étouffer. Il dort dans le fauteuil électrique au salon car il peut ainsi dormir presque assis... pourtant notre lit est médicalisé, mais il lui est impossible de se soulever... son souffle et les angoisses l'empêchent de s'y allonger. L'infirmière revient cet après-midi et lui conseille de mettre de la glace ou un gant d'eau froide sur ses pieds... ce qui a le mérite de le soulager aussitôt... du coup, nous optons pour ce système et pour la nuit je lui mets un torchon mouillé qui reste posé sur ses deux pieds... il peut ainsi le placer lui même avec des pinces pour saisir le linge humide et le tremper dans une bassine pour renouveler l'opération.

Nous terminons la soirée difficilement, Maurice commence à s'agiter... la nuit arrive. Je vais me coucher et pour lui commence le ballet infernal des allées et venues aux toilettes. Sur les quatre heures du matin, il me réveille.

Il ne parvient pas à enfiler les gants sur ses pieds douloureux et cela l'énerve. Les angoisses remontent. Il tente de dormir mais sans aucun succès. Je me relève à quatre heures vingt, il vient de faire tomber sa pince. Il se relève avec les gants mouillés aux pieds... un bon moyen pour glisser et tomber sur le sol carrelé. Il se cramponne à sa béquille... c'est la descente aux enfers qui recommence.

Du coup, totalement réveillée je sors du lit pour me mettre sur l'ordinateur et lui sur le sien dans son fauteuil-lit au salon...

PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG

Vendredi 1er avril 2016,

J'en profite pour m'avancer dans mon travail... je me suis remise, enfin je continue, devrai-je dire, les concours de poésies, de contes, de nouvelles, etc... Maurice à bout finit par se lever pour aller déjeuner... je le suis. Il est sept heures du matin... je suis crevée.

Nelly arrive suivie de Julien, l'infirmier. Après les soins Maurice tente de récupérer le sommeil perdu après une nuit blanche sans y parvenir. Il appelle ses amis sur skype, cependant que Nelly nous cuisine une tourte aux poireaux et une tarte aux pommes non sucrée.

Ensuite, je lui demande à la dernière minute de coudre en deux un torchon dans le sens de la largeur pour les pieds de Maurice ce qui lui fait un immense chausson, ainsi ce sera mieux que des gants... plus facile à saisir avec des pinces et surtout à enfiler et tenir sur ses œdèmes. Il faut simplifier au maximum lorsque l'on ne peut pas se mouvoir. Des tissus humides ont le pouvoir de lui calmer les démangeaisons à mon avis dues aux angoisses de la mort. Il finit par s'endormir tout l'après-midi... ce soir, il semble plus apaisé.

De mon côté, j'en ai profité pour bosser durant des heures et ce soir je croule sous la douleur et la crise d'asthénie... je suis littéralement broyée... bon, mais je suis satisfaite, j'ai bien avancé mon ouvrage et la semaine prochaine un autre concours partira.

Le temps aujourd'hui est resté un peu frais mais clair et ensoleillé... un petit soleil de printemps pour les plantes bien arrosées... les grands vents ont disparu et personne ne s'en plaindra... nos animaux vivent heureux dans leur enclos... et dès qu'elle m'aperçoit le nez dehors, Aig (Aik) ne me rate pas ! Elle m'appelle désespérément ! Évidemment, Froudenn la dominante arrive derrière en courant !

Désormais, les journées se font plus longues...

Samedi 2 avril 2016,

Maurice n'a pu dormir que la moitié de la nuit. Au matin il se sent très affaibli. Caroline, l'infirmière ne lui trouve pas de tension... il doit être très bas. La tête lui tourne, il se sent défaillir.

Il fait très beau très le matin et le vent souffle. La pluie arrive sur le soir à vingt heures. C'est une journée de très grande faiblesse pour Maurice qui ne sort de son fauteuil que pour aller aux toilettes et prendre ses repas. Il dort par intervalles.

J'occupe ma matinée à préparer une salade de fruits, puis je confectionne le repas : salade verte, cuisses de poulet aux champignons sauce tomate avec des macaronis... une part pour aujourd'hui et une part pour demain.

Je fais la vaisselle d'hier et je mets la table... je suis rompue.

Après le repas, je vais chercher des branches de haie et du lierre pour nos biquettes. Je remplis leur récipient d'eau avec l'arrosoir déjà tout rempli par Sylvie. Heureusement car je n'en peux plus.

Je rentre pour me mettre à mon travail sur l'ordinateur.

Je passe une commande de café, de crêpes et de caramels à nos amis Delphine et Alain qui vient me livrer. Nous restons ensemble un moment autour d'un café et tarte aux pommes. Je parle tant que j'oublie de régler ma note... qu'à cela ne tienne je leur porterai un chèque lors de ma prochaine sortie. Caroline repasse pour les soins. Elle nous annonce l'arrivée d'Isée pour le 1er avril. Sa maman Béatrice doit être très fière et heureuse d'être enfin délivrée.

Après le souper Maurice s'endort... je poursuis mon travail...

PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG

Dimanche 3 avril 2016,

Maurice a passé une nuit très hachurée, mais il a dormi dans les intervalles. Au matin il va comme quelqu'un de reposé, mais il va mal. Les quelques pas qu'il fait dans la maison le font énormément souffrir.

Caroline vient pour les soins. Il pleut fort... une belle pluie matinale. Elle lui mesure ses œdèmes... ses chevilles ont pris deux centimètres de plus et quatre centimètres de tour de taille en quinze jours... il n'arrête pas d'enfler... cela rajoute aux maux qui l'oppressent de toutes parts. Je ne comprends pas comment il tient ! Je suis médusée par son endurance... mais là ce n'est plus la vie !

Cette nuit, il s'est servi de mon invention. Ses pieds le grattaient alors il a enfilé l'immense chausson en coton mouillé. Cela a eut le mérite de le calmer. Dans la nuit, j'ai entendu souvent sa démarche traînante propre au syndrome de Parkinson. Vers quatre heures, je l'ai entendu gémir très fort, et ce n'est pas la première fois... je me suis avancée dans le couloir, mais il dormait. Je suis restée assise sur mon lit pour écouter encore... j'ai pris l'envie de me lever et d'écrire mais j'ai eut peur de troubler son sommeil déjà bien trop perturbé. Finalement, je me suis rendormie.

Sur le matin, je me trouve totalement bloquée par la douleur osseuse des cervicales aux hanches et des douleurs musculaires me taraudent les bras, les mains et les jambes jusqu'aux pieds... la douleur est à dix... pourvue que je sois épargnée d'une nouvelle crise évolutive ! Je repousse vite cette idée, même si cela peut arriver... je la jette au loin, très loin.

Le temps s'est remis au beau. Ce matin, Maurice parle à nos amis par la voie du Skype... bien pratique pour se voir. Je n'ai pas à cuisiner ce matin, heureusement... mais j'étends trois lessives et cela m'épuise.

Je demeure sur l'ordinateur à mettre de l'ordre dans mes dossiers qui en ont bien besoin. Maurice pique du nez dans son lit.

Durant le repas de midi, il ne parvient pas à monter la grosse cuillère à sa bouche et laisse échapper la nourriture sur sa serviette tant il tremble. C'est insupportable à vivre. Finalement il regagne son lit devant la télévision et se passe un film drôle. Il lutte contre ce sommeil qui le saisit sans arrêt... de mon côté je suis littéralement coincée sur mon travail... je souffre et les douleurs sont intenables.

Je réponds à mes courriels et je m'acharne à avancer sur mes concours. Depuis mon bureau j'observe nos petits animaux. C'est très plaisant de les avoir sous les yeux avec en toile de fond l'océan tout bleu en ce moment... le premier camping-car de l'année circule sur la route devant la maison.

Le soir, la douleur infernale m'envoie au lit à vingt heures.

PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG

Lundi 4 avril 2016,

Cependant que j'ai dormi douze heures d'affilée en me levant cinq ou six fois, la nuit fut de nouveau bien mauvaise pour Maurice qui va toujours plus mal, il franchit un cran de plus dans la souffrance et se réveille plus enflé que jamais... Caroline prend peur et appelle le médecin... j'ai oublié qu'il est parti une semaine en vacances et j'avais bien programmé de ne pas l'appeler... et voilà, un médecin parachuté se pointe qui ne connaît rien de rien à son dossier... il faut recommencer les sempiternelles recommandations et expliquer son état... c'est désespérant et cela nous accable.

Quand Maurice et moi parlons de sa fin, la réponse est : –qu'est qui vous permet de dire ça ?

Évidemment, il ne peut pas savoir et c'est toujours un choc de parler de la mort à des médecins toujours non formés aux malades en fin de vie, ce qui est tellement regrettable. Cependant il nous écoute et prescrit le kiné pour le drainage et deux gazométries afin de connaître l'état de sa respiration, puis il appelle le pneumologue à l'hôpital pour avancer la nuit d'observation du sommeil... ce qui finalement est un bien, sauf que Maurice en a plus que marre de tous ces soins, de toute cette bousculade autour de lui. Alexandra, la podologue était là aussi pour lui curer son ongle incarné et peu après l'infirmière arrivait pour ses soins.

Au niveau du nombril il a pris comme un énorme furoncle infecté, lui qui ne s'infecte jamais et c'est par là que sort l'eau de ses œdèmes.

Depuis deux jours Maurice qui a consulté les vidéos sur le handicap envoyé par Marc, ne cesse de faire des recherches afin de trouver les références pour faire l'acquisition d'un fauteuil roulant électrique qui se plie comme une valise dans un petit coffre de voiture... c'est sûr que j'y gagnerai en autonomie, car je n'ai pas de chauffeur pour le grand véhicule et il nous occasionne trop de frais. Cela le turlupine car il pense à son départ et moi qui resterait avec mon handicap. Déjà, il veut faire des photos de tout le matériel dont nous pouvons nous débarrasser et qui ferait une partie de l'argent pour ce fauteuil.

Au moment du repas, Maurice à bout de tout pleure dans mes bras. Je le console comme je peux, difficilement. Il se fait tant de soucis pour moi, alors je le rassure. Je lui ai donné mon point de vue pour l'après et cela le fait pleurer de tout son cœur car il avait cogité la même chose... son tempérament inquiet se manifeste encore et toujours... mais il est content que mes conclusions soient les mêmes que les siennes... je resterai en Bretagne quoiqu'il arrive, j'ai pesé le pour et le contre et le pour l'emporte haut la main, malgré la tristesse d'être loin de mes enfants, c'est ici que je dois être. Mes enfants ont une vie à vivre et moi, je dois continuer la mienne.

La soirée s'achève tristement avec le martyr de Maurice qui n'en finit pas... la descente aux enfers continue comme en 2009... comment, dans quel gouffre de souffrances Maurice va-t-il s'enfoncer... où est l' HUMANITÉ des hommes ?

Il ne me paraît pas possible de supporter autant de maux alors qu'il fait si beau là devant la mer si bleue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans PLUS FORT SOUFFLE LE VENT
commenter cet article

commentaires

Loïc 28/07/2016 13:23

Bonjour Dana je suis en contact avec un monsieur qui utilise l'image de Maurice je crois à une arnaque. Pouvez vous prendre contact avec moi ?

josiane horrent 05/04/2016 09:00

Bonjour Dana comme à chaque lecture beaucoup d'émotion mes 2 courageux incroyables je vous embrasse très fort

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *de septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 59 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres...
  • Contact

Recherche

Articles Récents