Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 15:09
Le bouquet de muguet de mon amie Lucette envoyé en photos ce jour comme une si belle pensée envers nous !
Le bouquet de muguet de mon amie Lucette envoyé en photos ce jour comme une si belle pensée envers nous !

Le bouquet de muguet de mon amie Lucette envoyé en photos ce jour comme une si belle pensée envers nous !

Samedi 30 avril 2016,

Je me couche à vingt-deux heures, épuisée. Je dors d'un sommeil lourd et difficile, agitée de douleurs et de rêves répétitifs. J'ai du mal à me tirer du lit comme chaque matin, tous les jours à huit heures, c'est dur !

Maurice a dormi. Ses œdèmes vont mieux, mais son état général n'a guère changé, au contraire il a l'impression de s'enfoncer un peu plus chaque jour et de là à pouvoir sortir... c'est se bercer d'une belle et douce utopie.

Ce matin, pendant les soins de Maurice où il s'étouffe une fois de plus, je fais rapidement la vaisselle puis lorsque je suis prête, je vais tailler de la haie pour les chèvres... j'ai tellement de mal à me mouvoir, cela me prend du temps et m'épuise. Il fait très froid, le vent nordet souffle et refroidit tout. Je suis gelée.

Puis à la maison j'étends un peu de linge. Finalement, je vais passer ma matinée à tout faire. Lorsque tout est terminé, je souffre dans tout mon corps et je ne peux plus faire un seul mouvement... je ne peux vraiment rien faire sauf écrire et lire ! Cette maladie me ruine et me pourrit la vie... cela m'énerve et j'ai envie de mordre !

Après le repas, je suis contrainte de m'allonger touchée par mes crises d'asthénie insupportables... et Maurice fait aller et ce soir il va plutôt mal. À huit heures il veut pouvoir dormir et tente de remettre son respirateur sans succès, il s'étouffe et perd sa respiration.

Sur l'ordinateur, je prends des suées froides... pour la troisième fois, cette machine infernale m'efface un CD et je suis furieuse, dégoûtée, j'enrage... tant de travail à refaire, je suis anéantie ! Je n'ose plus glisser un CD sur cet appareil !

Bon sang, quel supplice ! Ras le bol ! Tout le 3ème tome de ma saga que j'avais relu... tout à relire, tout à refaire ! Je suis vraiment trop fatiguée...

Dimanche 1er mai et lundi 2 mai 2016,

La journée de dimanche pour Maurice s'avère un véritable supplice, ses œdèmes qui avaient dégonflés un peu partout et notamment aux pieds et aux jambes reprennent de plus belle. C'est atroce.

Il passe une nouvelle journée au lit à se sentir très mal et à ne pas pouvoir trouver de répit, de repos... il est au bord du désespoir de se voir vivre ainsi acculé au lit depuis des mois. Il n'en peut plus, réclame de mourir, de partir vite... sa vie n'est plus qu'un long cauchemar et mon impuissance me fait souffrir.

Tout ce que je peux faire c'est de lui soulager la vie avec des bons repas, des petits plaisirs quotidiens, des gestes et des pensées mais rien qui l'empêchent de souffrir le martyr. Il vit supplicié par tous ses maux qui l'accablent.

Quand je repense au discours décalé du docteur, il devrait faire une formation aux soins palliatifs comme tous les médecins d'ailleurs. Cela les aiderait à mieux appréhender leurs patients, et voir de l'autre côté du miroir lorsque le moment est venu et que le médecin ne peut plus faire de miracle. Mais on a si peur de la mort dans notre civilisation judéo-chrétienne !

En tout cas ce n'est pas digne, et nous ne sommes pas dans l'Humanité à voir et laisser souffrir jusqu'au bout dans les pires atrocités des êtres humains, des êtres que nous aimons, qui nous sont chers... des êtres tout simplement !

Jamais, je n'aurai laissé ma petite Toopie, chienne Westie souffrir les affres que laissait entrevoir son cancer des mâchoires... quelle barbarie, déjà elle ne pouvait plus replier sa langue à l'intérieur de sa gueule, et bataillait jour et nuit à vouloir la ranger, elle ne pouvait plus saisir ses aliments, elle bavait, s'étouffait et ses reins ne fonctionnaient plus... mon amour pour elle m'empêchait de vouloir la garder à tout prix près de moi, coûte que coûte quand il n'y avait plus rien à faire... non, elle est partie en douceur, endormie puis piquée... ce fut une grande peine pour nous deux... se quitter pour toujours, se séparer quand nous l'avions jamais été une seule fois depuis treize années déjà... ma petite Toopie adorée est partie tranquillement lui évitant les pires souffrances quand elle souffrait déjà bien assez.

Mais nous les êtres humains nous sommes incapables de disposer et de choisir librement de notre vie et de notre mort dans la dignité. Nous devons subir la magnifique hypocrisie de soins palliatifs qui nous permettent d'en baver comme cela n'est pas imaginable et e jusqu'au bout. C'est IGNOBLE, et c'est DÉGUEULASSE ! Alors il faut subir contre vents et marées la folie barbare des hommes !

Après avoir passé la matinée comme hier, a ranger et nourrir les animaux, je passe l'après-midi et la soirée à écrire jusqu'à minuit vingt. Maurice passe une nuit supplémentaire de descente aux enfers.

Ce lundi, il se lève à sept heures trente, je l'entends à la cuisine, sa jambe droite est horriblement enflée pleine de trous où passe l'eau. Hier soir, j'ai dû lui retirer tous ses pansements qui le faisaient trop souffrir. Ce matin sa jambe déformée, rouge se présente très mal... à gauche son érysipèle est toujours là. Il a d'extrêmes difficultés à se mouvoir et ne parvient aux toilettes qu'à grand-peine.

Il est à bout de tout... sa voix trahit une très grande détresse de se voir acculer ainsi et devoir supporter autant de maux. Une fois encore, ile me dit qu'il veut mourir, sa vie n'a plus de sens, rester ainsi au fond de son fauteuil-lit à trembler de froid où à transpirer de chaud, avoir mal de partout, s'imbiber le front d'eau gelée pour tenter de calmer ses maux de tête, avoir mal au ventre, à l'estomac, avoir les testicules gonflés eux aussi d'œdèmes (et non pas, fort heureusement touchés par une orchite comme en 2009!)... le syndrome de Parkinson qui l'accable de tremblements excessifs, un état de fatigue indescriptible sans compter ses détresses respiratoires terrifiantes... une liste interminable !

Les médecins sont-ils là près de ces patients 24 heures sur 24, pour comprendre, appréhender la souffrance de l'être qui s'en va dans de telles conditions... bien sûr que non !... Seule la compagne ou le compagnon sait et souffre de cette situation et que dire alors quand celui-ci est dans mon état de santé, handicapée et victime d'une maladie génétique rare terriblement douloureuse qui me pourrit la vie ?...

Mais force est de constater que nous sommes dans un monde sans pitié ! ! !

Tous ces bouquets qui viennent me rappeler que le printemps est là !
Tous ces bouquets qui viennent me rappeler que le printemps est là !
Tous ces bouquets qui viennent me rappeler que le printemps est là !

Tous ces bouquets qui viennent me rappeler que le printemps est là !

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans PLUS FORT SOUFFLE LE VENT
commenter cet article
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 13:30
LETTRE DE LA FILLE DE NOS AMIS / Michael ADAM (Israël) notre ambassadeur de la Paix...
LETTRE DE LA FILLE DE NOS AMIS / Michael ADAM (Israël) notre ambassadeur de la Paix...

de notre ambassadeur Michael Adam Israël

votre indulgence pour les traductions merci !

​ Lisez cette perle écrite par la fille de nos amis, ancienne élève de Haya, un véritable joyau :

La traduction garde, je le crois profondément, son caractère humaniste. Traduire, c'est refuser l'enfermement dans une langue, une vision.

C'est accueillir une langue dite étrangère, c'est lui faire une place en lui donnant la meilleure chambre, comme les règles de l'hospitalité l'imposent.

C'est se faire le messager clandestin et invisible d'un texte, d'une voix, quand les frontières se dressent.

Traduire, c'est créer un espace de libre circulation où nul ne peut réclamer de passeport aux mots ni leur refuser un droit de séjour.

Je ne saurais expliquer à quel moment un mot traverse d'une rive à l'autre dans ma tête mais je sais que c'est pour moi une sensation merveilleuse et nécessaire, une seconde de joie, d'accomplissement, de clarté.

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 12:04
PAUVRE TU ES, PAUVRE TU RESTERAS ! / APF

LA NEWSLETTER DE L'ASSOCIATION DES PARALYSÉS DE FRANCE
Avril 2016

*Pauvre tu es ? Pauvre tu resteras !

81 centimes, c'est le prix d'une baguette de pain et c'est aussi l’augmentation maximale accordée par le gouvernement en 2016 aux bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH). L'Association des Paralysés de France dénonce cette soi-disant revalorisation qui concerne les bénéficiaires de l'AAH mais aussi de pensions d'invalidité. Vous pouvez en savoir plus sur le blog politique de l'APF et découvrir l'opération baguette de pain sur la page facebook de l'APF du Loiret.

*Cookie, une chienne Golden Retriever en foyer d'accueil médicalisé

Depuis 2014, le foyer d'accueil médicalisé de Vernouillet a inscrit la médiation animale dans son projet d'établissement. C'est ainsi que Cookie a rejoint la structure et qu'elle permet de faciliter la communication avec les adultes polyhandicapés accueillis, d'apaiser des craintes et de faire sortir certaines personnes de leur isolement. Découvrez l'histoire de Cookie sur notre blog !

*À Paris, Lyon ou à Hyères ... courez pour l'APF !

Inscrivez-vous à une course solidaire et courez pour l'Association des Paralysés de France

*Un tour de France en fauteuil électrique

Dans quelques jours, Khalil Ibrahim Hamzaoui, doctorant en informatique en situation de handicap, partira pour un tour de France en fauteuil électrique. Il s'arrêtera dans 16 universités dans lesquelles il souhaite promouvoir la recherche et donner une image volontaire et positive du handicap.

Lire l'article sur le site du magazine Faire-Face

#LeCercleAPF : Faisons connaissance !

L'APF lance sa première enquête en ligne pour mieux vous connaître. Si vous ne l'avez pas encore fait, n'hésitez pas à répondre à quelques questions sur votre relation avec l'association. Merci pour vos avis qui nous sont précieux et nous aideront à mieux répondre à vos attentes.

Je réponds au questionnaire

L'actualité de vos délégations

Eure

Une vidéo pour le Tour de France

La résidence APF François Morel s'est engagée dans un projet de vidéo à l'occasion du Tour de France...

Lire l'article sur le blog

Eure-et-Loire

Sensibilisation handicap au collège

2 classes de cinquième d'un collège chartrain ont participé à des ateliers de sensibilisation au handicap.

Regarder la vidéo

Haute-Marne

Journée des aidants familiaux

Journée de réflexion sur l'accompagnement d'un membre de sa famille en situation de handicap.

Lire l'article sur le blog

Nous avons besoin de vous

Je donne du temps

Vous souhaitez consacrer quelques heures par semaine ou par mois à des personnes en situation de handicap ? Bénévolez à l'APF. Dans chaque délégation, nous avons besoin de personnes prêtes à donner un peu de leur savoir-faire, leur écoute et leur bonne humeur...

Et APF Évasion recherche toujours des accompagnateurs pour les séjours de l'été 2016. Découvrez les missions !

J'achète et je vends utile

Les petites annonces avec du don dedans. Achetez et vendez sur cestbonesprit.fr au profit de l'Association des Paraysés de France.

Sélection de produits artisanaux dont une partie du prix de vente est reversée à l'Association des Paralysés de France.

Donateurs, nous sommes à votre écoute.
Contactez-nous !
01 40 78 27 08
accueil.donateurs@apf.asso.fr

Crédit photos : © APF Loiret (Erik, Françoise et Vincent)

Conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 dite « informatique et libertés », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification ou de suppression des données vous concernant. Vous avez la possibilité d’exercer ce droit sur simple demande par courrier à : l’APF – service donateurs – 17 boulevard Auguste Blanqui – 75013 Paris, par email à accueil.donateurs@apf.asso.fr ou par téléphone au : 01 40 78 27 08

Si vous ne souhaitez plus recevoir de communication email de la part de l'APF, cliquez-ici.

PAUVRE TU ES, PAUVRE TU RESTERAS ! / APFPAUVRE TU ES, PAUVRE TU RESTERAS ! / APF
PAUVRE TU ES, PAUVRE TU RESTERAS ! / APF
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 18:14
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG

Vendredi 29 avril 2016,

Comme le temps passe malgré la maladie... c'est ahurissant ! Déjà fin avril... avec un temps très médiocre ; froid et averses se poursuivent aujourd'hui ! Nos chèvres passent le plus clair de leur temps à l'abri... il n'y a rien qu'elle ne détestent plus que la pluie !

Maurice a dormi cette nuit d'un sommeil toujours entrecoupé par ses allées et venues aux toilettes qui le lessivent. Sa journée ne change pas, il passe son temps au lit. Ses œdèmes ont bien diminués du fait qu'ils s'évacuent par les jambes et les pieds. Il a de plus en plus de petits pansements sur ses jambes posés avec délicatesse par les infirmiers. Sa tension de 18,8 ce matin est passée à 15, 7 ce soir... toujours le yoyo du Parkinson.

Pour ma part après avoir dormi douze heures, je me lève hyper fatiguée et emplie de douleurs... rien ne change et mes crises d'asthénie m'anéantissent totalement. Bon... mais il faut faire avec... depuis soixante-dix ans !

Notre cher médecin arrive en catastrophe à treize heures. Il est heureux de constater un mieux sur les œdèmes de Maurice et le croit littéralement ressuscité... mais avec son état très détérioré et tout ce qu'il trimballe nous n'y croyons absolument pas !

Compte tenu du temps, nous n'avons pas pu ranger un minimum le jardin ce matin, sauf aller rechercher le collier d'Aig. Une fois encore elle a réussi à se le retirer... je renonce au collier, après tout elle se laisse facilement attraper pour prendre son vermifuge.

Du coup, Nelly nous a confectionné une tarte aux pommes sans sucre et éplucher des patates pour faire des grosses frites que Maurice me réclame depuis plusieurs jours. Elle nous quitte à midi.

Après le repas et la visite du docteur, dans une éclaircie, je coupe un peu de haie de fusain à nos biquettes... avec elle, la haie se trouve toujours bien entretenue... de véritables déchetteries à elle seule, comme les poules d'ailleurs qui picorent tous les déchets de table.

En ce moment, la récolte d'œufs reste très variable... pas assez chaud nos cocottes !

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 19:27
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG

Jeudi 28 avril 2016,

Hier soir, à la lecture de mes courriels, j'ai reçu le merveilleux message de ma si belle amie Lucette, message pour Maurice ô combien émouvant, le message de Delphine qui pense à nous, à l'anniversaire de Maurice et celui de mon ami très cher, Guillaume Ékoumé, conteur camerounais avec de belles paroles de la forêt équatoriale, merveilleux Guillaume auquel je pense souvent, touché par tant de malheurs autour de lui, tant de décès à cause des maladies si cruelles qui sévissent en Afrique. Je pense aussi à son engagement de conteur et à tous ses rêves...

Maurice s'est levé mal en point sans avoir fermé l'œil de la nuit... toujours ses allées et venues qui le vident. Caroline, l'infirmière vient le panser à huit heures, il commence juste de déjeuner. Elle doit lui faire huit pansements sur ses jambes d'où l'eau s'échappe... avec l'humidité, ils ne tiendront pas longtemps.

Nelly arrive ce matin à la place de Sylvie. Je profite de son arrivée pour me rendre chez Delphine faire des achats de crêpes, de café, de palets bretons. Je passe rendre visite à mes amies qui tiennent un commerce 'Monsieur Papier'... c'est l'occasion de discuter autour d'un café... ce que j'apprécierai au plus haut point lorsqu'il fera chaud, je pourrai venir directement en fauteuil roulant.

La matinée passe en un éclair. Je prépare des aspics et le repas est vite fait avec les restes d'hier.

La journée s'éternise pour Maurice. Il ne trouve aucun repos.

Je suis dans un état d'extrême fatigue, cependant je vais couper des haies pour mes chèvres et je file m'allonger au salon... je suis toujours aussi lessivée exactement dans le même état qu'au lever... rien ne change et les douleurs continuelles m'habitent.

Ce soir, à dix-neuf heures, nous recevons des nouvelles de notre petite-fille Mélissa et de son fils Louka que nous pouvons admirer par la voie de Skype... c'est un moment magique pour Maurice qui voulait voir son arrière-petit-fils en vrai ! Un nouveau pur bonheur pour nous ! Nous restons là à nous envoyer des coucous et des bisous plein partout !

Ce soir, je réponds à mes courriels et je ne vais pas traîner, à neuf heures je serai au lit, malgré le travail qui m'attend...

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans PLUS FORT SOUFFLE LE VENT
commenter cet article
27 avril 2016 3 27 /04 /avril /2016 19:44
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG
PLUS FORT SOUFFLE LE VENT / Dana LANG

Mercredi 27 avril 2016... les soixante-douze ans de Maurice...

Nous nous levons à sept heures. Comme d'habitude Maurice a erré entre son fauteuil-lit et les toilettes. Caque fois, il a dû mettre à sécher ses pantoufles trempées sur le radiateur devant lui pour ne pas tomber. Il est parvenu toutefois à s'endormir entre ses allées et venues.

Moi, j'ai suivi une longue émission sur Arte ayant pour sujet les radiations depuis Tchernobyl, Fukushima et les déchets nucléaires... édifiant et scandaleux !

Céline puis Véronique R. arrivent. Je suis dans la salle de bains. Je me prépare pour partir en courses avec Marc.

Céline prend la tension de Maurice chaque matin, depuis trois jours elle stagne le matin à 14, 9 et son tour de taille s'est réduit de 8 centimètres ; les 8 centimètres qu'il avait pris en quinze jours... l'eau sort par les jambes, les pieds, partout où elle peut. Ses jambes aussi ont l'air de vouloir dégonfler mais son érysipèle à gauche paraît plus rouge que jamais... à suivre pour le prolongement des antibiotiques... je vais écrire au médecin mais Orange débloque ce soir.

Pour son tour de taille c'est une bonne nouvelle que Maurice accueille comme une petite victoire et cela tombe bien pour le jour de son anniversaire. Céline fait un gros pansement américain sur la jambe droite.

Bon, Marc vient d'arriver et je suis prête. Nous passons à la boulangerie, à la banque, à la Halle où je trouve de quoi faire un plateau de fruits de mer, et au grand magasin compléter ce qui me manque. Nous allons nous régaler !

Lorsque je rentre, Maurice est heureux de passer un petit moment avec les amis. Marc m'a déposée puis il revient avec Marie-Claude qui nous apporte une merveilleuse et délicieuse entrée, et des desserts surprise.

La table mise, j'y dépose deux belles barques de fruits de mer. Et pour finir nous passons aux cafés et desserts avec un framboisier, des petits macarons et des éclairs aux fraises ! On a pas tous les jours soixante douze ans ! Maurice souffle ses deux bougies ! Sa sœur lui souhaite son anniversaire au téléphone... nos animaux se régalent des restes de la table.

Nous passons un moment bien agréable puis nos amis nous quittent. Extrêmement fatigués nous nous dirigeons au salon. Maurice dort avec plus ou moins de bonheur.

Nous soupons à dix-huit heures. Il retourne se coucher et s'endort profondément... malheureusement, il devra se réveiller à vingt heures pour sa prise de morphine.

Le temps aujourd'hui est resté mi-figue, mi-raisin avec des giboulées de mars. Des averses de grêle ont marqué de leur froid gelé et de leur blancheur le jardin, ce soir il fait soleil au travers des nuages qui flânent dévoilant des coins de ciel bleu...

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans PLUS FORT SOUFFLE LE VENT
commenter cet article
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 16:43
Maurice avec nos deux chèvres et nos trois poules juste avant sa double trépanation de la boîte crânienne...

Maurice avec nos deux chèvres et nos trois poules juste avant sa double trépanation de la boîte crânienne...

Lundi 25 avril 2016,

Maurice a dormi la journée d'hier interrompu par les visites de Julien, l'infirmier devenu très attentif à l'état de santé très dégradé de Maurice.

Hier soir à mon retour, je l'ai trouvé avec plusieurs petits pansements sur ses jambes, ses œdèmes ayant percés. Ce matin après une nuit de sommeil, je le sens plus apaisé, il semble que l'euphytose prise à dose régulière lui apporte la relâche nécessaire à son état si douloureux.

Nous déjeunons avant l'arrivée de Nathalie et de Julien. Les soins de Maurice deviennent de plus en plus longs. Je me passerai de soins, ce matin, Julien prend beaucoup de temps à panser Maurice.

Je monte à l'étage avec d'infinies précautions, Nathalie me surveille du coin de l'œil. Je grimpe une fois par an car je prends d'énormes risques à le faire. Je remonte mon costume que la plupart du temps les auxiliaires de vie me descendent. Puisque je suis en haut, j'en profite pour faire un peu d'inventaire et de rangement, mais je suis vite épuisée et chaque fois, je me retrouve devant le même problème, je ne parviens pas au bout de mon entreprise. Tant pis, j'ai déjà récupéré de grandes serviettes éponges pour les soins de Maurice, une couette pour une personne et une couverture polaire pour moi.

Il ne fait pas beau et le temps reste vraiment frais au bord de l'océan... nous ne parvenons pas à nous passer des radiateurs. Je passe la matinée à la cuisine à préparer le repas légumes (oignon, poivrons, courgette, aubergine, céleri, ail, tomates) et calamars. Je fais une salade de betteraves, la soupe (poireau, courgette, potimarron, céleri, oignon, ail) et une grosse salade de fruits (pommes, poires, bananes, kiwis, ananas). Tout cela fait beaucoup d'épluchures pour nos animaux qui se régalent... les chèvres adorent les déchets d'ananas, pommes, poires, et les poules se goinfrent de peau de betteraves.

Cet après-midi je m'endors au salon une fois de plus victime de mes crises d'asthénie... ce soir je travaille sur l'ordinateur... Maurice peine dans son lit... il fait encore jour... la nuit tombe à vingt-deux heures.

Au loin, sur l'océan des nuages noirs s'amoncellent... le vent souffle nord-ouest... il va pleuvoir...

Mardi 26 avril 2016,

Maurice dort, réveillé sans cesse par ses allées et venues aux toilettes. Je l'entends dans le couloir et je finis par me lever à quatre heures... j'écris près de lui... il ne cesse de se relever pour se rendre aux wc et il se plaint d'avoir froid et sommeil... je le recouvre et lui ajoute ma couverture.

Il fait particulièrement froid ce matin comme depuis une semaine. Dehors il fait très gris, il pleut et la pluie trempe tout le paysage. Les poules et les chèvres sont déjà dehors dans le pré mouillé. De mon côté la nausée me prend, je vais payer cher ce réveil trop matinal. Tant pis, je récupérerai, si je le peux, cet après-midi.

Nelly et Céline arrivent. Je déjeune, Maurice se dirige vers les soins. Ses plaies s'abîment. Il prend rapidement son café et file se coucher. Il va très mal.

Lorsque je suis prête, Nelly me montre Froudenn. Elle est passée par un trou énorme au milieu du grillage pour manger la haie au-dessus, sauf que ce trou elle n'a pas pu le faire elle-même. Nelly prélève un morceau de grillage fin sur un rouleau neuf rangé au garage afin de réparer et fermer le passage béant. Je rentre dans l'enclos pour voir les dégâts de près... cela ne peut être qu'un renard attiré par les poules. Il a réussi à grimper à cet endroit par les déchets de branches de haie puis se faufiler entre les deux grillages par le coin de l'enclos. Il n'est sans doute pas parvenu à ses fins quoiqu'il en soit il faut réparer le trou bien rond découpé dans le grillage à poules.

Nous l' avions mis, Maurice et moi par-dessus le premier pour empêcher Aig (Aik, Petit Bisou) qui avait l'art d'aller s'y coincer la tête avec ses cornes. Nous la retrouvions en revenant de courses, hurlante, la tête prise dans le grillage et couchée sur ses deux pattes avant. Elle s'y était abonnée chaque semaine et cela devait finir !

Cependant que Nelly répare à l'aide d'une pince, de fils de fer et d'un morceau de grillage neuf, je coupe des morceaux de haie au-dessus de l'enclos. Aig en profite pour me faire des fêtes, elle m'appelle, me lèche, me donne des coups de cornes contre ma main, se dresse droite devant moi sur ses pattes arrière, ses deux petites cornes en avant. Elle fait des fêtes aussi à Nelly. Elle doit sentir qu'elle aussi a des chèvres dans sa ferme.

Nelly va chercher du maïs afin d'attraper Aig pour lui remettre le collier qu'elle a réussi par deux fois à se retirer elle-même à l'aide de branches entremêlées. Heureusement Nelly leste et valide peut la maintenir et il faut s'y reprendre à trois fois pour y parvenir. Enfin, son collier est ajusté, plus serré cette fois, elle devrait le garder. J'en ai besoin pour les attraper lorsque je vais les vermifuger, évidemment avec Nelly car seule je ne pourrai pas le faire. Ensuite Nelly procède au balayage du foin que les poules ont gratté et traîné hors de la cabane aux chèvres et arrange l'entrée protégée du vent par un mur de planches. Même maintenu par des pieux le vent a réussi à tout bousculer. Ainsi maintenu avec les piquets redressés et enfoncés les chèvres se trouvent protégées des tempêtes, mais il faut que tout soit solidement ancré au sol. Avec le râteau, elle termine en retirant le reste de branchettes de haie éparpillées dans l'enclos... tout est en ordre, un vrai plaisir pour les yeux. Je vais pouvoir finir doucement mes sacs pour la déchetterie... et tout sera net pour la belle saison.

Je vais devoir embaucher une personne pour repeindre le carrosse magique de la Reine des Fées et la porte d'entrée dont la rouille bave de partout. Aux beaux jours, je vais devoir recolorer les sujets féeriques collés sur les pierres du muret qui longent la maison et remettre les figurines endommagées et réparées... celles qui ont été brisées seront abandonnées... enfin, je ne vais pas manquer d'ouvrage !

Maurice se désespère de son état... il traîne son âme en peine dans ses déplacements douloureux... cet homme hyper actif ne supporte pas d'être confiné entre son fauteuil-lit et les toilettes. Céline revient pour les soins du soir. Les jambes de Maurice ont éclatées pour laisser échapper l'eau de ses œdèmes. Depuis les perforations rougissent de plus en plus et son érysipèle à gauche n'est pas beau. Son ventre devient plus souple du fait que l'eau parvient à s'échapper... mais son état n'est pas brillant.

Aujourd'hui son teint cireux m'inquiète. Il veut dormir et n'y parvient pas. Il ne cesse de se rendre au cabinet, heureusement que l'on ne peut plus lui donner de lazilix car il serait totalement anéanti avec derrière un arsenal de remèdes effarants comme le diffu K pour redonner du potassium lavé par le lazilix et l'oxygène 24h sur 24 car les poumons seraient dans l'eau !... Le Lazilix fait uriner sans répit cela nécessite une sonde à demeure, et pour clore le tout il serait ainsi totalement grabataire ! Tout ce branle-bas de combat pour un cœur épuisé qui fait des extrasystoles et fabrique de l'eau à tarlarigo... et la pompe infernale se met en route ! C'est le renard qui se mord la queue.

Enfin quoiqu'il en soit Maurice souffre terriblement mais les deux derniers remèdes remis par le dernier médecin sur la Loire l'ont conduit à cette affreuse impasse... aux chutes, aux malaises et à tout le reste... le gastro-entérologue avait vu juste en 2009. Maurice aurait vécu longtemps sans une médecine appliquée à tord et à travers... pour l'instant il fait montre d'un terrible courage.

Céline lui a fait un pansement américain sur ses plaies bien rouges à la cheville droite et je viens de lui mettre un coussin dessous. Cela le soulage d'un coup du poids de sa jambe sur le fauteuil.

Il me dit :

– Pourvu que je sois un tout petit peu en forme pour demain !

– Mais tu le seras, mon chéri, tu le seras !

– Tu ne sais pas à quel point je t'aime, non tu ne peux pas imaginer à quel point !

Demain il aura soixante douze ans...

Maurice en février 2011 où nous étions revenus une semaine en location à Pors Poul'han...

Maurice en février 2011 où nous étions revenus une semaine en location à Pors Poul'han...

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 22:09
Salon du Livre de Botmeur... une des salles où se trouvaient les auteurs... et mon stand où je dédicaçais...
Salon du Livre de Botmeur... une des salles où se trouvaient les auteurs... et mon stand où je dédicaçais...
Salon du Livre de Botmeur... une des salles où se trouvaient les auteurs... et mon stand où je dédicaçais...

Salon du Livre de Botmeur... une des salles où se trouvaient les auteurs... et mon stand où je dédicaçais...

Chapiteau immense où je contais devant un public adulte émerveillé et attentif...
Chapiteau immense où je contais devant un public adulte émerveillé et attentif...

Chapiteau immense où je contais devant un public adulte émerveillé et attentif...

Petit chapiteau où je contais pour un public intergénérationnel, devant un public très nombreux, participatif, attentif et subjugué...
Petit chapiteau où je contais pour un public intergénérationnel, devant un public très nombreux, participatif, attentif et subjugué...

Petit chapiteau où je contais pour un public intergénérationnel, devant un public très nombreux, participatif, attentif et subjugué...

'La Fontaine aux Fées' Livres et Poupées Féeriques
'La Fontaine aux Fées' Livres et Poupées Féeriques

Dimanche 24 avril 2016... Salon du Livre 'Contes et Légendes' à Botmeur...

Après une nuit de pleine lune claire et étoilée où Maurice n'a pas fermé l'œil de la nuit, je me lève pétrie de douleurs fulgurantes en me disant que je suis folle de sortir ainsi, debout à six heures trente afin de déjeuner et de me préparer pour le Salon du Livre 'Contes et Légendes' à Botmeur.

Maurice levé avant moi fait griller mes tartines alors qu'il ne déjeune pas tout de suite, histoire de m'accompagner sur le départ... cher Maurice, si cher à mon cœur ! Je lui prépare son café pour huit heures.

Je revêts mon costume de scène car je sais que là-bas je n'aurai pas les commodités pour le faire. Ma mallette et la caisse de livres sont prêtes. Marc et Marie-Claude frappent à la porte alors que je ne suis pas encore en état... ils doivent m'attendre... toujours un peu plus longue que les autres.

Marc charge le véhicule de toutes mes affaires et des leurs car Marie-Claude présente des poupées de feutrine séduisantes à souhait, ainsi sur mon stand les lecteurs trouveront non seulement mes livres mais aussi des petites fées, sorcières et korrigans... également une chaussure en feutrine pour y fourrer ses stylos, cadeau original.

Nous quittons Maurice heureux de me voir partir et moi attristée de le laisser derrière moi... il va si mal. Lui qui a tant œuvré pour que je suive mon chemin littéraire et mon cœur se serre à la pensée qu'il ne m'accompagnera plus sur les routes pour nous rendre dans les Salons du Livre. Depuis notre arrivée en Bretagne, nous avons dû renoncer à le faire, la brusque dégradation de sa santé ne lui permettait plus de conduire. Hier, je lui ai acheté ce qu'il souhaitait pour son repas, je pars tranquillisée de ce côté là. Il a raison cette journée devrait me combler. Je me bouscule pour avancer dans ce sens.

Nous prenons la route avec Marc au volant, moi à ses côtés et Marie-Claude sur le siège arrière. Je reste devant car nous avions fait installer un fauteuil spécialisé afin que je ne souffre pas trop des longs voyages. Tout le véhicule a été aménagé pour nos deux handicaps et pouvoir y loger une rampe d'accès et deux fauteuils roulants lourds et électriques.

Tous les trois nous contemplons la belle nature qui se déroule sous nos yeux. Nous roulons avec le beau temps sur une route calme, déserte d'un dimanche matin. Lorsque nous nous engageons dans Les Monts d'Arrée le ciel se couvre et il fait froid dans l'utilitaire. Le paysage change, nous arrivons au Mont-Saint-Michel de Braspars près d'un lac, le paysage est aride. Je le connais bien pour y être venue patrouiller dans nos nombreux voyages en Bretagne. Nous sommes dans la région de Brennilis (fameuse Centrale Nucléaire que l'on ne sait pas arrêter) et Braspars.

Très bien signalé par de grands panneaux aux carrefours cruciaux, le petit village pittoresque de Botmeur nous accueille par un Salon du Livre enchanteur. Des chapiteaux se dévoilent à nos yeux, certains en forme de yourte, et une salle en dur où nous nous rendons pour trouver notre stand.

Il fait très froid et nous sommes contents de trouver un abri... cependant avec les portes grandes ouvertes le froid nous pénètrent... je suis gelée. Lorsque arrivent les premiers lecteurs, j'éprouve beaucoup de mal à écrire avec mes mains crispées. La matinée passe vite pour finalement se rendre au restaurant qui se trouve... en plein air !... Ce qu'il fait froid ! Un repas chaud sera le bienvenu.

L'organisation de ce Salon est parfaite... des badges nous ont été attribués, je sais où je dois me rendre pour conter par deux fois dans la journée... le matin vers les adultes et à quinze heures vers les petits. Le chapiteau des adultes est immense et celui des enfants bien petit... dommage car le grand aurait été parfait pour les petits et les grands. Mais mes séances de spectacle vivant ravissent le public. Je suis heureuse de partager ma passion avec lui, de me trouver là dans ce moment de partage et de communion irrésistible. Un pur bonheur... cela me comble et je pense à Maurice qui serait ému jusqu'au larmes. Je lui dédie ces instants. Mes amis découvrent le conte, le travail d'un conteur.

Après chaque attraction je retrouve mon stand où je suis séduite par la vente de trois premiers tomes de ma trilogie fantastique (héroic fantasy) pour mes fans et celle de mes albums de contes.

Une belle journée malgré le froid vif et piquant... après une averse, sur le soir le soleil pointe le bout de son nez. Il est l'heure de plier. Marc va chercher le véhicule et rentre tout le matériel avec l'aide de Marie-Claude. Ils ont été des compagnons fantastiques durant ce voyage au pays des fées.

Awenn Plougoulm, l'organisatrice est là comme elle l'a été pour m'accueillir avec tant de sympathie, de bonheur, de confiance émerveillée... j'aime Awenn et son merveilleux Salon du Livre 'Contes et Légendes' à Botmeur, salon enchanteur si plein de promesses. Si la vie me le permets, je reviendrai...

Un programme foisonnant était proposé à tous, de nombreux conteurs, des auteurs, des animations pour une journée exceptionnelle autour du livre...
Un programme foisonnant était proposé à tous, de nombreux conteurs, des auteurs, des animations pour une journée exceptionnelle autour du livre...
Un programme foisonnant était proposé à tous, de nombreux conteurs, des auteurs, des animations pour une journée exceptionnelle autour du livre...
Un programme foisonnant était proposé à tous, de nombreux conteurs, des auteurs, des animations pour une journée exceptionnelle autour du livre...
Un programme foisonnant était proposé à tous, de nombreux conteurs, des auteurs, des animations pour une journée exceptionnelle autour du livre...
Un programme foisonnant était proposé à tous, de nombreux conteurs, des auteurs, des animations pour une journée exceptionnelle autour du livre...

Un programme foisonnant était proposé à tous, de nombreux conteurs, des auteurs, des animations pour une journée exceptionnelle autour du livre...

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans PLUS FORT SOUFFLE LE VENT
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 19:50
PRIX LITTERAIRES / Dana LANG
PRIX LITTERAIRES / Dana LANG
PRIX LITTERAIRES / Dana LANG
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans PRIX DECERNES
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 19:14
Salon du Livre 'Contes et Légendes' à BOTMEUR... je dédicacerai et conterai demain dimanche 24 avril 2016

Salon du Livre 'Contes et Légendes' à BOTMEUR... je dédicacerai et conterai demain dimanche 24 avril 2016

Dana en dédicace...
Dana en dédicace...

Samedi 23 avril 2016,

Chaque jour qui passe rajoute une couche de problèmes sur le dos de Maurice. De plus en plus accablé il traîne son corps déformé comme une âme en peine, comme une montagne de souffrance et de douleurs que rien ne peut endiguer... de plus ses maux de tête remontent encore sur les calmants, il faudra augmenter les stupéfiants dans peu de temps... lundi sans doute !

Cette nuit il m'a réveillée en sursaut à une heure du matin. Que se passe-t-il, je me réveille affolée... devant un trop plein de démangeaisons il a retiré tous ses pansements et maintenant je dois lui mettre un drap de bain qui épongera ses jambes.

Puis, je me rendors aussitôt, vaincue de douleurs. Lui dort aussi, tant mieux, c'est toujours ça de pris !

Nous déjeunons tôt et je me prépare car Marc doit venir me chercher pour faire le plein du véhicule, prendre quelques courses et aller jusqu'à Pouldreuzic histoire de faire rouler l'engin qui n'a pas bougé devant la maison depuis trop longtemps, histoire aussi que Marc le prenne en main pour nous rendre demain au Salon du Livre 'Contes et Légendes' de Botmeur.

Aujourd'hui est aussi un jour heureux Marc fête son anniversaire.

Nous sommes de retour à onze heures trente, Marc a eut le temps de se faire au maniement et au rangement du fauteuil électrique aussi à la conduite de notre utilitaire. Je fais un repas ultra rapide : œufs au plat, betterave rouge en salade, yaourt. Rien à dire, nos œufs sont extra !

Je fais la vaisselle d'hier soir et celle de midi, puis je vais nourrir nos biquettes qui bêlent à fendre l'âme. Je reste au jardin jusqu'à quinze heures quinze... tailler de la haie, leur donner de l'eau, cueillir un bouquet de fleurs de camélias pour la maison... il fait beau, le grand air me saoule et je suis heureuse d'être avec nos animaux mais les douleurs aiguës et continuelles me ruine la vie. Je ne peux rien faire tant cela me fait mal et pourtant je persévère... comme d'habitude.

Je dois encore préparer mes livres, ma valisette et tout le nécessaire pour demain en tâchant de ne rien oublier... et puis je devrai me lever tôt pour partir à sept heures et demie.

Vers seize heures Éliane et son frère nous rendent visite. J'ai mon imprimante en bourrage de papier et je ne parviens pas à la remettre en état... ça lui est arrivée une fois où j'avais trouver des feuilles séchées de l'arbre qui me sépare du reste de la véranda, et cette fois c'est la même chose, sauf qu'il y a un petit bout de plastique qui la dérange. Gilbert a trouvé le problème tout de suite.

Marc arrive à son tour pour un souci avec la clef du bahut, les piles sont vides... tant pis, on verra ça plus tard. Nous restons un moment à discuter tous ensemble. Puis vient Julien, l'infirmier pour les soins de Maurice et préparer le pilulier.

Finalement tout le monde se retire et je prépare le souper pour dix-huit heures.

Maurice retourne se coucher... il dort.

Pendant ce temps j'empile les livres que j'emporte dans une petite caisse, le plus gros est déjà dans la voiture et je prépare ma valisette. J'essaie de me concentrer et de me remettre dans l'ambiance du conte... demain je conte sur deux scènes, celle des enfants et celle des adultes... et je dédicace mes livres.

Fans de contes et de trilogie fantastique à vos marques !... Ne ratez pas mon stand !

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans PLUS FORT SOUFFLE LE VENT
commenter cet article

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 54 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 54 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *Septembre 2013 à 2015, elle devient lauréate de 52 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 13 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons...
  • Contact

Recherche