Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 20:46
JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, ambassadeure de la Paix,...

Lundi 31 octobre 2016,

Hier soir j'ai lavé Maurice à partir de dix heures trente pendant un long moment afin qu'il soit apaisé. Il a bien dormi jusqu'à une heure où il m'a appelé pour le radiateur, ensuite à deux heures pour le recouvrir, à trois heures pour des démangeaisons, enfin il s'est mis à hurler de douleur de sa jambe à quatre heures du matin et il ne voulait pas me sonner car je lui ai dit :

Je ne te laverai plus cette nuit, Maurice, je suis si mal que je ne vais pas tarder à m'écrouler...

mais je l'entends crier et gémir si fort que vers six heures je me lève d'un coup.

Il est paniqué et suppliant :

Je n'en peux plus, j'ai trop mal, trop mal, trop mal, c'est atroce, je ne peux plus tenir.

Je le calme avec de la crème en massant sa jambe tout le long de sa cheville, mollet et cuisse sur le point d'appui du drap. Il avait si mal qu'il a avancé sa prise de morphine de deux heures, je lui dit de prendre les 40 mg conseillé par le médecin en cas de crises aiguës. Je lui masse aussi le dos, les reins, les traces des plis du lit sont profondes et le talent... je lui change ses couches afin qu'il soit bien, au préalable je l'ai lavé et 'éosiner'. Comme il a de grosses talures sur les fessiers j'applique des gros carrés de Mépilex XT, mais dès qu'ils vont rouler, le piquer et le démanger il faudra les ôter... et ce sont des pansements très chers... nous risquons d'en rester aux pommades et éosine en attendant d'avoir le fameux matelas à air.

Maurice dort encore un peu et l'infirmière arrive pour les soins. Elle le change complètement car il est tout mouillé et elle le prépare pour son départ à l'hôpital de Quimper pour les derniers tests d'allergies aux antibiotiques.

Elle passe à mes soins et ô horreur, ma jambe droite et mon pied sont enflés et rouges... ma déformation du pied me fait très mal alors que je ne sens pas mes jambes ni mes pieds... je suis infectée... elle appelle en urgence le médecin remplaçant qui me prescrit des antibiotiques et une prise de sang pour demain à jeun. Cette fois après une vigilance constante c'est le pied droit qui fait des siennes alors que je venais tout juste de passer une radio sur le pied gauche suspect. On n'en sort pas ! Pas étonnant que mon pied était très enflé ces derniers jours au matin et que je grelottais de froid avec le radiateur et deux couettes épaisses... rebelote !

Je le fais déjeuner très tôt à onze heures et il s'impatiente car les ambulanciers 'Urgences 29' partent à douze heures quarante, il a vraiment peur d'être en retard, car en plus le service de l'hôpital vient de lui téléphoner pour lui dire qu'il annulait le rendez-vous car le médecin était absent.

Alors là pas question, je suis déjà dans l'ambulance et j'arrive !

Bon, on se débrouillera !

Ça c'est sûr attendre si longtemps un bilan de batterie de tests allergiques et deux mois et demi pour une intervention sur sa jambe, il faut être sérieux !

Les ambulanciers sont là et comme à chaque fois, ils bataillent pour basculer son corps si lourd sur le brancard. Enfin, il est prêt à monter dans l'ambulance. Ils partent.

De mon côté victime de fatigues intenses et extrêmes avec cette maladie de la fatigue et de la douleur faisant mauvais ménage avec un diabète... et le fait d'être 24 heures sur 24 sollicitée par les soins de Maurice... je suis anéantie.

Je traîne un peu sur mes courriels et j'attends le docteur remplaçant. Il me prescrit en plus des antibiotiques faxés ce matin à la pharmacie, une prise de sang pour vérifier si l'infection est là et il me dit que je devrais porter aussi une barouk à droite (chouette, moi qui marche comme une quille, cette fois je serai par terre à chaque occasion). Il faudra aussi sans doute faire un prélèvement et passer une radio... on n'en sort pas de notre misère !

Dégoûtée, consternée, épuisée je vais au lit où malgré un maillot et la couette je tremble de froid.

À quatre heures notre ami Pierre C. entre dans la maison sur mon cri :

Entrez...

Je lui parle depuis la chambre et l'invite à y pénétrer. Il vient avec le panier de la tondeuse à gazon qu'il veut nous faire ressouder par un de ses copains... c'est vraiment épatant de pouvoir compter sur ce service, je n'ai guère de temps de m'en occuper et de l'emmener moi-même chez le réparateur.

Maurice rentre une heure après, du coup réveillée, je suis allée chercher le traditionnel et journalier fusain pour mes biquettes qui crient d'énervement et d'impatience ! Ah, le sottes !

Une fois à la maison, Maurice se plaint d'être très mal, il est parti avec sa poche de glace sous les fesses et annonce :

J'en ai marre, ce n'est plus une vie, j'en ai vraiment, vraiment marre !

L'infirmière arrive pour soigner et ranger le lit de Maurice. Je lui prépare son souper. Moi, je n'ai pas faim, ce sera une tisane de feuilles de myrtilliers (très bon pour faire baisser le diabète), mes remèdes et le lit... trop mal !

 

JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, ambassadeure de la Paix,...

Mardi 1er novembre 2016... soixantième jour de descente aux enfers...

Les nuits dantesques continues. Il me fait lever à onze trente pour le laver... j'ai trop mal dans le dos, les jambes, de partout et je dois le faire. Porter une bassine d'eau jusque vers lui c'est comme grimper l'Himalaya, je ne peux pas avancer en tenant quelque chose à deux mains. Il me rappelle à une heure, à deux heures et à trois heures... je n'en peux plus !

Vers quatre heures il commence ses hurlements de douleur avec sa jambe, je ne l'entends qu'à six heures... il pleure. Évidemment il ne voulait pas me sonner une nouvelle fois. Il est en panique. Je fais tout pour le soulager, lui donne un doliprane et lui dis d'avancer sa prise de morphine et de prendre de l'euphytose. Je lui mets une nouvelle poche de glace. Je lui arrange ses couches qui deviennent une phobie chez lui tant il a peur de mouiller le lit. Puis je retourne me coucher et lui s'endort jusqu'au matin où je me lève à huit heures pour lui donner sa morphine et ouvrir la porte pour l'infirmière. Je retourne au lit et je dors jusqu'à son arrivée à dix heures. Maurice aussi... cela nous a fait du bien, après tout c'est un jour de congé.

L'infirmière passe aux soins de mon époux puis aux miens où elle prend mon pied droit en photo, elle en est horrifiée. Elle me rappelle que le médecin traitant doit absolument venir. Elle a réussi à trouver un collecteur d'urine adapté pour Maurice. Nous allons l'essayer, ce serait chouette que ça fonctionne, nous aurions moins de souci et de travail que donne les couches et aussi de budget effarant. Elle doit m'expliquer la façon dont on doit s'en servir.

Il fait un temps radieux dès le lever du soleil. Je dois arrêter les radiateurs. Il faisait 4° ce matin, mais la température monte très vite... la baie vitrée entièrement ouverte laisse pénétrer un soleil généreux.

Les animaux fidèles au poste m'attendent devant l'entrée de l'enclos poussant un cri de temps à autre, manière de ne pas se faire oublier.

Moi, mes journées comme mes nuits n'en finissent pas. Après le passage de l'infirmière, étendre une lessive, en mettre une seconde dans la machine, le repas à préparer et lui porter, toutes les petites choses dont il a besoin à lui remettre sous la main, le laver et le changer à treize heures trente... le laver représente pour moi un effort incommensurable, un exercice physique qui me tue littéralement... je n'en peux plus et j'irai faire la sieste en espérant qu'il ne m'appelle pas pour de nouveaux soins. J'ai abandonné de faire la vaisselle, je l'ai rangé en tas et mon auxiliaire de vie s'en débrouillera demain.

Je pars nourrir nos chèvres et les abreuver. L'infirmière vient pour les soins du soir, elle a du travail ! Elle m'appelle pour me montrer le fonctionnement du collecteur d'urine. Ensuite, elle s'en va.

Je termine avec les animaux et je rentre préparer le souper. Je suis toujours sonnée par cette immense fatigue qui me colle à la peau. Parfois je voudrais être massée doucement sous l'eau où être dans l'eau des heures durant pour ne plus traîner ses douleurs atroces.

Dans la cuisine affairée à peler des petites pommes de terre que je vais faire sauter, Maurice ne cesse de m'appeler, pour son eau, pour ses médicaments, pour ses talures que je dois masser sous ses deux jambes, j'ai les mains dans la crème et je dois me relaver à chaque fois... il n'arrête pas de me demander un service.

Même lorsque je commence mon repas, il m'appelle... dix, vingt fois et je dois rester stoïque alors que mon corps crie au secours sans arrêt... je ne sais pas ce que je vais devenir... je vais être totalement dépendante à mon tour. Je n'arrive à plus rien faire avec mes mains.

Le repas terminé je veux remplir mon pilulier. Les infirmiers débordés l'ont oublié. Je m'énerve, je n'y arrive pas... je prends un couteau c'est pas mieux, je fais tomber un cachet... a-t-on idée de les faire aussi minuscule.

Maurice m'entend râler, il me dit de venir près de lui, il va me les sortir de leur emballage. Je lui apporte mes boites et il me sort les pilules... pourtant avec la Parkinson, ce n'est pas simple... mais moi, je ne fais pas la pince et je n'ai aucune force dans les doigts, les mains et les bras. Bon, nous y sommes arrivés... le pilulier est fait pour la semaine. Je dois penser à prendre aussi mon antibiotique à présent. Demain j'aurai droit à une prise de sang, aujourd'hui était jour de congé.

Maurice me rappelle, son collecteur ne lui va pas. Il ne parvient pas à uriner, je dois tout défaire. On est bien avancé, je remets les couches !

Sur l'ordinateur, il me rappelle à nouveau, je dois le masser sur ses talures du dos, puis il m'appelle encore, je dois lui ôter sa poche de glace ! Je crois que je ne tiendrai pas ce régime bien longtemps... il reste encore douze jours avant la consultation à Brest... puis une intervention sur sa jambe mais encore dans combien de temps ?

Bon, ce soir, je ne vais pas traîner... je n'ai même plus la force d'écrire... jamais de temps du moindre répit, d'un peu de calme et ce n'est pas de sa faute.

Lorsque cette épreuve effrayable sera terminée je crois que je vais aller dans un endroit magique pour dormir cent ans ! ! !

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article

commentaires

Dana LANG 02/11/2016 20:59

Merci Josiane,
C'est inimaginable ce que c'est dur... je suis déjà terriblement affectée par "ma sclérose en plaques" et mon diabète, et je dois grimper un Himalaya de problèmes en tous genre et surtout être au chevet de Maurice 24 heures sur 24, qui me réclame toutes les demi-heures un service où un soin très difficile pour moi... je suis dans une galère indescriptible de fatigue et lui dans une situation absolument atroce où les médecins nous font attendre... attendre... heureusement qu'il devait prendre une septicémie en l'espace de quelques jours ! ! ! Bref, c'est l'enfer en pire..;
Merci de tes petits mots, ils sont toujours les bienvenus sur mon immense détresse,
Mille bises à toi et à ta famille,
Dana

josiane horrent 02/11/2016 18:14

C'est mission impossible que tu accompli Dana , que le ciel te viennes en aide

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *de septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 59 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres...
  • Contact

Recherche

Articles Récents