Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2016 6 24 /09 /septembre /2016 00:01
UN RADEAU DANS LE CIEL / Dana LANG
Maurice à son arrivée en Bretagne...
Maurice à son arrivée en Bretagne...

Jeudi 22 septembre 2016... fête les 'Maurice'...

Je me suis couchée tard et levée qu'une seule fois dans la nuit. Je me réveille d'un coup, je vais voir l'heure : sept heures cinquante... et à quelle heure doit arriver Sylvie, mais pile, elle frappe à la porte.

Bon, je ne retournerai pas au lit, je déjeune et nous parlons des journées écoulées depuis son dernier service. Sylvie est triste et catastrophée comme toutes nos auxiliaires-amies qui viennent ici.

Bon, je lui explique que dès que je suis prête, on file à l'hôpital. Elle charge mon fauteuil manuel dans son auto et on décolle !

Nous avons le temps de discuter sur les trente-cinq kilomètres qui nous séparent de l'hôpital. Nous arrivons aux urgences et trouvons sa chambre.

Un grand bonheur me saisit en le voyant et je distribue un bon point à l'hôpital de Douarnenez pour avoir réussi à trouver un lit digne de ce nom à mon époux. Je le découvre bien installé dans des draps propres avec un lit basculé vers l'avant. Ainsi il est bien couché (presque debout) et cette situation est convenable pour les soins. Certes pour ses jambes qui pendent, ce n'est peut-être pas le top mais au moins, il peut dormir et respirer.

Je devrai faire ramener notre fauteuil-lit car Maurice quitte les urgences pour passer en médecine générale. Je lui parle mais il est très fatigué et ne supporte pas ma voix quand elle devient trop forte... je le sais, je sais comme cela peut faire souffrir avec ses violents maux de tête, je m'en veux d'oublier si vite cette impérieuse nécessité.

Je lui demande si parmi tous ses cachets, on lui donne toujours la cortisone... Maurice ne sait pas, il sonne. L'infirmière arrive. Nous lui posons la question, oui elle va lui donner. Et combien de milligrammes ? Ben 5 mg... tout faux, c'est 8 mg ! N'importe quoi ! C'est tout de même pas sorcier de suivre l'ordonnance de notre médecin et ce n'est pas pour rien que c'est 8 mg... voilà des mois qu'il baisse la cortisone à 1 mg chaque mois... c'est pour une raison ! Tout comme la morphine on ne s'amuse pas à l'enlever ou la baisser d'un coup sans dommages pour le malade !

Bon, l'infirmière va demander au médecin... Je quitte Maurice qui m'a donné une liste d'objets à lui apporter... il veut en outre son remède pour aller à la selle car il doute que cela soit fait et il ne se souvient plus du nom. Encore des médicaments qui vont lui être raflés comme ceux que je lui avaient mis dans la valise !

Nous partons et nous arrivons à onze heures trente. Sylvie finit son service à midi. Je mange rapidement avec les restes de salade d'hier... je n'ai pas faim.

J'étends une lessive que Sylvie n'a pas eu le temps de faire... Maurice m'appelle, il a vu le médecin, son cœur ne va pas si bien que ça (tu m'étonnes) et pour sa prothèse c'est soit une infection, soit un décollement... à mon humble avis c'est un décollement. Une infection se verrait avec la fièvre (quoique moi avec une gangrène durant dix-huit mois, je me promenais avec 36° de température et j'étais toujours glacée jusqu'aux os)... mais j'y pense ces chauds et froids sans avoir de fièvre peuvent être un signe ? On le verrait aussi dans la prise de sang.

Un décollement c'est possible avec le fait qu'il marchait jusqu'aux toilettes très, très souvent en pesant 166 kilos - en ce moment 160 kg - et que ces dix derniers jours les infirmières pratiquaient les soins debout car il ne pouvait plus rester sur le lit ! Sa prothèse a quinze ans et elle ne devait tenir que dix ans... et il ne l'a pas ménagée. Bref, si c'est une infection, il faut couper la jambe ! ! !... Ne manquerait plus que ça ! Si c'est la prothèse... il faudrait une arthrodèse qui lui bloquerait et mettrait la jambe raide... mais il est inopérable ! ! !

Maurice me rappelle un peu plus tard, il vient de faire une nouvelle attaque cardiaque ! Il est épuisé et ne reste pas au téléphone. Je vais lire mes courriels. Pierre et Jeanne me laisse un message d'une immense gentillesse. Marie-Claude également qui m'annonce que Marc blessé aux doigts est aux urgences... décidément ! Je téléphone afin de trouver un ami qui pourrait aller chercher le fauteuil à l'hôpital... je ne parviens à toucher personne sauf Alain qui trouve un moment dans l'après-midi pour y faire un saut.

Je téléphone aussi au médecin afin de pouvoir lui parler de la situation de Maurice. La secrétaire me dit qu'il m'appellera en fin de journée.

Je me prépare et je file chez les pirates de la Pointe... ces merveilleux amis me reçoivent avec une gentillesse hors du commun. Nous parlons ensemble un grand moment. Cela me fait du bien de 'vider mon sac' autour d'un café et d'une crêpe.

Il est déjà cinq heures et je passe rapidement chez Delphine qui me dit que son époux arrive avec le fauteuil... donc, je rentre vite, je ne voudrais pas qu'il se heurte à la porte fermée.

Mais le médecin m'a appelé et je n'étais pas là... c'est Maurice qui me l'annonce... il vient de piquer une colère car les infirmières refusaient de lui donner sa morphine... il a appelé notre médecin qui a dû remettre de l'ordre ! Incroyable !... Mais faudra-t-il les surveiller comme le lait sur le feu ? Je le crois... mince alors !

Je reste un petit moment au jardin pour nourrir mes animaux tous heureux de me voir. Comme d'habitude mes chèvres me hèlent et Aig me fait des fêtes à n'en plus finir... les poules gloussent de plaisir et les oies cacardent et criaillent à qui mieux mieux.

Alain s'en vient avec son chargement qu'il porte à bout de bras (même dans les couloirs de l'hôpital !)... je le gronde, j'ai un diable dans le véhicule ! Il a fait un gros effort et je lui offre une chaise pour reprendre son souffle mais j'oublie de lui offrir une collation !... Nous parlons un long moment de l'hospitalisation de Maurice... cela rend Alain très triste. Puis nous parlons de choses et d'autres et il s'en va.

Je téléphone à mon fils qui me rappelle et je lui annonce la nouvelle... mes enfants sont très attristés.

Je mange un très léger casse-croûte... je n'ai pas faim. Je ferai bien de ne pas trop veiller ce soir...

UN RADEAU DANS LE CIEL / Dana LANG
Maurice à Thionville (Lorraine) lors de la Cérémonie de Remise de mon 1er Prix Littéraire International...
Maurice à Thionville (Lorraine) lors de la Cérémonie de Remise de mon 1er Prix Littéraire International...

Vendredi 23 septembre 2016... transfert en urgence sur un autre hôpital, celui de Quimper !

Je me lève à quatre heures avec l'idée ténue d'écrire au pneumologue de Maurice pour les trois rendez-vous malheureusement ratés. J'envoie les doubles à nos autres médecins.

Lorsque Nelly arrive à huit heures trente, je viens juste de me faire quelques tartines et avale mon café à la hâte.

Je lui apprends l'hospitalisation de Maurice puis Céline arrive pour mes soins. Je lui explique ma visite d'hier et la situation où se trouve plongé Maurice. Elle est très triste, très affligée aussi... elle si dévouée, si gentille.

Bon, mais je vais vite, je dois me préparer, nous partons à l'hôpital. J'emmène les affaires réclamées par Maurice, je passe à la boulangerie, à la boîte à sous, à la poste (Nelly y va pour moi) et nous filons sur Douarnenez.

Nous arrivons et on nous annonce évidemment que les visites sont interdites le matin. Je leur fais remarquer que je suis handicapée, - d'ailleurs ça se voit, mon auxiliaire pousse mon fauteuil roulant manuel – et que je n'ai qu'elle le matin pour m'emmener voir mon mari !

Donc, les infirmières m'expliquent qu'un petit salon nous attend près de l'entrée... très bien meublé avec un bel écran plat à ce que nous constatons. Nous devons attendre ici, car mon époux est en soin. Nous attendons et l'on vient nous dire que c'est bon, nous pouvons aller le voir.

Lorsque nous rentrons dans la chambre, les infirmières lui ont placé un lavement et ce n'est pas agréable pour lui. Maurice souffre tant, il me dit qu'il en a marre, qu'il veut mourir. Je le sens à bout de tout. Je suis chavirée. En plus, il me raconte comment il a traité une soignante de bouchère, de charcutière ! La responsable lui promet qu'elle ne reviendra plus près de lui ! Bon, il me dit que le personnel est gentil et agréable avec lui mais il y a encore eu un problème, les infirmières ont totalement oublié de lui donner son diurétique et du coup il n'urine plus du tout et cela lui fait très mal... de plus lors de son transfert à l'hôpital les gars du Samu ont remarqué qu'il avait du sang dans ses urines !

Là dessus, nous le quittons et nous rentrons à onze heures trente. Je suis bouleversée de l'avoir vu ainsi et je décide d'aller manger un moules-frites chez Dédé et Sophie... je pense à Jeanne et Pierre, s'ils me voyaient !- mais lorsque j'arrive je trouve Dédé tout retourné, il veut me dire quelque chose. Il m'annonce que Maurice s'en va en urgence à l'hôpital de Quimper... je blêmis.

Il m'avait dit tout à l'heure que l'hôpital allait faire venir de Brest un orthopédiste compétent mais finalement devant son bilan, ils ont préféré l'envoyer à Quimper en orthopédie car sa prothèse semble être gravement infectée et il faut agir vite.

Deux kinésithérapeutes l'avaient visité et ils n'avaient jamais vu ça !... Maurice c'est toujours du 'jamais vu ça'... c'est sûr que c'est un roc qui finalement accumule les pires ennuis de santé !

Bon, alors comment je vais faire pour aller le voir ? Je réfléchis ainsi cependant que Dédé et Sophie m'apportent mon repas... d'excellentes moules au Curry avec des frites et... trois boules de glace !

Je suis perdue dans mes tristes pensées, lorsque une dame attire mon attention. Elle vient d'arriver, demande une table, très plaisante, communicative, agréable, elle me plaît et semble bien connaître Sophie et Dédé.

Lorsque Sophie lui dit que je suis conteuse, auteure de contes, de livres et de poésie, elle s'intéresse à moi aussitôt et me propose de prendre un café à sa table. Ce que j'accepte avec le plus grand plaisir.

Dès lors nous allons nous mettre à parler autour de mes livres, de mes contes et il s'ensuit une longue discussion passionnante. C'est incroyable, elle m'apprend qu'elle est Suisse, qu'elle vit à Lausanne et également ici ! Je suis stupéfaite car mon père n'est-il pas originaire de ce petit village alsacien frontalier de Bâle... la Suisse et l'Alsace sont très liées et c'est une passeuse Suisse qui a emmené mon père à Annecy, lui qui fuyait le régime nazi !

Et puis Lausanne on connaît bien, Maurice et moi ! C'est une fée qui m'envoie Annelise ! Bon, je lui explique où nous vivons et je l'invite à venir me voir. Elle m'annonce qu'elle peut m'emmener demain à Quimper... je n'en reviens pas ! Mon vœu vient de s'exaucer d'un coup de baguette magique ! Pour un peu j'en pleurerai de bonheur !

Nous nous quittons en nous donnant rendez-vous pour demain et je file voir Delphine pour les remercier encore de leur dévouement envers nous. Je parle encore un long moment avec elle, lui donnant des nouvelles de Maurice. Je la quitte.

Je viens à peine de rentrer à la maison, j'étends ma dernière lessive, lorsque j'aperçois Annelise qui me fait des grands signes à travers la baie de la véranda. Incroyable... elle est déjà là et me déclare qu'elle peut m'emmener tout de suite à Quimper ! J'en reste toute 'ébarbelusée' !... Comment est-ce possible et c'est Maurice qui va être heureux car il commençait à désespérer de me voir ce week-end !

Bon, je m'étais promis d'appeler le médecin, lui expliquer le transfert de mon époux et lui redire notre souhait de ne subir aucun acharnement thérapeutique sur sa jambe, à savoir la lui amputer ! Le médecin me rassure.

Annelise attend à la maison que je me prépare... je dois porter des remèdes et des maillots à mon époux, puis elle s'empare de mon fauteuil roulant manuel, de toutes mes affaires et nous prenons la route via Quimper... nous n'arrêtons pas de causer tout le long de notre voyage.

Je ne peux guère la guider car je ne me souviens plus trop bien de l'endroit où se trouve l'hôpital et je me dis qu'une fois arrivées au centre de la ville, nous trouverons bien un panneau indicateur. Ma nouvelle amie s'arrête pour se renseigner auprès d'une passante et nous sommes sur le bon chemin, nous n'avons plus qu'à suivre ses indications.

Nous arrivons et Annelise me pousse dans mon fauteuil jusqu'à l'entrée de l'hôpital où je me renseigne à l'accueil afin de savoir dans quelle chambre se trouve Maurice... au sixième étage.

L'hôpital est grand, gigantesque immeuble oppressant. Nous prenons l'ascenseur et trouvons immédiatement sa chambre.

Je le trouve très bien installé et il est terriblement heureux de me voir et de faire la connaissance de ma nouvelle amie. Lui est content d'être là dans de bonnes mains où déjà le service l'a accueilli avec six personnes pour le soulever et le traiter dans de très bonnes conditions... un personnel très efficace, très dévoué et compétent.

Il me dit aussi qu'il est automatiquement placé dans une chambre seul car il est infecté... ce que je savais déjà pour moi ! Il souffre des difficultés qu'il éprouve à uriner avec son absence de remède (la prostate ne fonctionne plus). Déjà, ici, on est en train de rectifier et de mettre à plat tous ses médicaments : morphine, cortisone, diurétique, pariet (estomac).

Voilà, je ressens son immense soulagement de m'avoir vu et d'avoir pu me parler. Il me redit la gravité de sa jambe... si c'est de l'eau on fera une antibiothérapie, si c'est du pus, il faudra amputer !... Je refuse cette idée... on ne peut plus l'endormir et je ne crois pas qu'ils vont le découper tout vivant... et pourquoi sur tant de douleurs, de souffrances, accumuler un nouveau traumatisme sur un homme si touché et si prêt à mourir. Ils lui ont confirmé ici, que les œdèmes sont provoqués par son cœur usé (ce que je sais pertinemment depuis 2009 !)... je refuse ce nouvel acharnement !

Ils m'ont bien sauvé ma jambe avec une forte antibiothérapie de trois mois et demi... pourquoi pas toi ? Parce que avec une prothèse c'est bien plus compliqué, à ce qu'il paraît !

On vient pour de nouveaux soins... nous disparaissons, puis nous reprenons la route causant de plus belle ! Nous arrivons, Annelise m'aide à porter mes affaires et garde le fauteuil dans sa voiture... j'ai ce qu'il faut à la maison.

Elle vient de faire le bonheur de deux personnes, mais elle est ravie, elle a fait son bonheur à elle aussi... quand je disais que c'était une fée venue sur ma route !

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans UN RADEAU DANS LE CIEL
commenter cet article

commentaires

Lucette M. 24/09/2016 19:41

Ma bien chère Dana,
C'est dans le silence que je t'accompagne, ne voulant pas t'encombrer tant ta vie s'est accélérée dans un virage particulièrement difficile et douloureux. Tout doit être chamboulé et il te faut aller chercher encore bien profondément cette énergie qui te permette de gérer au mieux tout ce qui t'incombe, et de surcroît avec tes difficultés énormes de santé et d'épuisement. Je suis tout près de toi dans ces pensées qui tout au long de la journée volent vers vous deux et priant pour que cette épreuve soit gérable. Les fées et les anges veillent sur toi fort heureusement et t'envoie au moment où la désespérance et l'impuissance pourraient venir pointer leur nez, une délicieuse fée nommée Annelise, incroyable ! et cette leçon de vie montre combien nous pouvons être accompagnés, soutenus, par des forces subtiles et invisibles à nos yeux. Quelle reconnaissance pour cette dame qui n'a pas hésité une
seconde pour apporter son aide et t'offrir ce dont tu avais le plus besoin, voir ton homme et quel réconfort pour Maurice ! te voir, il en a tant besoin et te savoir accompagnée par cette belle personne venue sur ton chemin juste au bon moment.
Marc JAMET qui a beaucoup cheminé à pied par les routes du monde a pour devise
"CONFIANCE et OPTIMISME" et c'est ainsi que dans les pires moments, une porte s'ouvrait
pour lui, pour lui offrir le gîte alors que tout semblait perdu et impossible.
Embrasse bien affectueusement Maurice, je suis près de lui dans cet horrible calvaire qu'il
subit depuis tant d'années et je t'embrasse bien évidemment chère Dana pour te dire mon soutien même s'il n'est que moral, en raison de la distance. Heureusement que le destin vous a envoyés là-bas car les bretons t'apportent cette générosité que tu n'aurais pas trouvé là, j'en suis presque certaine.
Bien affectueusement à toi, à vous deux.
Lucette

Jean-Claude et Annie L. 24/09/2016 09:11

JEAN CLAUDE VIENS D'OUVRIR INTERNET, IL VOIT MAURICE, ON A ZAPPE LA FETE A MAURICE,ALORS AVEC UN PEUT DE RETARD ON SOUHAITE UNE JOYEUSE FETE A MAURICE AVEC DE GROSSES BISES AINSI QU'A VOUS DANA ET DU COURAGE.LES FADAS DE L'ACCORDEON

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *Septembre 2013 à 2015, elle devient lauréate de 52 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'...
  • Contact

Recherche

Articles Récents