Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2017 7 20 /08 /août /2017 19:47
LE BOUFFEUR DE VIE (carnets journaliers) / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de romans fantastique (Héroic-Fantasy) et de contes, poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Dimanche 20 août 2017... infernales démangeaisons... étouffements...

 

Il me réveille deux fois dans la nuit... il souffre de la prostate... puis sur le matin rebelote à six, à sept, à huit... impossible de dormir plus longtemps.

Je me lève et prépare les déjeuners... je ne vais pas arrêter de la journée... il ne cesse de m'appeler et de se plaindre. Il a de terribles démangeaisons, mais il ne peut pas en être autrement avec le ventre gonflé d'eau à outrance... le diurétique fatigue son cœur qui en contrepartie ne cesse de produire de l'eau et le pousse à l'étouffement permanent. Il se plaint aussi de la sonde qui fuit et lui fait bien des misères... il n'en peut plus de toutes ses attaques de toute part... pour tout arranger il tremble comme une feuille... rien d'étonnant à ses appels continus, ses plaintes et ses râles. Par moment il devient blanc comme un linge.

Je regarde mes courriels puis je file à la salle de bains. Ensuite je fais la vaisselle et prépare le repas. Je me lance dans l'épluchure des patates ce qui est devenu une prouesse qui me fait mal... demandez à un singe de le faire, vous verrez le résultat... je les comprends de mieux en mieux. Je laisse tomber tout ce que je touche et cela m'irrite au plus haut point. Je parviens tout de même à confectionner une purée avec du boudin... il me faut une sacrée dose de patience. Enfin nous allons pouvoir manger à treize heures.

L'infirmière a terminé ses longs soins, bien ennuyée de voir les problèmes rencontrés par Maurice avec cette sonde à demeure... il n'en finit plus d'en voir de toutes les couleurs...

L'après-midi s'écoule en regardant le défilé du Festival Interceltique de Lorient que nous affectionnons tant, et dire que nous sommes ici et que jamais nous n'avons pu nous y rendre, heureusement que nous l'avions vu en 2002. Allongée sur le fauteuil releveur près de Maurice je m'enfonce dans le sommeil où tous mes muscles me font mal... l'infirmière arrive et je me trouve coincée par les douleurs... crise d'asthénie... et pourtant elle me réveille pour passer le lève-malade. Ah, je suis ko.

Quand elle s'en va, Maurice est pris de crises de démangeaisons qui n'en finissent pas. Je lui dis que ses comprimés vont finir par lui faire de l'effet. Je lui présente le repas du soir et nous terminons à vingt heures. Il geint sans arrêt.

Je n'ai pas pu étendre les draps, mais j'ai fait quatre lessives et demain il faudra tout étendre, heureusement j'aurai Nathalie... elle va avoir du travail. Ce soir j'ai aussi dû laver la sangle du lève-malade et je l'ai étendu sur l'appareil, on verra demain il devrait faire beau.

Ce soir, je n'en peux plus... si je devais compter le nombre de fois où je traverse la maison, je serai bien étonnée.

Le temps est resté maussade aujourd'hui...

LE BOUFFEUR DE VIE (carnets journaliers) / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de romans fantastique (Héroic-Fantasy) et de contes, poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Samedi 19 août 2017... la sonde fuit une fois de plus... étouffements permanents...

Maurice apaisé par les soins de l'infirmière et la prise de ses remèdes s'endort.

Il me rappelle à minuit cinq pour des démangeaisons, à quatre heures car il a soif et faim, puis à six, à sept, à huit et à neuf heures. Finalement je me lève.

Je lui prépare son déjeuner puis le mien. Je fais la vaisselle, étend une lessive, file à la salle de bains et l'infirmière arrive. Elle soigne toujours avec autant d'abnégation et de passion son malade. Maurice est épuisé par les soins, il a tant de mal à respirer.

J'ai mis en route le repas, une tourte au saumon, une salade de tomates avec jardinière de légumes, yaourts, fruits.

Il va dormir l'après-midi. Je termine vers quinze heures et je vais faire une sieste, mais je ne parviens pas à trouver le sommeil. Vers seize heures cinquante Maurice m'appelle... pour rien.

Je file chercher de la nourriture pour mes chèvres et je relève le courrier. Je reçois une réponse négative pour la prise en charge de l'ambulance pour le déménagement... je m'y attendais... il faudrait qu'il soit hospitalisé pour y avoir droit... bon, cela ne va pas nous empêcher de partir.

L'infirmière arrive lorsque j'ai terminé de cueillir mes fusains, elle monte mon sac à la maison puis elle va renverser son contenu au-dessus de l'enclos... c'est chouette, moi j'ai tant de mal pour y aller ! Puis mon adorable Clémentine que j'ai rencontrée tout à l'heure, apporte une brouette d'herbe pour les animaux... les voilà aux anges !

Lorsque l'infirmière nous quitte, je sers une soupe de tomate froide à Maurice, je la lui fais manger, ensuite un bout de charcuterie, un yaourt et des prunes.

Il respire mal, son visage est rouge et il émet un râle continu. Voilà une journée qui s'est passée comme toutes les autres. J'ai refait deux lessives et demain j'aurai six draps à étendre... je ne vais pas pouvoir !

Il a fait bon aujourd'hui, grand beau temps ensoleillé.

Vendredi 18 août 2017... étouffements... étouffements... étouffements...

 

Il me réveille à une heure, puis à deux où je suis obligée de le changer. Je dois m'y reprendre à six fois tant il s'étouffe couché sur le côté gauche (pourtant le moins difficile) et pour moi qui souffre tant de mes mains et de mes doigts ce n'est pas facile, puis il m'appelle à six heures. Ensuite je retourne au lit où je m'endors profondément et je n'entends pas le passage de l'infirmière. C'est l'arrivée de Nelly qui me pousse à me lever.

Elle nous prépare nos tartines, les apporte à Maurice et je déjeune. Puis je me pose sur l'ordinateur et vers dix heures, je songe à aller dans la salle de bains, je déteste traîner ainsi, cela ne m'arrive jamais, mais encore trop ensommeillée je ne réagis pas tout de suite.

Voilà, je peux aller changer l'eau de nos animaux. Nelly a terminé le plus gros des tâches et me rejoint, elle cueille rapidement un sac d'herbe et de pissenlits pour les chèvres. Les oies déplacées dans le pré remplacent la tondeuse.

L'infirmière arrive et Nelly lui donne un coup de main pour installer Maurice sur le lève-malade. Il est très difficile de tourner Maurice surtout sur le côté droit, car il faut faire rouler son ventre qui n'est autre qu'un très lourd sac d'eau et cela le fait souffrir intensément, il s'étouffe fortement aussi à chaque fois. Le diurétique que les médecins s'acharnent à lui donner ne fait que fatiguer son cœur qui produit trois fois plus d'eau et provoque son étouffement continuel. Seul le gastro-entérologue de Roanne et le cardiologue de Brest ont compris l'état réel de son cœur. Ils ont bien vu que malgré son état il fallait le laisser en paix et ne rien tenter... mais allez dire cela à tous ces médecins jusqu'auboutistes et autistes.

Nelly termine son service et nous quitte. L'infirmière soigne Maurice avec un très grand dévouement, elle s'applique comme jamais à le soulager le plus possible.

Je prépare le repas, jardinière de légumes en salade, quiche lorraine, yaourt et prunes. Puis Maurice somnole, il respire mal, il a chaud et me demande de mettre en route les deux ventilateurs. Il fait beau et chaud, la véranda est déjà plongée dans le courant d'air.

Je m'installe dans le fauteuil releveur près de lui où finalement je m'endors. Au bout d'un moment je ressens un froid intense et mes jambes se paralysent, j'entends Maurice en pleine détresse respiratoire, mais je ne parviens pas à me réveiller. Il faudra attendre seize heures quarante-cinq pour que j'arrive à bouger.

Maurice a le souffle court et la respiration sifflante. Ses yeux sont rougis et son visage bleui, rouge et violet. Il respire la bouche ouverte et il se sent très mal. Il me demande de rester assise à ses côtés. Nous nous tenons la main. Nous attendons l'infirmière. Pour un peu j'appellerai le médecin mais pourquoi faire ?

Céline arrive et nous sommes tranquillisés. Elle s'applique à le soulager en lui mettant un suppositoire pour des selles qui ont du mal à sortir. Puis lorsqu'elle l'a lavé et changé, elle lui ôte sa sonde, celle posée hier n'était pas au bon diamètre. Il devrait se sentir mieux. Déjà il respire plus calmement et se sent allégé d'un grand poids.

Lorsque l'infirmière nous quitte, je fais rapidement une omelette, lui donne un yaourt avec de la poudre de protéine, du riz au lait. Petit à petit Maurice s'endort sereinement. Il devrait dormir apaisé.

Je lis mes courriels et j'écris. J'ai préparé une affiche pour les vétérinaires afin de placer mes chèvres et mes oies chez de bons maîtres. Cela m'attriste de m'en séparer...

LE BOUFFEUR DE VIE (carnets journaliers) / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de romans fantastique (Héroic-Fantasy) et de contes, poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Jeudi 17 août 2017... démangeaisons, maux de tête... étouffements...

 

Après les soins du soir, son repas, ses démangeaisons récurrentes que je calme en le frottant avec des crèmes à la calendula, Maurice finit par s'endormir. Il s'étouffe régulièrement à chaque efforts fournis pour manger, se moucher, se tourner avec l'aide de l'infirmière... etc... etc... il cyanose aussitôt, mais au calme son teint devient livide, de la couleur farine de ses mains devenues ainsi depuis son infarctus du 30 août 2016.

Il s'enfonce dans le sommeil et moi, je ne résiste pas au charme de Lætitia Casta dans la Coupable Passion d'Arletty qu'elle interprète brillamment dans ce film.

Puis je file au lit.

La nuit est entrecoupée de ses appels toutes les deux heures jusqu'au matin où il souffre à nouveau de maux de tête. Je le fais déjeuner car il doit rester trois heures à jeun avant sa nouvelle prise de sang. Sylvie frappe et entre. Je déjeune et je file à la salle de bains. Je me prépare pour aller en courses.

Lorsque nous rentrons l'infirmière est là et Sylvie doit s'en aller car elle doit assurer un autre service. Je range et les commissions et je me jette dans la confection du repas de midi : côtes de veau aux carottes.

Je termine à peine la préparation que le médecin surgit dans la maison. Il nous ausculte tous les deux (je n'aime pas bien ça, je n'en ai guère l'habitude !). Il veut me prescrire un troisième comprimé de metformine. Je lui dis que je prends tous les jours du curcuma dans mes plats... la curcumine possède la vertu de guérir 700 maladies, notamment le diabète et mon pied ne coule plus ! Les médecins ne sont pas très portés sur la phytothérapie, médecine d'avenir. À part cela, nous passons une séance de rigolade car Maurice se trouve privé de ses crèmes protéinées remplacées par de la poudre 'de perlinpinpin' à ajouter dans les yaourts... ce que Maurice n'apprécie pas trop. Ces crèmes ont la réputation de faire grossir soi-disant...

Durant l'après-midi Maurice s'endort. Moi, je me cale sur l'ordinateur. Dans mes courriels je reçois la réponse de mon amie Aïcha Vésin-Chérif, auteure et responsable de l'UERAA pour me représenter à la Cérémonie de Remise des Prix de Thionville et dont Marie-France Moriaux, poète pourra emporter avec son époux mon Trophée John Ronald TOLKIEN et mes cadeaux dans sa voiture, ce qui déjà me rassure.

Malgré cela, je me mets en tête de trouver un interlocuteur capable de satisfaire mon désir de me rendre à Thionville en Lorraine. Jamais je n'ai éprouvé ce besoin, cette envie folle d'être présente, sans doute trop privée depuis trois ans de tous contacts professionnels. Déjà en 2015 j'aurai dû me rendre à Thionville pour recevoir le Trophée Andersen et le Trophée Homère mais je m'étais faite représenter par mon amie, Marie-France Moriaux. Elle avait eu la gentillesse de me rapporter mes cadeaux avec son époux, puis mon fils était allé les chercher et mes enfants me les avait apportés lors de leurs vacances à la maison.

En septembre 2013, nous étions allés Maurice et moi recevoir mon Prix des frères Grimm et nous avions apprécié cette superbe manifestation, la qualité et les compétences des responsables, des Jurys et des bénévoles du Centre Européen pour la Promotion des Arts et des Lettres qui œuvrent avec tant d'abnégation à la réussite de cet événement. Nous en avons gardé un souvenir impérissable. C'était mon premier Prix Littéraire et depuis celui-ci est le cinquante-cinquième d'une longue série où j'aurai pu faire le tour de la France.

Je téléphone à la Maison du Handicap où la directrice, une personne fort charmante, qui une fois que je lui ai exposé ma situation, m'encourage vivement à m'y rendre. Elle me conseille d'appeler l'Association des Paralysés de France... mais pourquoi est-ce que je n'y pense jamais, de même que l'AFM et la CMT France ? Je donne un coup de fil à l'APF où j'expose ma requête exceptionnelle à un monsieur très aimable. Il offre une bonne écoute à mon problème.

Il me dit de le rappeler demain matin à neuf heures... d'un coup mon cœur tintinnabule doucement et mon âme se reprend à espérer.

Maurice dort de temps à autre... parfois il bredouille des paroles confuses comme d'avoir donné un peu d'argent à notre petit-fils venu nous aider ce matin. Il voit les chèvres dans la maison...

J'attends mon adorable podologue pour mes soins de pieds. Elle arrive à seize heures trente. Dans l'intervalle j'avais écrit tous ces mots que l'ordinateur n'a pas voulu enregistrer, du coup je dois tout réécrire... ce que je n'aime pas du tout.

Elle nous quitte et peu de temps après Maurice se plaint de se sentir mal, l'impression de prendre un malaise... il va mal. Il attend, comme toujours, impatiemment l'infirmière car c'est le moment où il bouge un peu de sa couche, change de position hélas trop brièvement.

Le temps s'est éclairci mais il reste plongé dans la grisaille d'un mois de décembre... le soleil et la chaleur doivent revenir oui mais quand ?

En soirée nous apprenons l'effroyable attentat de Barcelone...

LE BOUFFEUR DE VIE (carnets journaliers) / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de romans fantastique (Héroic-Fantasy) et de contes, poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Partager cet article

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 57 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 57 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *de septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 57 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'...
  • Contact

Recherche

Articles Récents