Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 19:36
E.KUBLER-ROSS
E.KUBLER-ROSS

*Si je peux empêcher un coeur de se briser, je ne vivrai pas pour rien. Si je peux alléger les souffrances d'un être vivant ou atténuer sa peine, ou remettre au chaud un petit merle tombé du nid, alors je ne vivrai pas pour rien.

(E.Kubler-Ross «La mort, porte de la vie»)

Lorsque nous étions passés à Bordeaux
Lorsque nous étions passés à Bordeaux

Lorsque nous étions passés à Bordeaux

Cours d'Amour à Thionville (Lorraine)
Cours d'Amour à Thionville (Lorraine)

Lundi 22 février 2016,

Maurice va mal, très mal, de plus en plus mal... gonflé d'œdèmes, sans pouvoir respirer il est acculé à souffrir de partout... il se traîne avec les plus grandes difficultés pour se rendre aux toilettes et il tousse à perdre haleine... plus qu'une semaine à attendre pour enfin arriver à consulter chez le pneumologue à l'hôpital de Quimper... la très grande urgence aura mis le temps.

Un nouveau dimanche sans soins, afin de pouvoir dormir, n'aura pas été favorable à Maurice... il se retrouve en sang. Julien arrive pour les soins et ne trouve pas mieux à faire que de le faire monter dans la baignoire... c'est lui faire prendre de trop grands risques mais il ne le sait pas, et bien entendu mon époux qui ne plie pas ses jambes et ne tient pas immobile plus d'une minute, tremblant de tous ses membres souffre le martyre... mais qu'est-ce qu'il s'imagine ! À qui croit-il avoir à faire ?... Alors quand c'est mon tour des soins, j'explose... je lui dis tout ce que j'en pense et de toutes ces personnes (assistantes sociales, ergothérapeute et compagnie) qui sont passées nous voir incapables de faire quoi que ce soit et de mener à bout un dossier pour ce qui nous concerne... dans tous les domaines d'ailleurs. Eh oui, nous avions une maison que nous avions toute refaite et mise aux normes handicapées où nous avons dépensé une véritable fortune, eh oui, nous avions tout cela sans l'aide de personne, mais nous y avons englouti toutes nos ressources et au-delà... eh oui, toutes nos forces et notre courage aussi ! Et maintenant voilà, rebelote... seulement nous n'avons plus l'argent pour le faire. Je comprends Julien, il veut faire au mieux et Maurice a grandement besoin d'une douche, il en a de plus en plus besoin et moi, également d'ailleurs mais c'est matériellement et physiquement impossible. Donc, je le gronde bien fort mais gentiment... il vient d'en faire l'amère expérience et devant l'impossibilité de ressortir de la baignoire au vue des grandes difficultés de Maurice il a prit peur et il a réalisé le danger... il ne recommencera pas !

En ce moment, c'est vrai, ils m'irritent tous... l'ADMR et leurs nouvelles dispositions... l'émiettement de nos droits... la diminution de nos ressources avec la baisse des retraites (tous les handicapés y passent et pour ceux qui perçoivent l'AAH, c'est pareil !). Heureusement que l'on devait améliorer leur sort ! Ce sont eux les plus pauvres et eux qui paient au prix fort leur situation... personne ne demande à être malade et encore moins en situation de handicap... nous vivons dans un monde en totale incohérence, en pleine absurdité... un monde indigent, un monde sans pitié.

Bon je me calme. Le médecin arrive vers treize heures. Nous avons fini de déjeuner il y a trente minutes. Nous sommes contents de le voir. Il arrive décontracté, ses vacances ont été bénéfiques mais il reprend en pleine épidémie et déjà, on l'appelle de toute part. Il prescrit des inhalations avec une machine électrique en location pour Maurice, pour moi un produit à inhaler par la bouche. Il reviendra dans dix jours pour renouveler l'ordonnance.

Nous nous posons au salon. Éliane passe nous dire bonjour, prendre des nouvelles autour d'un café. Nous prenons le temps de discuter tranquillement, cela nous fait du bien. Julien repasse pour les soins du soir. Il emporte nos ordonnances chez le pharmacien puis nous téléphone, nous aurons nos remèdes demain matin.

Ouf, totalement épuisés, nous terminons cette journée autour d'une soupe.

Mardi 23 février 2016,

Céline arrive tôt avec les remèdes commandés de la veille. De mon lit, je l'entends causer avec Maurice qui, bien entendu, à très mal dormi. Je me lève. Nathalie vient à son tour et nous prépare le déjeuner. Ce matin, elle m'aide à la cuisine. Nous préparons des endives en salade, une brandade de morue, une ratatouille, un riz au lait... repas préparés pour plusieurs jours afin de me soulager.

Suite au repas de midi, nous passons une journée au repos entrecoupée d'inhalations. Après le fauteuil de Maurice qui perd ses boulons, maintenant c'est le mien, j'espère que nous allons pouvoir les sauver... il ne manquerait plus que ça !

Il pleut par intermittence des petites pluies fines et la bouscaille s'installe sur la presqu'île... nos chèvres sortent dans les moments d'accalmie... les poules font la grève des œufs depuis la dernière tempête.

Les paysans poursuivent leur mouvement dans les villes de Bretagne... nous sommes à leurs côtés.

Mercredi 24 février 2016,

Maurice n'a pratiquement pas dormi... il passe des moments difficiles et de plus en plus éprouvants.

Après les soins, il veut me dépanner car mon compte internet est bloqué depuis deux jours... je suis certaine d'avoir été piratée. Le pirateur m'a eut cette fois... je n'ai pas fait suffisamment attention... il m'indiquait un message sur SMS et j'ai répondu comme pour un message téléphonique... j'aurai dû le rejeter et me voilà coincée. Maurice téléphone à orange et finalement y passe le matin. Puis, il fait faire les manœuvres sur la télévision pour que notre enregistreur fonctionne. Il en sort totalement épuisé... il ne peut plus fournir d'efforts intellectuels... il n'en peut plus ! Je suis navrée pour lui, mais il ne veut jamais céder, s'avouer vaincu. Je dois m'occuper des biquettes. Elles n'ont plus de haie pour satisfaire leur voracité aussi, malgré la grippe, je pars avec le vieux fauteuil roulant de Maurice cueillir du lierre et couper des haies... il fait un froid de canard et je grelotte. Je me dépêche et fais le plus vite que je peux. Les biquettes m'ont vues et elles bêlent à perdre haleine... elles crient à gorge déployée même, et le bouc voisin s'invite à la partie. Ce sont des bêlements à n'en plus finir jusqu'à ce que je revienne chargée de bonne nourriture bien fraîche. Aig est trop mignonne... ce matin elle me faisait des fêtes en voulant jouer avec moi, trop drôle cette façon de se lever sur ses pattes arrière toutes cornes en avant... un signe d'affection.

Nous sommes au salon lorsqu' arrive Céline pour les soins puis derrière elle, Pierre vient s'inquiéter de nous et me propose de m'emmener en courses demain matin. Ça tombe bien, le frigidaire totalement vide a besoin d'être rempli et Maurice ne peut vraiment plus m'emmener nulle part depuis deux mois.. Vraiment je suis épatée par la gentillesse de nos amis bretons.

Le temps aujourd'hui pareil à celui d'hier s'achève sur une nuit de crachin.

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans La Maison du Bout...de la Terre
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 17:36
CITATIONS / Dana LANG, artiste internationale, conteur, auteure fantasy, poète, ambassadeur de la paix, ...
CITATIONS / Dana LANG, artiste internationale, conteur, auteure fantasy, poète, ambassadeur de la paix, ...
CITATIONS / Dana LANG, artiste internationale, conteur, auteure fantasy, poète, ambassadeur de la paix, ...

*Il faut se garder de juger mais il faut sauvegarder son esprit critique.

*Il faut savoir tirer partie de nos peines, de nos erreurs, de nos souffrances. Aucune souffrance n'est perdue, chaque larme compte. Toutes sont utiles. Il faut en extraire la leçon la meilleure, celle qui va nous conduire à nos succès.

*Ils ont été un phare pour moi comme je suis lumière pour eux. Nous sommes tous interdépendants les uns par rapport aux autres, et nos différences mises ensemble sont nos seules richesses. (« Les Sanglots du Vent »)

*Parce que j'ai beaucoup reçu, je peux beaucoup donner.

*Avec l'Amour au cœur, j'ai mené toutes les guerres et gagné tous les combats. C'est ce que j'appelle ma non-violence.

*Le chemin d'Amour est le plus compliqué car il nous envoie vers le courage quand une petite voix intérieure voudrait plutôt la facilité. (« Les Sanglots du Vent »)

*Ose aimer pour traverser les chagrins. Ose, pour éclater de joie. Ose pour étouffer la douleur. Ose, pour affronter la vie. Mais ose,… ose aimer.

* Rêve, rêve encore pour atteindre la lumière !

* Pas plus que ton cœur ne mets tes idées en cage.

*La première des luttes commence par celle que l’on mène à soi-même.(«Puisque tu vis, Philippe-Carnets de Prose 1 : Horizons, Soleils d’Hiver)

*J'ai eu la chance d'être née avec une maladie orpheline, neuromusculaire évolutive et dégénérative, incurable. Cela m'a fournit les armes pour combattre, pour lutter, pour ne jamais baisser les bras. Cela m'a permis de ne pas subir ma vie, de l'assumer et garantir mon autonomie absolue. Cela m'a prouvé qu'il n'y a aucune noblesse à rester dans le malheur. Cela m'a offert un parcours atypique, une vie riche et exceptionnelle que je peux partager avec tous. Cela m'a montré le chemin du bonheur car plus nos rêves sont grands, plus la voie pour y parvenir est difficile.
*Terre d'Afrique, accueille l'âme de Mamadou Diallo, conteur sénégalais enterré dans sa terre natale, aujourd'hui, ce 22 octobre 1996, à Dakar. Il était mon ami, tout simplement. Nos rencontres étaient ces temps forts où nos âmes se retrouvaient dans la même passion, le même bonheur, un idéal d'Amour, une même fraternité autour de la même PAROLE. Il était
mon frère.

*Ouvre ton cœur à l'Amour et non pas à la haine, tout aura tout à y gagner.

*La révolte et la colère des paysans sont notre révolte et notre colère !

(Dana LANG)

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans OEUVRE COMPLETE
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 12:47
Dana conte en pleine chaleur sous un soleil brûlant...
Dana conte en pleine chaleur sous un soleil brûlant...

*Où que nous soyons dur le chemin, où à quelque poste que ce soit, notre conscience nous dicte de refuser des ordres contraires à nos valeurs humaines. Elle nous demande de nous indigner toujours devant l'injustice, elle nous commande de résister.

*Le Capitalisme entraîne à grands pas et à marche forcée l'Humanité vers la mort. Le peuple, les peuples, les pauvres avancent vers la vie. Qui devons-nous suivre ?

(Dana LANG)

LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG

Samedi 20 février 2016,

Eh bien voilà, je l'ai eue... la grippe, et pétard de sort je suis au fond du trou ! Je ne parle pas de Maurice qui lui, l'endure depuis plus d'un mois avec tout le reste... il faiblit sur ses jambes, anéanti de tremblements, de manques respiratoires, avec une toux qui s'accroche, il n'en peut plus de son enfer ! Bon, mais il faut tenir et là, je ne tiens pas grand chose, la situation m'éprouve chaque jour davantage.

Julien passe pour les soins. Moi, je les refuse depuis mardi... marre !

Hier soir j'ai appelé Marc afin qu'il me ramène la carte vitale et la note de la pharmacie puisqu'il passe à la maison. Je n'ai plus de voix depuis une semaine et du coup, je lui fais peur avec cette voix de sorcière d'outre-tombe. Je ne m'en rends pas compte sur le moment, mais plus tard, je réalise que je l'ai peut-être effrayé !... Tiens comme la pub à la télé... il me faut Fervex ! ! !

Il vient ce matin avec carte vitale et la note de vingt-cinq euros... une de plus ! Autour d'un café, il m'explique que je lui ai vraiment fais peur hier soir surtout à vingt et une heures trente, au point de ne pas dormir la nuit ! J'avais appelé un peu avant Marie-Claude, mais je n'avais pas prévu que ma voix allait être encore plus cauchemardesque ! Mince alors, c'est pas malin !... Bon, mais on a pas fini de rigoler avec ça !

Pour midi, fort heureusement, je sors des plats tous prêts associés à deux maquereaux offerts par Jeanne et portés par André... mais, je mange très peu.

Dans l'après-midi vers dix-sept heures, Maurice prend envie de douceurs... et il va en cuisine pour faire des gaufres... malheureusement sa machine colle de partout ! Il pousse des cris et me dit que les plaques sont rayées... cela me surprend.

Bref, épuisée, me voilà obligée de reprendre son travail et de cuire la pâte à gaufres dans une petite poêle. Il en a fait un saladier alors... je mets une heure à cuire une pilée de petits madefins... où qu'il soit pas moyen d'arrêter ce bonhomme !

Encore que depuis cet hiver, le bonhomme descend à la vitesse grand V... eh bien voilà, il aura de quoi satisfaire son appétit démesuré depuis quatorze mois de traitement antidouleurs !

Je ne mange pas, reste sur l'ordinateur et je vais me coucher totalement 'nase'.

Maurice dans la galère ne trouve plus de repos suffisant...

Dimanche 21 février 2016,

Nous nous levons à neuf heures, mais traînons jusqu'à dix encore au lit. Le temps depuis la fin d'Ulrica peine à se tourner vers un ciel totalement dégagé et de plein soleil...

Hier soir, le responsable du Salon du Livre 'La Mouette Liseuse' m'écrit par courriel avec beaucoup de sympathie et une large bouffée d'humour pour me dire qu' il a une place pour moi sur le Salon de Rédené. Manque de pot, Marc et Marie-Claude qui m'accompagnent ne seront pas libres ce jour-là... tant pis, nous reportons.

Dans la cuisine un mur de vaisselle à laver attend... je n'ai plus la force du moindre geste. Pour midi, encore une fois, je sors une barquette tout prête d'endives au jambon... voilà qui me convient parfaitement.

La journée sera une fois de plus comme d'habitude... au calme et tranquille. Quand j'en ai la force, je retrouve mon ordinateur... Maurice au salon demeure accablé de tous ses maux... cette semaine, il ressent des crises de douleur et paralysie dans le bras gauche trois soirs de suite et ses œdèmes s'accentuent violemment...

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans La Maison du Bout de la Terre
commenter cet article
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 12:42

*Être résistant en temps de paix pour ne jamais être un ancien combattant. (Gérard GAUTIER)

LOUIS XVI "Tu as perdu la tête... "

LOUIS XVI «Tu as perdu la tête...»

L’Histoire nous offre de cruels rappels.

Aujourd’hui ceux qui s’abritent derrière «les Valeurs républicaines», nées de la Révolution, et tels Judas, les renient, devraient se poser la question, à la lumière de ce qui figure en suivant le lien ci-dessous, sur la chance qu’ils ont aujourd’hui, de voir disparue...la guillotine!

Louis XVI pour moins que cela...

Mais il est vrai qu’ils ont déjà, eux, perdu, sans aucune moralité, depuis très longtemps... «la tête».

Pas «Tous pourris mais Tous complices»!

Qu’ils n’oublient pas que les Français sont très attachés à ce qui touche aux symboles vestimentaires.

Ainsi à l’instar «des sans-culottes» parisiens qui ont renversé Louis XVI après l’attaque des Tuileries, faudra-t-il attendre 2017 pour que les «Bonnets rouges, roses et autres couleurs», tous les Citoyens spoliés, non écoutés, non respectés, les boutent hors du Pays que, sans vergogne, ils trahissent?

Pays qu’ils ont amené à la ruine pour assouvir leur soif de pouvoirs, de privilèges.

Il leur reste peu de temps pour faire «les vraies réformes» pour que la Démocratie renaisse en France.

http://www.herodote.net/21_janvier_1793-evenement-17930121.php

Gérard Gautier

Saint-Brieuc le 21 février 2016

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans FENETRES SUR LE MONDE
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 23:34

A votre bon cœur!

Il y a eu «L’arroseur arrosé», cher à Louis Lumière et depuis il y a «l’arroseur qui arrose»... ses bons et Chers électeurs» grâce à sa réserve parlementaire..

Je souhaite présenter une suggestion - dans un souci de solidarité, de transparence que tous, sans aucun doute, approuveront – qui serait, à défaut d’une suppression totale et souhaitable, que pour les prochaines législatives il y aurait obligation de faire figurer ces «mannes célestes»... qui sont les impôts des citoyens...dans les comptes de campagnes des candidats,

Cela, bien sûr, sans qu’il y ait augmentation des dits plafonds.

Pour information, la répartition de la réserve parlementaire des députés et sénateurs:

Avertissement: attention, la lecture est longue... il y a 911 intéressés! (*)

http://www2.assemblee-nationale.fr/reserve_parlementaire/plf/2014

Mais en ces périodes de disettes il serait peut-être bon et honnête de supprimer ce poste budgétaire : 80 millions d’€uros !

Un coup de plus pour avoir la «tête prés du Bonnet»...couleur au choix :

Gérard Gautier

Saint-Brieuc le 20 février 2016

(*) Une autre petite suggestion (déjà faite...depuis longtemps) serait de ramener leur nombre à la dimension des services rendus aux Citoyens.

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans FENETRES SUR LE MONDE
commenter cet article
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 10:24
UMBERTO ECO EST DECEDE...
UMBERTO ECO EST DECEDE...
UMBERTO ECO EST DECEDE...

AFP 20-02-2016 - 03:49Littérature: mort du célèbre écrivain et philosophe italien Umberto Eco

cliquez pour agrandir

voir les photos©Photo:AFP/Archives/FRANCOIS GUILLOT

L'écrivain et philosophe italien Umberto Eco, auteur du célèbre roman "Le Nom de la rose", est décédé à l'âge de 84 ans, ont annoncé dans la nuit de vendredi à samedi plusieurs médias italiens.

Umberto Eco est décédé vendredi vers 21H30 (20H30 GMT) à son domicile, indique sur son site internet le quotidien La Repubblica qui a contacté sa famille. L'écrivain, qui vivait à Milan (nord), souffrait d'un cancer depuis longtemps.

Né à Alessandria (nord de l'Italie) le 5 janvier 1932, il a étudié la philosophie à l'Université de Turin et consacré sa thèse au "problème esthétique chez Thomas d'Aquin".

Alors qu'il approchait de la cinquantaine, il réussi un coup de maître avec son premier roman publié en 1980: "Le Nom de la rose" s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaires et a été traduit en 43 langues.

Consécration: il a été adapté au cinéma en 1986 par le Français Jean-Jacques Annaud avec Sean Connery dans le rôle du frère Guillaume de Baskerville, l'ex-inquisiteur chargé d'enquêter sur la mort suspecte d'un moine dans une abbaye du nord de l'Italie.

"Umberto Eco, un des intellectuels les plus célèbres d'Italie est mort", indique sur son site le Corriere della Sera.

"Umberto Eco a eu une présence importante dans la vie culturelle italienne des 50 dernières années, mais son nom reste indéniablement lié, au niveau international, à l'extraordinaire succès de son roman +Le Nom de la rose+", poursuit le principal quotidien italien.

"Le monde perd un des hommes les plus importants de sa culture contemporaine", affirme pour sa part La Repubblica sur son site. "Son regard sur le monde nous manquera", ajoute le quotidien.

Umberto Eco et d'autres grands noms de la littérature italienne avaient décidé en novembre dernier de quitter leur maison d'édition historique Bompiani, récemment rachetée par le groupe Mondadori (propriété de la famille Berlusconi), pour en rejoindre une nouvelle et indépendante baptisée "La nave di Teseo" (le bateau de Thésée, le mythique roi d'Athènes).

- L'écriture, "un jeu d'enfant" -

Polyglotte, marié à une Allemande, Eco a enseigné dans plusieurs universités, en particulier à Bologne (nord) où il a occupé la chaire de sémiotique jusqu'en octobre 2007, date à laquelle il a pris sa retraite.

Eco a expliqué s'être mis sur le tard à la fiction car "il considérait l'écriture romanesque comme un jeu d'enfant qu'il ne prenait pas au sérieux".

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans GRANDS AUTEURS
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 19:44
REVENONS DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR, DANS LA FORÊT MAGIQUE... / Dana  LANG
REVENONS DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR, DANS LA FORÊT MAGIQUE... / Dana  LANG

725 personnes sont venues pour les journées ‘Balades Contées en Forêt du Cergne’, sur le chemin forestier du 24 avril au 31 juillet 1992.

–Enchantés de cette journée… Barbara, Guy…

–C’était une sacrée soirée !... Colonie Jalon, Barbara, Isabelle, Eric, Séverine, Guy…

–Merveilleuse journée !... Germaine, Maxime, Jean-Baptiste, Justine, Christophe, Alexandre, Christelle, Nelly, Maud…

–Merci pour cette soirée… Florence…

–Merveilleuse soirée !... Jérôme…

–J’ai beaucoup apprécié le coco cocorico, merci… Carole et Elodie, Milène, Corinne…

–Merci pour ces belles histoires !... Romain

–Merci pour cette belle soirée !... Gabriel, Déborah, Noémie…

–Merci et à bientôt !... Maud, Yann…

ET… NUITS CONTÉES :

–Merci de ces histoires !... Sylvain, Céline, Maryse, Cécile, Aurélie, Émilie, Roselyne…

–Beaucoup d’enchantement ! De belles histoires que nous emportons avec nous !... Gaëlle, Martine, Dominique…

–Un endroit magique !... Pascale…

–Vous nous donnez un peu de rêve. C’est bon. Merci… Bernadette…

–De très beaux contes racontés avec chaleur !... Cécile, Arnaud, Pierre, Julien, Tiphanie, Coline, Charlotte…

–Merveilleux moments, merci beaucoup !... Sophie, Maxime, Jérémy, Jérôme…

–Merci de faire revivre le vieil enchantement !… Jacques, Cédric…

–Merci pour votre jolie fête !…,…

–Nous sommes sous le charme, baignées par la magie du conte. Merci !... Charlotte, Françon…

REVENONS DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR, DANS LA FORÊT MAGIQUE... / Dana  LANG

SALLE DES HALLES’ CHARLIEU (42) le 30 septembre 1992 :

–Merci pour les jolis contes ! Bravo !... Cécile, Julia, Julien, Sara…

–J’ai bien aimé !... Ludovic…

–Pour que les enfants continuent à rêver… Bravo !…

–Merci… Ahmed

–J’ai beaucoup aimé vos histoires !… Doriane et Ludwig, Audrey, Jean-Marie…

–Dans la douceur de la voix, on retrouve enfin, nous aussi, les ‘grands’, la Forêt Magique, la vraie, celle qui fait battre le cœur… Valérie, maman d’Audrey

FORUM DE L’EDITION ET DE LA LITTERATURE’ MABLY le 15 novembre 1992 :

–Merci pour vos belles histoires !... Marion

–Un grand vent de poésie qui permet l’évasion de notre vie citadine ! Merci pour les enfants… Françoise, maman

–Bravo !... Isabelle, Florence, Chloé

–Merci pour ce petit moment plein de rêves et de tendresse… verts !... Un parent

–C’était très bien et merci… Mathilde

–Merci de nous avoir emmené dans votre si belle forêt !... Un parent

–Bravo pour ce moment de rêve… Lucile

–Très bien et merci pour tous les enfants… Un parent

SALLE POLYVALENTE, St Bonnet des Quarts (Allier) le 21 novembre 1992 :

–J’ai beaucoup aimé vos histoires… Catherine, Marion, Antoine, Emilie, François…

–J’ai bien aimé vos histoires. Bravo !... Violaine, Céline…

–Il fallait beaucoup d’attention, mais c’était super !... Christian…

–Un énorme travail très étonnant. Bravo !... Julien…

–‘La soupe aux cailloux’ n’était pas assez cuite ! Merci !... Une auditrice

–‘J’ai bien aimé ‘la soupe aux cailloux’ ! … Laurent

–Merci pour la soupe, un peu lourde à digérer (les cailloux)… Un gamin

–La soupe était un peu lourde (cailloux)… Roselyne

–Super !... Jeannine

–Je sé pa écrire… moi non plus !... Deux petits

–Bravo pour ces histoires… Aurélie, Marlyse…

–C’est très bien vos histoires !... Émilie

–Merci de vos histoires. À bientôt… Céline

–De très beaux comptes… Marlène

–Il était une fois… je m’arrête ici et vous laisse le soin de continuer… vous le faites si bien… Un auditeur

–Merci pour vos beaux contes… Aurélie

–Les cailloux n’ont pas cuits, la soupe non plus !... Un parent

–Soirée magique… magie des contes… merci. Bravo !... Un adulte, des enfants…

–Foule sur la fin… André

SALLE ERIK SATIE’ à VENISSIEUX, ‘TERRE DE LUMIERE’, 16 décembre 1992 :

– Ces histoires étaient magnifiques !... Un enfant

– Quel chemin parcouru !... Guy Fischer (sénateur)

– Quelle magnifique invitation au voyage et à la sagesse. Merci… un adulte

– Milles bravos et remerciements… Lucia

–Toute mon amitié… Annie, Angélique

– Super !...Quelle avancée… Geneviève

–Toute notre amitié !... Jacqueline, Béatrice, Hervé

– Ce n’est qu’une allégresse !... Un auditeur

–Sur la route du Tibet…j’ai aperçu une lumière. À maman (Valérie le 16. 12. 1992)

NOËL DANS UNE ÉCOLE DE VILLAGE DE L’ALLIER

-Remerciements pour ce si beau conte de Noël !... et meilleurs vœux !... Béatrix, Roselyne, Marine, Céline, Manu, Stéphane…

REVENONS DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR, DANS LA FORÊT MAGIQUE... / Dana  LANG
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans DANA CONTE EN SPECTACLE
commenter cet article
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 07:03
HANDICAP / SOUS DES PRETEXTES FALLACIEUX ILS SUCRENT LES HEURES DE PCH AUX GRANDS INVALIDES  ! ! ! / Dana LANG / LETTRE A Marisol TOURAINE, ministre de la Santé

Après l'augmentation exorbitante de la taxe d'habitation, les ponctions des charges sociales sur les retraites voici, qu'ils sucrent les heures de PCH aux grands invalides ! Vive la gauche où les pauvres n'ont jamais été aussi pauvres et où les riches ne se sont jamais sentis aussi bien !

Surtout ne soyez pas malades ou pire encore HANDICAPES ! ! !... et surtout pas deux dans le même foyer !

HANDICAP / SOUS DES PRETEXTES FALLACIEUX ILS SUCRENT LES HEURES DE PCH AUX GRANDS INVALIDES  ! ! ! / Dana LANG / LETTRE A Marisol TOURAINE, ministre de la Santé

~~ à Madame Marisol TOURAINE,

Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes 16, rue Duquesne 75007 Paris

Madame,

Par la présente, je viens vous présenter mon indignation par rapport à une circulaire et une lettre envoyée par l'ADMR aux personnes ayant une Prestation de compensation au Handicap (PCH) sur le Finistère et plus particulièrement à Plogoff.

Suite à toutes les délibérations que l'attribution de la PCH a pu soulever comme débats stériles par des personnes qui parlent au nom des handicapés tout en méconnaissant totalement les problèmes auxquels se heurtent et sont confrontés en permanence ces personnes et suivant tel ou tel handicap, tout le monde veut parler au nom de... sans savoir de quoi elles parlent... elles se gargarisent de mots à longueur de temps dans des bureaux, cependant que sur le tas, dans la vraie vie il en va tout autrement !

C'est ainsi que je reçois de la part de Mr Marcel Martin, Président de l'ADMR de Plogoff (je me demande si ce Monsieur est handicapé lui-même ? ) une lettre nous avertissant que désormais le Conseil Départemental paiera directement les ADMR pour les heures de PCH. Cela est un progrès dans le sens où la personne n'aura plus à gérer ce problème. Ce qui m'irrite le plus c'est cette petite phrase anodine pondue par un régiment de bureaucrates ignares et surlignée en gras :

–Votre prestataire vous facturera uniquement, le cas échéant, les coûts de déplacement et les heures que vous aurez sollicitées directement hors plan de compensation. Je vous rappelle que votre prestataire n'est pas autorisé à intervenir pour des interventions de services ménagers dans le cadre de la PCH et devra également vous facturer les heures correspondant à ces interventions.

Je vous le demande Madame Marisol Touraine de qui se moque-t-on ? Sans doute ne savent-ils pas que ces personnes sont contraintes de vivre avec 600 euros par mois, qu'elles doivent assumer les surcoûts du handicap (prix des fauteuils roulants, véhicules spécialisés, chaussures, spécialistes, interventions chirurgicales ... j'en passe... j'en passe... et j'en re-passe !

Je parle de cela en connaissance de cause, nous sommes mon époux et moi-même en fauteuil roulant électrique depuis des années ! Je ne vous donnerai pas la facture exorbitante et effarante de nos soins et de nos appareillages (et mon mari quoique très grand invalide et grand malade n'a pas de PCH, car demandée trois mois trop tard !).

Il n'est pas bon de se gargariser de mots stériles et stupides, mais peut-être faut-il voir là quelques relents de jalousie absurde, quand les ADMR sont absolument incapables de fournir un assistant de vie pour la personne grand invalide. Elles ne peuvent fournir que des femmes de ménage ou des auxiliaires de vie et que je sache cela rentre dans leurs attributions (non formées pour le handicap). Les soins du corps doivent être rigoureusement apportés par des aide-soignants ou les infirmières. Quant à un assistant de vie, ce doit être toujours la même personne capable en outre de comprendre les besoins et de précéder les gestes de la personne invalide, il doit être en capacité de conduire son véhicule pour l'emmener là où elle a besoin d'aller et cela est interdit au personnel des ADMR. Il faut savoir de quoi et de qui l'on parle.

De plus, je viens protester ici, avec véhémence du fait que l'on vient de nous coller une pointeuse dans le buffet de notre cuisine sous prétexte de contrôler les horaires des six personnes qui viennent travailler à notre domicile ! Je dénonce cela comme une intrusion dans notre vie privée.

Jusqu'à ce jour, nous avions réussi à repousser cet acte, nous n'avions jamais eu besoin de pointeuse en neuf ans. Les rapports de travail sont basés chez nous sur la confiance, l'honnêteté et l'amitié... et voilà que soudain la folie recommence. Comment voulez-vous obtenir des êtres humains un résultat salutaire quand on les flique de partout, que l'on ajoute un surcroît de stress au stress de ces personnes qui donnent le meilleur d'elle-même sur le tas.

On peut s'étonner de voir fleurir le burn out de partout au travail (combien cela coûte-t-il à la Sécurité Sociale ?) ! Cela n'a vraiment rien de surprenant. Ah, certes, ce ne sont pas ceux qui passent des heures en réunion à prétendre parler et défendre la cause des handicapés, quand elles sont proprement incapables de comprendre et surtout d'agir.

Voyez-vous, Madame, mieux que les mots, les actes demeurent la seule valeur sûre et devraient être reconnues comme hautement responsables, valorisées et admirées comme tels, mais c'est tout le contraire qui sévit dans notre pays. Cela me désole. On ne tire pas l'humain vers le haut, on le rabaisse et on conduit la société vers un avilissement nocif et mortifère.

Je souhaite, Madame, que mes observations soient pris en considération et ajustées vers la prise en compte dans le travail, et plus encore dans ces professions d'aide aux personnes, de l'Humain avant toute autre considération (rentabilité, flicage... etc... etc )... et à mon sens, il y a là de quoi faire ! ! !

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes sentiments distingués et toutes mes sincères salutations.

le 9 février 2016, Dana LANG

LA VIE C'EST PAS DU CINEMA !

De l'autre côté du miroir :

Maurice subit une double trépanation de la boite crânienne en novembre 2014 :

Les chirurgiens attaquent son crâne bien attaché, à la perceuse sans anesthésie que légère, locale sur un homme âgé, handicapé et très malade qui tremble de tous ses membres (insuffisant cardiaque, insuffisant respiratoire, cancer de la prostate, Parkinson, polyarthrite, 60 opérations, dont 30 opérations dans les jambes : 46 ans dans un fauteuil)- ( à préciser que pour son opération des dents en décembre 2015, il a eut deux anesthésies locales et une hypnose).

Sur ma petite Toopie, chienne westie, jamais oh grand jamais le vétérinaire ne l'aurait fait ! ! !

Vous avez dit : HUMANITE ?

Autres images :

Mon pied opéré d'une ostéite en juillet 2012 où je ramasse une infection nosocomiale (staphylocoque doré et un deuxième), sera amputé du cinquième rayon après une faute de la diabétologue qui me laissera dix-huit mois sans réagir à une gangrène. Je serai amputée en décembre 2013 où je suis restée hospitalisée pour sauver ma jambe qui devait y passer résultat : trois mois et demi d'hospitalisation.

Depuis la double trépanation de Maurice où il survit depuis seize mois avec un traitement de confort de fin de vie... tout devient pire chaque jour !

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans HANDICAP
commenter cet article
18 février 2016 4 18 /02 /février /2016 18:15
LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE /  Dana LANG
LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE /  Dana LANG

~~FESTIVAL ‘SEMAINE DU CONTE' DANS LES MONTS DU HAUT-BEAUJOLAIS’ du 13 au 18 juillet 1992

–Quel plaisir inattendu et savoureux de découvrir au Cergne une conteuse comme on aurait aimé en connaître quand on était enfant ! Merci… Arlette

–Chère Dana, j’ai été, pour ma part, très heureuse de ces deux journées passées en ta compagnie, et je peux te dire que les deux fois, tu fus très appréciée…je suis chargée de t’envoyer les dessins faits par les enfants…je peux te dire que certains enfants aimeraient bien retourner t’écouter… Une fan (parent d’élèves)

–Quatre amis lyonnais venus entendre une conteuse ce 13 juillet 1992 et heureux de cette soirée qu’ils imaginaient vraiment très mal avant ce soir…ils repartent avec leur part de rêve et reviendront. Merci… Paulette et Raymond

–Six sœurs et cousines parties sur les ailes du rêve avec Dana, la remercient très vivement pour ce plaisir rare d’une soirée conviviale si riche et réconfortante, pleine de merveilleux et de féerie… Bernadette, Yvette, Françoise, Hélène, Maïthé, Denise

–Merci infiniment pour cette merveilleuse veillée… Marinette

–…au Pays des Fées, dans cette forêt enchanteresse et ensorceleuse où il fait bon rêver avec une conteuse… Yvette

–Nous partons du village avec les nuages. Nous arrivons, ici, le soleil brille, c’est la joie. Quelle belle journée ! Merci à toi, Dana… Nadette, Grégoire et Aurélien

–Enchantés, reviendrons… Chantal, Christian, Lucile –Comme toutes les soirées contes, nous étions simplement bien ensemble… Michel et Anne

–Merci de la part des enfants du Parc des Sports pour ce voyage merveilleux dans le pays enchanté des fées. Merci pour l’accueil… Pierre (Centre Social Condorcet)

–Grands et petits sont aussi enchantés par vos contes… Marlène

–C’est très beau dans la forêt… Jean-Sébastien

–On est bien dehors vers sa maison… Angélique

–Nous sommes très heureux de passer la journée avec vous. Nous sommes enchantés… responsables de la Colonie Jalon (Le Cergne)

LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE /  Dana LANG

~~Mardi 16, mercredi 17, jeudi 18 février 2016,

Rien ne va plus. J'ai dû rappeler le médecin mardi matin... nous avons la grippe tous les deux... Aujourd'hui Maurice ne va plus bien du tout, gonflé d'œdèmes de partout, sur les pieds, les jambes, le dos, il a une douleur très vive au cœur et dans le bras gauche, il prend mal au ventre... tous les symptômes d'une crise cardiaque mais il a peur de rester paralysé de nouveau à gauche (un nouvel AVC), depuis cet hiver, il ne sort plus beaucoup du lit... couchée par la grippe, les soucis et les contrariétés s'affichent au menu... !

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans La Danse de la Méduse
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 01:05
LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG

–Dis-moi, qu’est-ce qu’elle a mangé à midi, Dana ? –Ben, de la soupe de poissons, une salade composée, et…

–Non ! Elle mange des syllabes !

Dans la bouche de deux petites filles de six ans Charvieu (69-Rhône)

~~LETTRES ENVOYÉES PAR DES ENFANTS :

* J’ai reçu ta lettre et ta publicité, je l’ai porté à la maîtresse, elle est d’accord et elle t’appellera pour venir raconter des histoires… Claire

* J’ai bien aimé vos histoires… ma fée, comment s’appelle-t-elle? Élodie

*Cette promenade m’a fait un bon souvenir. J’ai bien aimé vos contes. Est-ce que les fées et P’tit loup vont bien ?...Merci de m’avoir accueillie, moi et ma classe… Chloé

*Je vous souhaite une belle vie de fée et je vous fais un baiser. Virginie

*J’ai vu une fée dans mon arbre, elle avait des cheveux blonds, sa robe était rouge. Je me demande qui elle est ?... Sandra

*As-tu rencontré tes amies les fées ?... Je t’aime beaucoup, énormément…Tu me manques… Sonia

*Avec vous on a fait une agréable journée. Les histoire était formidable. Le petit coq… était toutes bien… Vous ête une fée. Julien

*Dana Lang : j’ai bien aimé tous tes contes même si le temps ne mettait pas du sien, et quand on est rentré on s’est bien réchaufer. Mais je me souviendrai de toi. Fabien

*Dépéchez-vous facteur, l’amitié ne peut pas attendre pour une si belle conteuse, la conteuse est merveilleuse, c’est une fée pour consolé... Sonia

*Tu es toujours enfoui dans mon cœur… je me rappelle les contes que tu nous a raconté… les histoires je les ai raconter à mes grand-parents… au faite comment va le prince petit loup. Je l’aime énormément celui-là (C’est mon chat ! Tous les enfants parlent de lui dans leurs lettres). Sonia

*On a bien aimé vos contes que vous avez raconter. Ce sont de beaux contes. Myriam et Aurélie

*Chère Dana, cela fait trois fois que tu nous a pas raconté une histoire. Veux-tu venir dans la classe nous raconter tes histoires ? Quand peux-tu venir ? Quel jour et à quelle heure ? Merci. Voici l’adresse. (CP de Vénissieux, le 11 mai 1989)

*Merci de nous avoir emmené dans les bois où tu nous as raconté des histoires… Romain Nous avons fait un livre sur Le Cergne, il est très bien, nous sommes aussi allés voir la mairie. Frédérique

*Surtout, j’ai bien aimé te voir, j’étais immobile, je voulais rester avec toi, mais j’étais obligée de partir avec ma classe, j’ai vu beaucoup de fées quand je suis allée dans les bois… Audrey

*Dana, à l’école je travaille bien, mais vous nous manquez à tous avec vos contes enchanteurs … Benjamin

*J’ai bien aimé vos contes, ils étaient très jolis, je vous aime beaucoup… Catherine

*J’ai bien aimé tes histoires… Laëtitia

*J’ai très bien aimé cette promenade dans le pays des fées… Alban

*J’ai été visité le Pays des Fées avec mes parents. Ils n’ont pas vu de fée, c’est bien dommage... Gwenaëlle

*As-tu rencontré tes amies les fées ? Je t’aime beaucoup, énormément… Sonia

*Quand je suis allée au lit, j’ai rêvé des histoires que tu nous a racontées… Sophie

*Je vous souhaite une belle vie de fée… Virginie

*Les histoires étaient formidables !...vous êtes une fée !... Julien

*Tes contes étaient génial et toi aussi d’ailleurs ! Karine

*Vous nous manquez… Mickaël

*Je me souviendrai de toi… Fabien

LA MAISON DU BOUT... DE LA TERRE / Dana LANG

~~Dimanche 14 février 2016,

La tempête a cessé. Hier soir, j'ai écrit jusqu'à deux heures du matin.

J'ai aussi répondu à un enseignant qui me recherchait depuis longtemps car il avait, il y a une vingtaine d'années, participé avec les classes vertes de l'époque. Il avait ainsi conduit ses élèves de maternelle à des 'Balades Contées en Forêt' pour un circuit autour du Cergne, sur les Terres d'Anne de Beaujeu.

Autour de ma maison j'y organisais des attractions contées sur sept amphithéâtres naturels. Les enseignants et les parents accompagnaient des scolaires, où des colonies, où des enfants handicapés.

J'ai reçu en sept ans 20000 scolaires, leurs parents et leurs enseignants et ceux qui le souhaitaient (quand je ne l'avais pas oublié) pouvaient mettre un mot où un commentaire dans le livre d'Or. Je garde tous ces très nombreux témoignages (bien qu'ils en manquent trois fois plus) dans mon presse book.

Tous pouvaient pique-niquer autour de ma maison de pierres aux abords de la forêt dans un pré où dans les sous-bois. Je garde aussi de belles photos de ces moments.

Je recevais souvent quatre cars scolaires à la fois, venus de départements voisins, le Rhône, l'Allier, la Saône -et-Loire, la Loire évidemment. Tout le monde en descendait et je commençais à conter sur la place du village.

Ensuite devant l'église pour mon 'P'Tit Brin d'Coq', aussi au-dessus de Cours-la-Ville puis près de la source légendaire du Cergne, où j'ai écrit 'La Fontaine des Pleurs' inspirée de faits historiques. Curieuse analogie entre cette Fontaine et celle écrite ici, depuis notre installation en Bretagne où j'ai écrit 'La Fontaine de la Mer' en m'inspirant du lieu de 'Feunteun Aod' hautement pittoresque, très visité et la révolte contre la Centrale nucléaire des Plogoffistes qui devait être construite ici même !

Évidemment, pas plus tôt arrivée ici, j'ai regardé immédiatement si le bourg où nous vivons actuellement possèdait un petit coq sur son clocher et je vous le donne en mille, 'P'tit Brin d'Coq' était bien là... ce qui me permets de le dire dans mes contes, comme lors de la séance contée de Noël le 20 décembre 2015 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec d'Esquibien !

Ensuite j'entraînais les classes sur le chemin forestier qui descendait jusqu'à ma maison, où nous nous étions déjà arrêtés entre-temps deux fois pour un conte, puis après le pique-nique nous descendions au creux de la vallée au bord de la rivière, là où vivaient des hardes de sangliers, enfin nous remontions au village par l'autre côté de la crête. Nous nous étions arrêtés encore cinq fois pour remettre l'ambiance contée entre les passages de marche en forêt magique.

Depuis mon installation j'avais fait des repérages pour trouver les coins les plus appropriés et j'avais nettoyé ces espaces qui parfois étaient recouverts de hautes tiges, de ronces, d'orties et autres herbes piquantes, etc... tous ces lieux respiraient les odeurs de mousse et de bois et je m'ingéniais à créer l'atmosphère féerique qui convenait parfaitement à mon propos. Les fées veillaient sur nous et j'ajoutais bien entendu des contes qui se rapportaient souvent à notre environnement, cette nature si belle et omniprésente. Tous les auditeurs demeuraient sous le charme de cette ambiance magique recrée dans ces endroits mystérieux et aux arbres si hauts (pins de l'Orégon : pins de Douglas, les plus hauts d'Europe !).

Rien ne vaut la forêt pour donner cette dimension aux contes. Et plus encore lorsque j'avais crée un Festival 'Flèche des Fées' durant cinq ans, Festival de Conteurs en Forêt et en Cabarets où d'autres conteurs m'accompagnaient tel le célèbre Mamadou Diallo, conteur sénégalais, qui nous a quitté à quarante ans, Guy Prunier, pour une soirée à la contrebasse et à la maison, Sam Cannarozzi et son épouse, Marie-France Marbach au Théâtre Quintius, Henri Cazaux, Armelle, sa compagne, Kamel Guennoun pour des apéro contés où ils ont mis le feu au bar, des contes ensemble à l'Hôtel Bel'Vue et dans la Salle Polyvalente de La-Ville, aussi à l'Orangerie avec Tenzin Gonpo qui m'accompagnait de ses instruments et chants tibétains (spectacle unique et inoubliable), Joël Smets, conteur belge, Hassan, un mime cinéaste marocain à l'auberge du village et en forêt avec Sergi Marguin qui m'accompagnait de ses flûtes de Pan... le summum de la rêverie !

Toujours est-il que cet enseignant a réveillé en moi beaucoup de souvenirs enchanteurs de la période où intermittente du spectacle, je passais mon temps entre la forêt mystérieuse et oubliée et en tournée sur les routes accompagnée de divers musiciens pour me rendre dans les écoles, les bibliothèques, les salles de spectacle et les festivals... quel travail intense et merveilleux (22 années plongée dans l'univers exigeant du conte sans parler de mes très jeunes années), et où je camouflais ma maladie avec une canne représentant parfois la baguette magique de la fée, parfois la canne de la sorcière... car je souffrais intensément de ces marches en forêt.

Oui que de bien beaux et bons moments nous avons passés tous ensemble les enseignants, les parents, les enfants et moi... un pur bonheur...

Alain avait noté et conservé mes petits refrains, mes formules et formulettes et ma façon d'aborder mes contes, création artistique que chaque conteur parvient à introduire suivant sa personnalité et c'est bien là tout l'intérêt dans les Festivals, donner à voir tant de personnalités différentes et parfois pouvoir faire la comparaison sur un même conte. C'est extraordinaire la diversité que cela propose aux auditeurs.

Enfin Alain avait le goût de conter des histoires à ses enfants, ce qui démontre la qualité de l'enseignant. Je regrette toujours que le conte et les histoires magiques ne soient pas mises au programme de toutes les classes mais pas seulement les petites, mais aussi les primaires, les collèges et les lycées (que d'ailleurs j'ai reçues en forêt). Le goût de l'étude serait tellement meilleur car le conte non seulement permet de grandir et de structurer la personnalité de l'enfant, mais encore il l'amène à rêver, à entendre des valeurs précieuses qui remontent de la nuit des temps et surtout il console, cajole, apprend la tolérance, le respect, le courage, etc...

Cet enseignant avec qui j'avais crée des liens d'amitié, a fait ressurgir en moi toutes ces tranches de ma vie... et tant de difficultés à traverser pour parvenir à la réalisation de tous mes rêves.

Mais malgré une adversité féroce due à cette sorcière qui s'est penchée sur mon berceau, les douze fées qui étaient là m'ont aidées en contrepartie en me dotant d'une force mentale incroyable et d'une âme forte (ce que j'explique dans 'Les Sanglots du Vent', mon récit autobiographique actuellement en rupture de stock – en deux ans, j'ai ai vendu sept cent exemplaires) il connaît un succès incroyable surtout auprès de mes lecteurs et je garde toujours ma liste d'attente dans l'espoir de pouvoir en retirer ou de trouver enfin un éditeur qui se chargera de tout ce lourd bagage de tant de travail assidu et qui comprendra à quel point mes livres se vendent bien. C'est mon rêve le plus fou et les fées qui m'accompagnent y veilleront, sans nul doute... elles me doivent bien cela après avoir donné autant d'énergie, de plaisir et d'enseignements aux enfants, à plusieurs générations... comme nous sommes précieux nous les conteurs pour les aider à grandir et se forger dans la non-violence !

Quoiqu'il en soit je suis heureuse d'avoir retrouver Alain, nous pourrons continuer à communiquer sur le net. J'ai aussi revu un professeur de collège Jean-Michel DENIS, lauréat du 1er Prix Littéraire de Femmes Actuelles avec 'Les Mots du Passé' sur un Marché de Noël et lui également me commentait ses souvenirs éblouis de ses passages avec ses élèves en Festival pour mes attractions contées en Forêt Légendaire.

J'en ai également retrouvé d'autres sur des Marchés de Noël de la région mais aussi sur des brocantes autour de notre village... mais, maintenant, je n'habite plus cette maison que j'avais achetée avec tant d'enthousiasme et tout spécialement pour la réalisation de ce rêve fou... Après vingt ans passés, l'on me recherche encore mais je suis revenue auprès de mes sœurs les fées... retrouver tous les mystères de la vie, ici en Bretagne où je conte parfois, à la maison pour le public, et pour les écoles dans des lieux adaptés (après l'avoir fait dans certains Salons du Livre en Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Paca)... de façon beaucoup moins assidue que durant ses douze années de conteuse professionnelle) car touchée par l'évolution d'une maladie génétique rare genre sclérose en plaques... cela ne m'empêche pas de travailler d'arrache-pied, de créer des contes... j'écris aussi des témoignages de vie en ces dix-sept ans de galère dans la maladie et le handicap à deux... cela devient difficile car les livres s'accumulent. Et puis bien sûr, il y a ma trilogie fantasy (fantastique) inspirée par la Légende Arthurienne où l'on reconnaît la Baie d'Iroise, décor planté à Douarnenez en 2003 dans la première époque, puis dans les Montagnes du Soir et les Montagnes du Matin, lieu de La Biche au Bois, vers la maison de la Forêt pour la deuxième époque et ensuite un retour sur tous ces lieux, sur la carte, pour un ultime combat contre les forces du Mal... ces livres sont destinés aux grands ados, jeunes adultes et plus...

Et puis, pour me consoler de cette adversité terrible, je participe avec mes contes et ma prose poétique et insurrectionnelle à de très nombreux Prix Littéraires Internationaux afin de compenser le manque de contacts avec les Salons du Livre... J'ai ainsi en deux ans été lauréate de 42 Trophées, Prix, Médailles et Mérites Littéraires Internationaux... où bien entendu, il m'aurait fallu me rendre aux quatre coins de la France pour recueillir mes trophées, coupes, livres, diplômes, etc...

Maurice qui n'est plus médicalisé, supporte un traitement de confort et ne peut plus me conduire où que ce soit... (je ne conduis plus, hélas depuis 2003)mais cela risque de changer, des amis vont pouvoir m'y emmener en conduisant notre grand véhicule adapté pour deux gros fauteuils roulants électriques... je déteste le laisser seul à la maison mais je n'en ferai pas trop souvent, cependant tant que je le pourrais, je dois garder le contact avec la profession.

Quant à aller à Sacramento l'an dernier et cette année cinq jours à Prague en septembre, faire le tour du monde avec la World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets... j'étais déjà appelée à faire le tour du monde comme conteuse (à Abidjan en 1998, j'y étais) et aussi me rendre au Canada, donc, je ferai le tour du monde en tant que conteuse, auteure et poète dans ma prochaine vie... car compte tenu de ma situation cela s'avère irréalisable... cela vient trop tard, hélas !... Mais je ne désespère pas !

Aujourd'hui dimanche, nous faisons relâche. Nous dormons sans le fracas intenable du bruit de la Tempête Ulrica et ce jusqu'à dix heures. Après le déjeuner, Maurice découvre beaucoup de possibilité avec les chaînes orange, mais il n'est pas aisé de naviguer entre canal sat et orange. Quoiqu'il en soit il met la main sur tous les épisodes de la série 'Le Baron Noir' et du coup nous nous posons devant la télé pour huit épisodes de onze heures à dix-huit heures ! La série fort passionnante et superbement interprétée nous a tenue en haleine jusqu'à la fin.

La soirée s'achève sur mon ordinateur, cependant que Maurice s'endort au salon...

Lundi 15 février 2016,

Le temps s'est totalement assagi. Le ciel se découvre vers huit heures laissant apparaître le ciel bleu, le soleil et quelques nuages blancs. Ils s'effilochent et se disloquent peu à peu.

Pourtant hier soir de très gros nuages noirs et menaçants recouvraient le fond de l'horizon... quelques petites averses sont apparues encore dans la nuit, mais aujourd'hui froid avec -1° et puis douceur avec le soleil éclaboussant la lande... c'est nos chèvres Aig (Aik) et Froudenn qui sont heureuses ! Caboche, Cabosse et Dondon, les poules se suivent l'une derrière l'autre picorant à qui mieux mieux.

Maurice a repris la crève et je refais des infusions de feuilles de ronces.

Aujourd'hui, j'ai très froid, mal à la tête et je pense que cela risque d'être à mon tour, on verra.

Véronique M. puis Céline pénètrent dans notre maison. J'ai à peine le temps de déjeuner.

Comme hier, je garde une compresse de Versatis sur les cervicales avec ma minerve.

Le médecin frappe à la porte et entre.

Je le regarde les yeux écarquillés :

–Bonjour docteur, mais que se passe-t-il ?

–Mais pourtant c'est bien vous qui m'avez appelé ?

– Non pas du tout... Maurice a repris la crève, mais nous gérons, il boit des feuilles de ronces...

– J'ai tellement l'habitude que les appels viennent d'ici que je suis venu directement là... il regarde ses papiers... c'est au 4 !

– Non, ce doit être chez Pierre et Éliane. Nous lui indiquons le chemin. Il repart... nous sommes inquiets pour nos amis... il va falloir que je téléphone où mieux que j'aille les voir... ce que je fais à dix-sept heures trente après être restée au lit un moment de l'après-midi où j'étais en pleine crise d'asthénie.

Nous terminons la soirée bien tranquillement, Maurice endormi au salon et moi sur l'ordinateur...

PARIS le 2 juin 1990

–Vous faites mieux que raconter, vous créez une ambiance ! (Un admirateur, à Paris le 2 juin 1990)

–En tout lieu, de toute éternité, à ton image, des femmes ont su créer des univers magiques en perpétuant des traditions orales. Cette mère hypnotisant son enfant par la parole (sur la carte postale), m’a fait penser à toi. Continue d’être la bonne fée, celle du rêve, du bonheur en 1990 et au-delà ! (Elyett, enseignante)

LYON SAINT-JEAN, 1990, 'TERRE DE LUMIÈRE' devant des lamas tibétains

–Mais qu’est-ce que vous avez attendu jusqu’à présent ?...vous vous rendez compte du temps qu’on a perdu ! (Un admiratif, après le spectacle : Terre de Lumière’)

–Vous alors ! Vous êtes mieux qu’une séance de yoga, vous nous emmenez tout de suite au ciel (Une personne après le spectacle donné à St Jean (Lyon), lors du passage des lamas tibétains dans la cathédrale).

–C’était très bien, bravo ! Ce spectacle là, était d’une très grande qualité, faite-le payer très cher ! (Roger CHARRET, ethnologue, après ‘Terre de Lumière’)

–J’ai écouté des conteurs, mais vous êtes de loin la meilleure ! (Un admirateur après ‘Terre de Lumière)

~~‘SALLE ERIK SATIE’ à VENISSIEUX, ‘TERRE DE LUMIERE’, 16 décembre 1992 :

Ces histoires étaient magnifiques !... Un enfant

Quel chemin parcouru !... Guy Fischer (ami, sénateur né le 12 janvier 1944, décédé le 1er novembre 2014)

Quelle magnifique invitation au voyage et à la sagesse. Merci… un adulte

Milles bravos et remerciements… Lucia

Toute mon amitié… Annie, Angélique

Super !...Quelle avancée… Geneviève

Toute notre amitié !... Jacqueline, Béatrice, Hervé

Ce n’est qu’une allégresse !... Un auditeur

Sur la route du Tibet…j’ai aperçu une lumière. À maman Valérie le 16. 12. 1992

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR - dans La Maison du Bout...de la Terre
commenter cet article

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 55 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *Septembre 2013 à 2015, elle devient lauréate de 52 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'...
  • Contact

Recherche

Articles Récents