Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 22:18
UN RADEAU DANS LE CIEL / Dana LANG
Maurice à l'hôpital de Quimper le 23 septembre 2016...

Maurice à l'hôpital de Quimper le 23 septembre 2016...

Maurice opéré du cerveau (double trépanation de la boîte crânienne) le 3 novembre 2014
Maurice opéré du cerveau (double trépanation de la boîte crânienne) le 3 novembre 2014

Dimanche 25 septembre 2016... doit-on parler aussi de la maltraitance des malades au Centre Hospitalier de Quimper ? ? ?...

Je me suis couchée à vingt-deux heures. Je me réveille subitement avec un sentiment de malaise... Maurice est-il mort ? Cela tourne dans ma tête. Je veux me lever, je ne dormirai plus. Non, je dois rester au lit, je ne pourrai pas tenir si je ne dors pas ! Je me fais violence, je m'efforce à me rendormir... puis je m'éveille à six heures. Non, ce n'est pas l'heure, recouche-toi ! Pour finir, je me lève à huit heures.

C'est bien, j'ai demandé à Céline de ne pas venir aujourd'hui pour mes soins, je tenais à dormir, à ne pas être bousculée aujourd'hui dimanche et de plus cet après-midi, je repars pour l'hôpital.

J'appelle Maurice qui va très mal. Il pleure, excédé de douleurs et de contrariétés. Il a demandé que l'on veuille bien lui beurrer ses tartines (en plus on sert du beurre salé à un malade interdit de sel !). Il explique que ce n'est pas aisé pour lui avec la Parkinson (mais pas seulement, si mal au bord d'une septicémie avec sa jambe quand tout le reste est en rideau !).

La jeune infirmière refuse et se moque de lui. Elle décrète qu'elle est restée deux ans dans un service neurologique avec des Parkinsoniens et que lorsque l'on a la Parkinson on ne peut pas appuyer sur le bouton pour l'appeler !

Heureusement qu'il ne faut pas contrarier Maurice qui ne cesse de faire des infarctus ! ! !

Elle pense sans doute avoir déjà la science infuse. La médecine n'est pas une science exacte et cette petite manque notoirement d'humanité... elle serait plutôt faite pour aller garder les vaches !

En tout cas Maurice la traite de merdeuse incompétente... que n'a-t-il pas dit cela fait le tour du service !

De mon côté, mon sang ne fait qu'un tour ! Je ne supporte pas que l'on puisse se conduire ainsi dans un hôpital auprès des malades ! C'est un manque de respect évident, un manquement à son métier d'infirmière ! Ce genre de comportement doit être sanctionné durement.

Je prends le téléphone et demande la chef du service, on me passe l'infirmière responsable. Je lui parle de l'incident et elle prend le parti de l'infirmière en disant qu'elle a été insultée et qu'elle était présente.

Je ne la laisse pas continuer sur ce registre, je lui dis qu'il faut respecter le malade si l'on veut être respectée et que ma foi, j'en parlerai au médecin !

Et en plus, je me promets que cet après-midi j'irai voir cette petite peste pour lui demander qu'elle aille s'excuser auprès de mon mari !

Je déjeune, je me prépare puis je vais m'occuper de nos animaux. Je coupe du fusain (mon âme est emplie d'une immense tristesse avec un pic de contrariété dans le cœur), je change l'eau de l'abreuvoir et remplis le bac aux oies... puis, j'amène une gamelle de bouillie du pain rassi ramené par Annelise aux poules, et toute la basse-cour en folie rapplique, les oies s'amènent aussi et nos chèvres ne sont pas en reste... mais elles n'auront que deux minuscules tranches grillées car elles n'ont pas droit au pain... elles sont si heureuses de ce petit plaisir suprême. Nos animaux s'ébattent joyeusement.

Je ramasse les œufs et qui vois-je devant la maison... Annelise qui devait venir à treize heures trente et me demande si je veux bien venir manger à la Pointe. Ben ça alors, les bras m'en tombent !

Bon, je ne suis pas tout à fait prête... mais après tout ça peut se faire, je suis si triste ce matin.

Je mets dans un sac, une rallonge, de l'eau de Cologne, un gratte-dos et Annelise a apporté le sien (super efficace !) pour l'offrir à Maurice, puis je me change et voilà, nous pouvons partir.

Nous arrivons à la Pointe chez Dédé et Sophie pour un moules-frites et un dessert. Touchés ils nous demandent des nouvelles de Maurice. Lorsque nous partons ils nous recommandent de l'embrasser pour eux.

Annelise me laisse en attente, le temps pour elle d'aller chercher sa voiture, puis de nouveau elle charge mon fauteuil manuel... allez en route pour Quimper !

Lorsque nous arrivons, elle doit encore décharger mon engin à roulettes et me pousser... ce n'est pas facile pour elle qui souffre d'arthrose dans un genou et cela me fait mal.

Nous montons au sixième étage et je m'en vais voir directement l'infirmière. Malheureusement pour moi, ce n'est plus l'équipe du matin, mais celle du soir qui se trouve là... et ces infirmières-là sont très gentilles.

L'infirmière de service me déclare que la jeune infirmière est allée s'excuser auprès de mon époux... j'aime mieux ça, cela me rassérène !

Je retrouve Hortense dans le couloir à qui j'ai offert un album à chacune de ses trois filles et elle est heureuse de m'annoncer qu'elles ont déjà lu ces contes deux fois, brave Hortense, si jolie petite femme.

Je rentre dans la chambre et je trouve Maurice en pleine chaleur avec un ventilateur près de lui (fort heureusement), mais la fenêtre à peine ouverte à ses pieds au lieu d'être près de sa tête. De plus, il est carrément couché en travers, prêt à tomber.

J'appelle les infirmières afin qu'elles viennent l'arranger. Nous sortons de la chambre. Il souffre de nouveau trop fort de sa jambe infectée et je l'entends gémir à chaque déplacements dans le lit.

Bon, lorsque nous rentrons il est un peu mieux installé, mais il n'a pas ses barrières, c'est Annelise qui va les lui mettre.

Hier soir lorsque je l'ai rappelé il était presque tombé du lit et ne savait plus où il était... cela m'a fait peur et me rappelait son premier AVC.

Maurice très affecté par l'épisode de ce réprime de gros sanglots. La fille est venue s'excuser et ne cessait de lui faire des bisous. Il me

dit encore que nous avons donné toute notre morphine au service et qu'elles sont incapables de lui redonner ses comprimés. Elles s'obstinent à lui refiler des comprimés qui fondent sous la langue et qu'il ne supporte pas.

De plus il réclame une grande cuillère pour manger, mais cela reste sans effet (cela fait des années qu'il mange avec une grande cuillère car il laisse tomber tous ses aliments dans sa grande serviette !).

Alors lorsque elle arrive avec un comprimé de doliprane que je viens de réclamer, je lui demande de bien vouloir marquer de lui laisser toujours une grande cuillère à portée de main et de lui couper sa viande.

Il ne mange presque plus, à midi les infirmières lui ont coupé les haricots mais pas la viande... devant ce constat, je lui dis que je vais demander à rester la nuit avec lui, je ne pars plus de l'hôpital. Il refuse... cela va trop te fatiguer !

Oui mais demain est un jour fatidique... il sera sans doute opéré ! Les résultats du labo seront enfin arrivés.

Les internes sont passés et se sont étonnés qu'ils prennent autant de morphine pour une jambe ! ! !

Mais savez-vous pourquoi, Messieurs les futurs médecins il prend autant de morphine ? ? ? Certes ce qui se passe sur sa jambe est terrible et cela vous fait très peur... mais il y a bien pire encore : l'état de son cerveau, de son cœur, de sa respiration, de sa prostate, du syndrome de Parkinson sans compter la polyarthrite, et l'arthrose au dernier degré mais cette dernière est encore le moindre mal ! ! !

Le chirurgien n'est pas passé ce week-end, malgré ses dires, l'urgence et l'importance des maux de Maurice. Il devait être transféré en infectiologie mais il semble que les deux services se fassent la guerre !

Nous restons près de lui jusqu'à dix-huit heures, puis nous le quittons, j'ai l'âme chagrine.

Annelise me ramène à la maison, mais avant nous sommes repassées sur la si belle route de la corniche à Plouhinec où elle s'est arrêtée deux fois pour ramasser des pattes de l'ours pour nos biquettes.

À l'arrivée elle va porter ces douceurs aux chèvres qui en raffolent, mais aussi les oies et les poules ! Annelise me quitte et me dit à demain... les bras m'en tombent encore !

Maurice m'appelle pour me dire qu'Alain est passé le voir, qu'il vient de partir et reviendra demain. Maintenant il va dormir.

Il me rappelle en pleine détresse. Il est en panne d'électricité.

Je dois appeler le service pour les informer.

L'infirmière file dans sa chambre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans UN RADEAU DANS LE CIEL
commenter cet article

commentaires

Lucette M. 27/09/2016 19:40

Chère Dana,
Juste un petit coucou de l'après-midi où je t'imagine auprès de ton Homme pour qui
ta présence si enveloppante adoucit les horribles souffrances. Ta belle âme est
peinte d'amour et de générosité, alors tu sais lui transmettre ces souffles de vie
qui l'apaisent et le réconfortent, lui donnent confiance comme si tu tenais la main
à quelqu'un qui a perdu son chemin ; tant de souffrances cumulées, tant de batailles
gagnées et tant de sursauts de vie ! Je ne peux t'appeler car je suis en panne téléphonique depuis presque un mois et trois équipes successives d'Orange n'ont pu régler le problème. Il me faut à présent un électricien, je ne sais le temps que cela prendra. Heureusement internet refonctionne depuis quelques jours et me permet ainsi de t'écrire "ces quelques fleurs avec mon coeur à l'intérieur" comme le chante Marc Lavoine.
Mes pensées volent vers vous, vers cette Bretagne où tant d'amis sont venus autour de
vous et se préoccuper de votre bien-être. Cela me fait chaud au coeur de savoir que les
uns ou les autres sont attentifs et attentionnés.
Je t'embrasse depuis ma campagne ensoleillée aujourd'hui et je t'envoie cette chaleur
automnale et cette douce lumière, vers toi, vers vous, pour que cela se passe le moins
mal possible, dans le respect de Maurice ; j'ai lu ce qu'il subissait et c'est effrayant !
Je lui envoie de gros bisous et n'oublie pas de te reposer chère Dana. Ne t'oublie pas.
Lucette

Corinne S. C. amie du Net 26/09/2016 12:38

La fraternité est le seul cadeau que je puisse vous offrir, en tout cas le mien est plein des meilleures ondes... Fraternité forte Dana

Cindy M. fan 26/09/2016 00:12

Courage à vous deux gros bisous je pense fort à vous

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *Septembre 2013 à 2015, elle devient lauréate de 52 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'...
  • Contact

Recherche

Articles Récents