Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 22:16
AHMED, LE GAZAOUI / Ziad MEDOUKH

AHMED, LE GAZAOUI / Ziad MEDOUKH

À Ahmed Amassi, jeune Gazaoui du camp de Jabalya,tué le 22 septembre 2013 par des balles israéliennes, en pleine trêve.

 

Une douce matinée printanière  

Réveille le camp de réfugiés  

Les premières lueurs de l'aube bleue,  

Les gazouillis des oiseaux, 

Le petit matin trace un trait rouge 

Qui s'étire sur la ligne d'horizon,                                                          

Maison aux murs de pierres millénaires,                      

L'odeur généreuse du café noir de sa mère                 

Mélangé au parfum doucereux de la cardamone              

Le réveille.

 

Ahmed ouvre l'étroite fenêtre.                                            

Il observe les premières fraîcheurs                    

Annonciatrices du matin.                                            

Quinze longues années de précarité,                  

D'attente,                                                                              

De vie entre parenthèses.                                         

Réfugiés à moins de cent kilomètres                               

De son village d'origine.

 

Quinze longues années à subir                                 

Davantage de restrictions et d'humiliations.                  

Les ultimes larmes de son cœur                                  

Puisées dans les tréfonds de son malheur,                   

Des années que ça dure.                                                     

Les yeux d'Ahmed sont hypnotisés                                 

Par ces adversaires insaisissables                                      

Ils s'engouffrent dans la pièce étroite                           

Partagée avec tant de ses frères                                    

Loin des désillusions et de la fatalité                              

Qui s'installent dans l'esprit collectif des réfugiés.          

Seule la flamme de l'espoir l'a maintenu en vie.           

Un rayon de soleil réchauffe                                 

L'atmosphère fraîche de la matinée                                 

En attendant des jours meilleurs.                                  

Espoir réduit en poussière.

 

Dans une impasse étroite du camp                                 

Les immeubles disgracieux des quartiers alentour

Entassés les uns contre les autres,                                  

Des rues et des maisons entières englouties                    

Par des monstres affamés, entourés d'une

infranchissable                                                               

Barrière métallique de sécurité hérissée de miradors

L'armée a crée un gigantesque no man's land               

De plusieurs centaines de mètres.

 

Ahmed se dirige vers les ruelles du camp                     

Sous les regards brûlants des martyrs                              

Figés dans leur héroïque éternité                                    

Sur les grandes affiches qui surplombent les rues.         

Âgé de quinze ans, il est devenu adulte d'un seul coup,

Brusquement, sans transition,                                         

Éloigné des habitudes d'adolescent.                                 

En fait on grandit vite en Palestine.

 

Un silence parfait – cristallin – étouffant                  

Envahit les alentours.                                                             

Il prend dans sa main moite la main malingre de sa mère.                                                                                        

Il voit les longs nuages de poussière                                

Soulevés par les déplacements des blindés israéliens.

Des coups de feu crépitent au loin.                                   

Un gigantesque bulldozer vient de commencer             

Sa macabre besogne :                                                   

Écraser l'olivier le symbole de la paix,                              

Le déraciner,                                                                          

Le renverser,                                                                     

L'étouffer et l'enterrer.                                                        

Le désespoir est à son comble.                                              

Les murs et les fenêtres tremblent un instant.                 

Ses yeux vagabondent Vers les citronniers et les oliviers du jardin                                                                          

Touchés par les tirs.                                                           

Ces arbres s'accrochent aux bras de leurs racines

Comme le nouveau-né au ventre maternel.                  

Son cœur est transpercé d'une fine pointe d'angoisse

Angoisse de plus en plus oppressante.

 

Les soldats postés dans les miradors ouvrent le feu.

Ahmed est déjà par terre.                                                

Son sang transperce l'abîme.                                    

Victime d'un sniper qui vide toutes les balles                

De son chargeur dans le corps inerte de l'adolescent.

Sans raison et sans précipitation =                               

Avec la précision d'un horloger.                                         

Un corps ravagé – déchiqueté – outragé                           

Par la haine d'un barbare Caché derrière un mirador

dans son no man's land

 

Un sifflement strident qui s'atténue...                                 

Il esquisse un sourire :                                                  

Confusion des sens, valse des souvenirs,               

Tourbillons d'émotions, des heures au parfum d'infini.  

Il lève les yeux au ciel.                                                   

Quelle honte et quelle lâcheté !                                       

Dix balles pour abattre une simple branche d'olivier,

Pour tuer un jeune innocent,                                         

Pour anéantir une fleur de jasmin,                                   

Une plante de lumière !

 

La lumière de la vie                                                               

La lumière de Gaza                                                               

La lumière de la Palestine                                                       

La lumière de la Paix                                                            

La lumière de l'Espoir !

Ce poème a été récompensé par le 2ème Prix au Concours Europoésie 2013.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans Ambassadeurs de la Paix
commenter cet article

commentaires

Ziad MEDOUKH, poète palestinien, professeur de français, doctorat en sciences du langage, ambassadeu 20/10/2016 20:15

Merci beaucoup chère Dana pour ton partage
Amitiés de Gaza la vie
Ziad

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 54 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 54 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *Septembre 2013 à 2015, elle devient lauréate de 52 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 13 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons...
  • Contact

Recherche