Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 19:11
CE SOIR, MON AMOUR, TU PLEURAIS (correspondance de 2009 lorsque Maurice était en soins palliatifs à domicile) / Dana LANG, conteuse aux plumes de sioux, artiste internationale, auteure de romans fantastique (Héroic Fantasy), de contes et de nouvelles, poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Ce soir, mon amour, tu pleurais, 22 mai 2009 (Correspondance).

Tu vas quitter ce monde, mon amour. Et plus encore tu vas devoir quitter tous ceux que tu aimes. Une amie t’a dit que tu laisserais ton empreinte dans les cœurs et une marque sur la terre,

Et tu pleurais.
Tu te demandais :

Est-ce vrai ?

Que laisseras-tu derrière toi mon amour ?

-Ta force, ton mental, ton esprit , ton génie hors du commun, ton QI, ta bonté, ton inépuisable bonté, ton caractère généreux, inépuisablement généreux, ton amour des êtres, ton appétit immodéré de la vie... et ta boulimie de tout. Et encore cette force phénoménale qui t’a permis d’exercer une activité humaine qui laisse des traces indélébiles à Châlon-sur-Saône, à Mâcon, à Lyon, dans le Bugey et ailleurs... des immeubles, des grandes surfaces, des maisons, un théâtre, le métro lyonnais, la Tour de la Part Dieu. Toi, qui commandais si jeune encore tous ces hommes de tous les corps de bâtiments dans cette entreprise incroyable de la construction du 'Crayon Lyonnais' soulevant la jalousie de ton père. Et puis, pour terminer ta carrière le bel immeuble de 'Véritas' à Limonest ; n’est-ce pas toi qui à trente ans huit ans en a conçu la magistrale construction ? Toi, encore qui te lançais dans des sports difficiles, alpinisme, rallye, moto cross et ski de fond en te blessant sans cesse mais toujours prêt à recommencer. Toi qui, dirigeant de la Fédération Française de Ski durant quinze ans laissera des souvenirs marquants et révélateurs de talents. Et toi, qui blessé dans trois accidents très violents, moto, voiture et ski de fond, dont les séquelles, principalement du troisième, t’ont cloués dans ton fauteuil roulant, t’es reconverti en radio amateur. Durant près de vingt ans, tu es resté en relation avec le Dicaf pour des interventions de secours sur tous les coins de la planète, tremblements de terre et autres catastrophes naturelles, Inde, Amérique Latine, Tchernobyl, et tant d’autres... et le même qui, malgré la maladie cardiaque, la maladie de Parkinson, l'assistance respiratoire et les opérations à répétitions, dans les cœurs de chacun apportait son humanité, sa tendresse et son humour récurrent. Le même qui m’a conquise il y a dix ans, le même qui a tant aimé mes enfants et petits- enfants quand les siens lui tournaient le dos définitivement après le décès de sa première épouse... que d’amour tu auras su nous dispenser, que de tendresse et que d’attention ! Et puis du tréfonds de la maladie, tu rebondissais toujours, allant au fond des choses pour y trouver une nouvelle passion, une nouvelle joie, une nouvelle raison de vivre encore... le camping-car et la fuite après une attaque cérébrale dans des voyages fous et superbes du tour de la Péninsule Ibérique, le Portugal et l'inoubliable Andalousie, voyages étalés sur six mois ; le quad pour une nouvelle mobilité, pour finir le Net avec la tenue d’un blog « humourdujour ». Jamais tu n’as baissé la garde, jamais !

Alors, mon amour, il ne faut retenir que cela, l’empreinte inoubliable déposée sur chaque être qui t’aura connu. Une empreinte de rire, de joie, d’amitié et d’amour. Rien que de l’amour, toujours de l’amour dans un grand rire de géant, c’est bien là ce que nous retiendrons de toi.

Tu dois nous quitter, tu dois nous quitter tous. Quels cruels deuils pour toi et pour nous le chagrin de devoir se préparer à ton départ. Je ne l’imagine pas.

Sois bien sûr pourtant que là-bas de l’autre côté du miroir, de l’autre côté de la berge on se retrouvera pour vivre ensemble une nouvelle vie plus riche, plus constructive encore que celle-ci, plus belle, plus forte dans un amour plus grand. Alors attends-moi ! Attends-nous, nous qui t'aimons tant.

Ce soir, mon amour, tu pleurais...

 

Lettre de Maurice, le 4 août 2009, Hôpital de Roanne.

Dana, mon amour,

Je viens d’ouvrir ton message qui m’a beaucoup fait pleurer. Alors, à mon tour, mais avec beaucoup moins de talent, je vais te raconter une histoire :

C’est l’histoire d’un gars, un peu paumé et malheureux qui recherchait l’âme soeur… un jour, ce gars qu’on appellera Momo se retrouve à observer une merveille tombée de son haut Beaujolais devant une église à Belleville-sur-Saône.

Depuis ce jour, j’ai découvert un trésor que je protège, que je vénère et que j’adore. Ma vie est devenue belle. Je t’adore mon amour, comme je n’ai jamais aimé et comme je n’aimerai jamais.

Alors, comment veux-tu que je pose mes valises? Je sais que je vais être obligé de te quitter, mais c’est mon coeur que je déposerai à tes pieds. Tu es ma seule raison de vivre cet enfer qui n’en finit pas.

Tu te demandes pourquoi cet amour aussi fort ?

Tu es une femme intelligente, tu es belle, ton aura irradie ton visage si beau, tu illumines tous ceux qui t’approchent, et tout cela je l’ai vu dès le premier jour.

Tu as un tempérament fort et il faut être très fort pour vivre auprès de toi ! Je comprends l’échec de ton premier mariage. Avec toi, le droit à l’erreur n’existe pas, mais quelle sécurité auprès de toi, quelle bonté, quelle honneteté, quel amour, je suis dingue de toi !

Je ne pense pas qu’une autre femme sur terre aurais pu m’amener ces dix années de pur bonheur. Mais, je ne voudrais pas salir cette belle vie avec une fin aussi avilissante pour nous deux. Je ne sais pas comment faire pour en finir ! Alors, je surcharge le mulet de fatigue pour que le coeur s’arrête enfin.

Je dois te remercier de l’accueil que tu m’as fait au sein de cette famille où je me sens si bien. J’aime tes enfants et les considère un peu comme les miens mais je craque avec ces petits enfants que j’adore et qui me le rendent bien.

Mélissa a besoin de s’affirmer dans sa vie affective et scolaire, mais quel ange !

Naïli est un homme maintenant, intelligent et courageux. Il comprend tout du premier coup, mieux qu’un adulte mais d’une sensibilité extrême. À la place de son père, je serai fier d’avoir fait un tel homme, moi, plus humblement, je suis très fier d’être son grand-père.

La petite dernière Elsa, alors elle, je suis médusé ! Autant d’intelligence dans ce jeune corps ! Discuter avec une enfant de six ans mieux qu’avec certains adultes est impressionnant, je suis scotché ! Je l’aime ce petit bouchon !

Quant à toi, N. tu es une femme magnifique et tu mérites un homme de ton niveau ! Mais, je ne me fais pas de souci, ta beauté et ton intelligence feront le reste, mais arrête de faire l’assistante sociale, tu n’es pas là pour ça ! J’ai mis le temps pour vraiment te découvrir et t’apprécier à ta valeur. Tu as fait très fort pour faire trois si beaux enfants avec deux cloches. Donc, tout le bon venait de toi, mais là, je ne suis pas surpris, oui, tu ressembles à ta mère.

V. me semble heureuse avec N. Je les aime beaucoup toutes les deux, mais après mon départ, je passerai au temple bouddhiste leur faire un signe.

Y. et S. sont un exemple de vie et d’amour. Dommage qu’ils n’aient pas de petits, ils auraient été si bien, mais tout est possible… Y., cet homme calme et serein… j’adore quand ils viennent nous voir…

Enfin, chérie, j’ai fait un tour de la famille qui pendant dix ans m’a amené autant de bonheur. Il est 5 heures 30 du mat et je n’ai pas encore dormi… je souhaite rentrer à la maison le plus vite possible pour retrouver notre petit nid d’amour.

Je t’aime chérie, comme tu ne peux pas t’imaginer. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps en écrivant cette lettre, pleine de fautes et maladroite mais encore une fois, c’est mon coeur qui parlait.

Je me fais du souci pour toi et ta vie future, tout en sachant que tu t’en sortiras.

Bisous mon amour. Je t’aime à la folie.

Ton époux, Maurice

 

Réponse de Dana...

Maurice, mon amour,

Je t’aime, mon chéri, je t’aime tellement !

Je me souviens de ce temps, où après tant de lutte pour connaître enfin le bonheur, je me suis décidée d’aller chercher un époux et un grand-père pour mes petits enfants. J’étais si décidée et à la fois, si sûre, de te trouver. Je me rappelle, comme si c’était hier, ce rendez-vous fébrile devant l’église de Belleville-sur-Saône. Je n’oublierai jamais comme j’étais garée derrière toi. J’étais certaine que c’était toi, comme j’étais certaine encore que tu me guettais pour voir un peu quelle allure je pouvais avoir. J’étais une grand-mère et j’étais loin de ressembler à la belle jeune femme d’autrefois et je me disais, inquiéte, lui plairai-je seulement?... Et lorsque je me suis retournée devant la porte de l’église, cet homme que tu étais m’a bouleversé. J’ai tout de suite compris, mais je le savais déjà, que c’était toi ! Toi, cet homme romantique et sentimental. Sous ce parapluie avec trois roses rouges, tu étais celui que j’avais cherché toute ma vie, toi que j’aimais déjà. Tu avais cette aura magnifique qui montrait celui que tu es, très intelligent, fort, loyal, entreprenant et empreint d’une si profonde bonté. Je t’ai aimé fort, aussitôt.

Il me semble que je t’ai toujours connu, est-ce peut-être parce que je t’ai tant cherché.

Je sais comme tu aimes mes enfants et nos petits-enfants. Car vois-tu, tu es entré dans leur coeur comme leur grand-père et crois bien qu’ils connaîtront hélas, l’immense chagrin de t’avoir perdu. Je t’aime et nous t’aimons tous tellement. Tout ce que nous avons fait, ensemble, démontre combien nous t’aimons tous. Quelquefois, souvent même, les silences sont plus forts que les mots. Mais toujours les enfants et les petits-enfants ont su te montrer, te manifester les forts sentiments qu’ils éprouvent pour toi. Crois bien, comme ils vont tous être très malheureux, très tristes que tu sois parti, mais eux, comme moi, pensent que nous nous retrouverons là-bas, là-bas sur l’autre rivage et que pour le temps qu’il nous reste à vivre, jamais tu ne quitteras notre cœur, jamais. Alors, mon amour, malgré mon immense chagrin, pense toujours que ton épouse adorée te retrouveras, crois-le aussi, dans notre prochaine vie. Car, je ne pourrai jamais me passer de toi, plus jamais vivre sans toi. Tu vas me laisser un très grand, immense vide, et pas un seul jour sans que tu n’occupes mon cœur… la vie s’écoulera jusqu’à ce que je sois de nouveau près de toi… et ce que nous n’avons pas terminé, nous le terminerons ensemble ou bien nous construirons quelque chose de nouveau. Je suis tellement triste de ton départ, j’aurai tout donné pour que tu restes près de moi, mais la maladie a fait, sur nous, tant de ravage qu’il est tant pour toi, mais aussi après pour moi, de trouver une nouvelle enveloppe charnelle, une nouvelle vie plus heureuse encore…

Je t’aime, mon amour, mon Maurice, mon Momo plus que quiconque ne pourra jamais t’aimer, plus que ma propre vie, plus que tout… en as-tu jamais douté ?... Et si, tu as pu me trouver dure, parfois, ce n’est qu’une carapace d’une immense volonté à trouver le bonheur, une fermeté à garder le bon cap, un désir absolu de respect… une soif absolue d’être aimée… mais, crois-moi, j’autorise à tous, le droit à l’erreur, car nul plus que moi, sait combien on peut récolter de chance si l’on ne refait pas cette erreur une seconde fois.

Et ta fin, mon coeur, ne sera jamais avilissante pour moi, c’est seulement la fin d’un homme au souffle de vie incroyable, capable de tant d’ouvrages avec un tempérament de meneur. Tu étais fait pour prendre les rênes d’un pays, pour être un véritable homme d’Etat. Qui sait, un jour ?

Alors, tu vois, la vie nous a vraiment gâtée puisqu’elle a permis notre rencontre… mais le hasard n’existe pas… à bientôt, mon chéri… même si mon coeur et mon âme se brisent sur ces mots… beaucoup sont passés à côté de toi, sans te voir, moi au contraire, je savais qui tu étais, ce que tu valais réellement, mais que, hélas, l’accident puis la maladie avaient fini par briser… mais pas l’homme, pas ton âme. Tu étais toi, un homme d’action et au courage sans faille… un homme de coeur, un homme de bonne volonté et tu as su le rester jusqu’à ton dernier souffle.

Tu étais fait de ce bois qui font les très grands hommes. Les simples gens, les gens de coeur, eux, ont su le voir !

Mais j’arrête car, je vais encore te faire pleurer…

 

Dana, ta femme qui t’aime tant.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : LE MONDE IMAGINAIRE de Dana LANG, conteuse aux plumes de sioux, fée des loups, auteure Fantasy, contes, nouvelles, poète insurrectionnelle (trilogie de prose poétique), lauréate de 76 Prix littéraires
  • : BIOGRAPHIE Dana LANG *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les Terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain pendant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite des Jours', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel', 'Jusqu'au bout du Voyage', 'La Vie comme un Défi', 'Fais-moi Mourir !', 'Le Bouffeur de Vie', 'L'Ultime Voyage d'un Combattant de la Vie', 'Vogue là où te mènera ton Rêve', 'L' Envol les Ailes Brisées',... édité en juin 2019 par Horizon Littéraire Contemporain : un recueil de prose poétique et de pamphlets de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', 'Je vous écris, Frères Humains', 'À l'Aube d'un Jour, Humanité' et un livret de nouvelles 'Poindra le Jour', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. *En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées'  édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '.   *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *De septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 76 distinctions Littéraires  Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 16 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... *En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... *En 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres... *Le 9 et 10 septembre 2017, elle reçoit le TROPHEE John Ronald TOLKIEN pour le 2ème volet de sa trilogie fantastique 'Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' tome 2 'Éloïse et le Commandeur du Temps par le CEPAL à Thionville en Lorraine. Elle reçoit d'autres Prix Littéraires Internationaux et le TROPHEE le LAUZUN de BRONZE remis par Pierre BELLEMARE... *Le 26 décembre 2017, elle perd à Douarnenez son époux bien-aimé à la suite de très grandes souffrances et d'une longue agonie de trois ans. Il sera incinéré à Quimper et ses cendres jetées en mer à 300 mètres de leur habitation. *Année 2018, elle devient membre de Bibliothéca Universalis.           * En février 2018, elle écrit plusieurs contes et nouvelles... qu'elle présente à des concours littéraires... *4 avril 2018, elle reçoit une Mention des Arts et Lettres pour son conte 'L'Œil du Dragon'. *10 août 2018, veuve elle revient s'installer avec sa fille aînée dans les Monts du Haut-Beaujolais où de plus en plus atteinte par sa maladie, elle tente de faire éditer tous ses livres. Quelques uns de ses textes paraissent dans diverses revues et livres. *Le 26 janvier 2019, elle devient membre de l'Académie Littéraire et Historique du Val-de-Saône. *Le 1er juin 2019, elle reçoit trois nouveaux Prix Littéraires Internationaux sur un conte, une nouvelle et une poésie décernés par les Arts et Lettres de France. *Le 29 juin 2019, elle reçoit le TROPHEE d'EXCELLENCE sur son OEUVRE LITTERAIRE et le PRIX d'EXCELLENCE sur son conte MAX, LE PETIT SORCIER en Français et traduit en Roumain par les Editions HORIZON LITTERAIRE CONTEMPORAIN représenté par Noëlle ARNOULT et Daniel DRAGONMIRESCU.
  • Contact

Recherche