Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 22:20
Hortensia devant la maison

Hortensia devant la maison

Dimanche 16 juillet 2017... il marche dans sa tête...

Je me lève à huit et je déjeune. Puis je mets en route le concert du 14 juillet à Paris, que je n'ai pas suivi vendredi. L'art lyrique que j'aime passionnément par sa beauté me touche particulièrement dans les moments douloureux de ma vie.

Et justement je me morfonds sur notre malheur et les larmes me viennent en pensant à Maurice coincé sur son lit d'hôpital et à sa grande souffrance.

Je me secoue... je dois préparer ses affaires pour demain... il m'a demandé un pantalon long... dans sa tête il marche et il veut sortir de son lit (pauvre homme qui roule en fauteuil depuis 37 ans)... je lui ai pris des biscuits bretons et du chocolat noir aux noisettes entières... il avait envie de chocolat. Il ne mange rien à part des yaourts, des crèmes et des compotes. Il n'aime pas le reste vraiment pas bon.

Je prépare aussi tout ce dont j'ai besoin pour demain car je dois passer à la pharmacie, à la poste, à la boulangerie. Je dois être prête dès que Nathalie franchira la porte à huit heures trente demain.

Je prends le temps de regarder le merveilleux feu d'artifice qui clôture le concert du 14 juillet à Paris, feu grandiose, de plus en plus beau !

Bon et puis je me suis réservée d'aller manger à la Pointe ce dimanche... cela ne me fera pas de mal. Je retrouve mes amis et je commande une assiette de fruits de mer et un moules-frites. L'entrée relève toujours de l'exploit pour moi car j'ai du mal à défaire les crustacés et je n'ai pas la force d'appuyer avec la pince sur la coque des araignées, mais le serveur me vient en aide, et aussi il me sert l'eau contenue dans une belle bouteille de limonade mais beaucoup trop lourde pour moi. Enfin malgré la tristesse qui étreint mon cœur je me régale et je passe un bon moment, d'autant qu'il fait un très grand beau temps. Puis je commande une glace à la chantilly. Je vais régler ma note, mais j'ai oublié le café. Dédé me le sert sur le comptoir.

Puis je me dirige vers les cartes postales fantastiques et je reprends la route en direction de Delphine et Alain. Je passe un instant bien agréable avec eux, et Justine me fait connaître Blacky, leur toutou.

Je rentre à la maison. Il est quinze heures... je suis inquiète... j'ai pourtant chargé le fauteuil ce matin, mais sans doute pas suffisamment longtemps. Il me restait deux points verts, je les ai utilisés sur la côte qui mène à la Pointe du Raz... et me voilà en panne sèche à l'entrée du vélo-route. Le fauteuil s'arrête net. Je le mets en manuel et je retourne sur mes pas. Heureusement je ne suis pas loin d'une maison habitée par une dame et ses trois enfants. Je la hèle et elle me vient aussitôt en aide avec un large sourire. Sa maman arrive également et elles me guident jusqu'à leur voiture. À elles deux, elles plient mon fauteuil et le montent dans le coffre du véhicule, puis la grand-mère me conduit jusqu'à la maison où elle monte le fauteuil.

Me voilà rentrée... jamais je n'aurai pu faire la route en poussant mon fauteuil ! Je suis reconnaissante à ces deux dames pour leur aide.

Puis je m'occupe de mes fifilles en poussant mon fauteuil roulant manuel devant moi. Je prends bien garde à ne pas tomber.

Lorsque j'ai fini, je reçois un coup de fil de Maurice. Il a encore dormi tout l'après-midi. Il me dit qu'il a récupéré une télévision... on a des postes de partout, celui du camping-car, le moyen, le grand et encore un autre... toujours dans ses confusions ! 

Je reçois un coup de téléphone de mon petit-fils et de mon fils. Je suis heureuse de les entendre. Nous échangeons des nouvelles.

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de roman fanstastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 20:48
Fleur de Yucca devant la maison

Fleur de Yucca devant la maison

Samedi 15 juillet 2017... victime d'errances médicales graves... nous en payons le prix fort... et à nous évidemment de faire face maintenant !

Je ne parviens plus à dormir... voilà déjà un moment que je bouge dans tous les sens victime de mes douleurs intenables. Il est cinq heures... je tente de me rendormir, en vain... des idées sombres m'envahissent et mes douleurs finissent par me jeter hors du lit. Je file sur l'ordinateur à six heures où je termine la rédaction de mon conte 'L'Œil du Dragon' et prépare ma participation à un nouveau concours. Tout est prêt, je vais pouvoir poster mon courrier lundi.

Je déjeune, puis j'appelle Maurice mais il ne répond pas. Je téléphone à l'équipe soignante et une infirmière me dit qu'il dort, il a dormi toute la nuit et c'est tant mieux. Bon, je le rappellerai vers midi trente. Je traîne ce matin sur la préparation de mon courrier.

Je prépare mon repas, et en attendant je rappelle Maurice. Il m'annonce qu'il s'est réveillé avec deux filles dans son lit ce matin ! Je lui demande des explications. Les infirmières sont venues lui faire la toilette et il a déjeuné à six heures ! Puis il rajoute qu'il est allé chercher son fauteuil roulant dans le couloir, il a marché sur 150 mètres.

Il demeure perdu dans ses idées fixes... il marche, il a toujours marché... un peu. J'ai beau tenté de le ramener à la réalité, il se fâche... alors je le laisse en proie à ses délires. Ce qui m'inquiète le plus c'est que cela dure depuis près d'une semaine. Pourtant il a des petits moments de lucidité. Il ne parvient pas à se situer dans le temps avec ces trois jours de pont du 14 juillet... chaque jour il me demande si je viens le voir demain... je lui réponds que non, je n'ai personne pour me conduire à l'hôpital, il ne me verra que lundi ! Le temps lui paraît bien long de me voir et surtout de rentrer à la maison... je pense que ce sera mardi après-midi, il faut lui changer sa sonde.

Je tente de faire la sieste mais je somnole sans y parvenir... toujours les soucis viennent me hanter. Finalement je me lève à quinze heures trente et je décide de faire un tour à la Pointe jusque chez Delphine et Alain. Je reste sur la terrasse au soleil comme un lézard et je discute avec Delphine autour d'un café et d'une crêpe. Cela chasse mes idées noires. J'ai bien fait de me bousculer... j'étais vraiment mal partie aujourd'hui. Je rentre pour aller nourrir nos animaux qui m'attendent avec ravissement. Auparavant je rappelle Maurice, mais il est occupé par les soins. Tant pis, je lui téléphonerai lorsque j'en aurai terminé avec toutes les fifilles. Il m'appelle à dix-neuf heures cinquante... j'entends le téléphone, je termine juste et j'ai bien du mal à monter la rampe en poussant le fauteuil roulant manuel. Finalement à défaut d'un électrique, je le pousse devant moi pour être plus sûre de ne pas tomber.

Je ramène un œuf. Hier j'en ai trouvé un dans le pondoir extérieur, très pratique pour moi, et puis en les nourrissant j'ai aperçu un autre posé au sol... je sais pas ce qu'elles ont en ce moment !... Il y a bien longtemps que je ne suis pas allée vérifier de partout, mais je ne m'y aventure pas toute seule.

Bon, un nouveau coup de fil, je parviens à prendre le combiné. Il me dit qu'il n'a pas dormi cet après-midi, mais il ne peut pas dormir tout le temps sinon cette nuit risque d'être difficile. Il a reçu un appel de notre petit-fils, il est content. Ce soir il semble moins confus. Il me demande le programme de la télévision, mais il n'est pas terrible, de toute manière il ne s'y intéresse guère. Nous nous souhaitons une bonne nuit.

Je demeure un peu sur l'ordinateur. Je lis mes courriels. J'ai reçu le message d'une amie qui m'a fait du bien au moral. Je ne tarderai pas à me coucher, hier soir une nouvelle fois je me suis endormie sur le film, j'aurai mieux fait de choisir le concert !

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic - Fatasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
15 juillet 2017 6 15 /07 /juillet /2017 11:08
PRIX LITTERAIRES / Dana LANG, lauréate du TROPHEE John Ronald TOLKIEN pour sa saga fantastique (Héroic- Fantasy) LES 3 HERITIERS DE LA CLEF DES 7 MONDES

2017 / annonce de Dana LANG, conteuse professionnelle, auteure, poète, ...


Après

1/ la troisième Mention d'excellence des Poésiades de Bayonne pour le texte de poésie libre 'Sous les Balles' en 2017, 'Ils se noient... là' en 2016, et 'Puisque tu vis, Philippe' en 2015,

2/ la Mention Prix Littéraire du Grand-Prix du Jury de Petite-Camargue pour mes textes de poésie libre et de poésie libre libérée où j'ai déjà obtenu le Prix Edmond Rostand en 2014, le Prix Paul Éluard en 2015, le Prix Paul Valéry en 2016,

3/ après le Trophée le Lauzun de Bronze remis par Pierre Bellemare pour mon conte 'La Princesse aux Mensonges',

4/ j'apprends aujourd'hui, le 27 juin 2017, la nouvelle dont j'avais toujours rêvée en écrivant (alitée à la suite d'une troisième crise évolutive) ma saga fantastique (Héroic Fantasy) en trois volumes 'Les 3 Héritiers de la Clef des Sept mondes' (T1: La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré, T2 : Éloïse et le Commandeur du Temps', T3 : Atlantis et la Licorne Noire) que le CEPAL vient de m'attribuer le Trophée John Ronald TOLKIEN, trophée qui me sera remis le dimanche 10 septembre à Thionville (57), après le Prix des Frères Grimm en 2013, le Trophée ANDERSEN et le Trophée HOMÈRE en 2015.

WAOUH, que du bonheur ! Ce qui porte mon palmarès à 55 Trophées, Mérites, Médailles, Prix et Mentions Littéraires Internationaux de septembre 2013 à ce jour !

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 18:12
Rosiers de Brocéliande

Rosiers de Brocéliande

Vendredi 14 juillet... l'obsession de marcher ne le quitte pas !

 

Je me réveille à neuf heures. J'appelle Maurice, il ne parvient pas à prendre le combiné. J'appelle l'équipe de soins. Une infirmière me dit qu'il a bien dormi, mais à trois heures il est redevenu confus et elle lui a donné un demi seresta. Une soignante va lui rapprocher le téléphone. Je l'appelle. D'une voix endormie et difficilement claire à cause de l'oxygène, il ne me dit pas grand chose sauf que s'il pouvait marcher il serait sorti... toujours obsessionnel cette marche sur ses deux jambes !

Bon, je le laisse et je vais déjeuner. J'ai envie de traîner en chemise de nuit mais ce n'est vraiment pas dans mes habitudes... je me sens trop mal ainsi. Je file à la salle de bains.

Puis, je me mets sur l'ordinateur avec l'idée de finir mon conte 'L'Œil du Dragon'. Je ne cesse de penser à mon envie de déménager et de retrouver les enfants... mais il y a tant de problèmes qui se dressent devant moi ! Il va falloir que je prenne le taureau par les cornes...

Je téléphone vers treize heures à Maurice... il me dit qu'il a perdu sa lunette à oxygène et que cela devient pire que jamais tant il étouffe !

Je passe l'après-midi sur la fin de la rédaction de mon conte 'L'Œil du Dragon'. Puis je vais m'occuper de nos animaux. L'infirmière remplaçante vient me soigner mes pieds. J'ai oublié de passer à la pharmacie pour moi et je n'ai plus de remèdes... j'ai fait l'impasse, une de plus !

Mon petit-fils adoré me téléphone pour demander des nouvelles. Je lui dis comme j'aimerai revenir près d'eux... ils me manquent trop et eux aussi, nous leur manquons. Je lui donne le numéro de téléphone de son papy.

Je rappelle Maurice. Il vient de finir son repas : un yaourt ! Il me parle et je le comprends toujours que très difficilement. Il me dit qu'il cherche les clefs du bahut. Je lui réponds qu'elles sont à la maison... il est catastrophé et plus encore quand je lui annonce qu'il ne conduit plus depuis deux ans ! Il me raconte qu'il va chercher le fauteuil roulant... il reste confus depuis dimanche soir dernier.

Cette situation me pèse de plus en plus... je ne vois plus la fin de notre cauchemar...

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 19:23
Féeries

Féeries

Jeudi 13 juillet 2017... nous habitons en Bretagne depuis trois ans...

 

Je me lève à sept heures pétrie de douleurs vives et insupportables. Je me traîne. Sylvie doit arriver à huit heures et nous partirons à l'hôpital. Hier il a plu tout l'après-midi et aujourd'hui il fait gris au matin, pas très réjouissant.

Le soleil se lève sur le Cap. Nous partons en direction de l'hôpital. Je retrouve Maurice encore bien endormi... il est clair et pas clair... un mélange entre réalité et rêves (délires-divagations)... si bien que lorsqu'il me parle du kiné qui est passé le voir et me décrit les exercices je ne le crois pas, d'autant qu'il parle toujours de se lever. L'infirmière passe... on devra lui changer sa sonde lundi... aussi voir un ergothérapeute pour avoir un lève-malade adéquat, essayer de le mettre sur le fauteuil... il ne paraît pas prêt de sortir de l'hôpital ! La toubib passe et confirme... je dois aussi lui apporter son respirateur lundi, si toutefois il arrive à le supporter... aussi revoir un pneumologue... d'un seul coup c'est le branle bas de combat !

Je ne crois plus guère à tout ça... vu que c'est derrière nous. C'est comme repartir en arrière, mais bref, admettons, nous n'en sommes plus à cela près.

Je fais mon repas puis je vais faire une sieste à quatorze heures... je somnole, j'ai du mal à m'endormir, cela tourne dans ma tête. Les toubibs estiment que l'on peut vivre ainsi... on voit bien qu'ils ne sont pas à sa place, ni à la mienne !

Je me lève à seize heures trente, puis je vais m'occuper de nos animaux, couper de la haie et de l'herbe. Je suis bien embêtée, en panne de fauteuil roulant... ils rendent tous l'âme dans ce terrain plein de trous de taupes. Je me déplace avec un sac, mes outils et une béquille, mais je suis obligée d'avancer pas après pas en faisant terriblement attention car mon manque d'équilibre constant peut me jeter au sol à tout moment... ah, je ne suis pas tranquille !

J'entends la sonnerie du téléphone par deux fois, mais impossible de m'y rendre. Tant pis, j'appellerai plus tard !

Lorsque j'ai terminé, je rappelle. Maurice vient de m'appeler deux fois... il en a déjà marre d'être à l'hôpital et cela ne m'étonne pas !... Eh bien, il sortira comme prévu lundi...

FAIS-MOI MOURIR ! Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 06:32
Fleur de Yucca

Fleur de Yucca

Mercredi 12 juillet 2017... dix huit mois alité dont... dix mois grabataire, au fond de son lit...

 

Je me lève abrutie de douleurs, de fatigue... je vais si mal que j'ai presque envie de faire venir le médecin... mais pour quoi faire ?... On ne peut rien me faire, et dans le fond c'est tant mieux !

Je suis dégoûtée... je ne peux plus continuer ainsi, je ne pourrai plus soigner Maurice à la maison en continuant à être aussi seule. J'ai besoin d'avoir les enfants dans notre proximité... mais comment faire maintenant pour déménager ? Puis-je demander un transfert sanitaire pour Maurice ? Dois-je le laisser à l'hôpital et le rapatrier lorsque je serai installée... je n'en sais rien... je ne sais plus... juste que je suis à bout de toute résistance. Il faut que je lui en parle... mais comment faire alors qu'il délire, ne sais jamais où il se trouve, où sont les enfants qu'ils réclament en croyant qu'ils sont là... par exemple au téléphone ce soir.

Ce matin, Camille l'auxiliaire de vie étudiante frappe à la porte. Je me prépare et nous partons à l'hôpital. Après deux jours et trois nuits d'excitation, évidemment il dort... il dort même les yeux ouverts... il me parle sans comprendre que je suis là. La matinée passe rapidement. Je lui fais manger deux kiwis mais il ne s'en rend pas compte. Nous partons. Je l'embrasse et lui dis à demain avec Sylvie.

Je passe l'après-midi au lit jusqu'à dix-sept heures. Françoise, l'infirmière remplaçante vient me soigner mes pieds.

Maurice complètement perdu m'appelle. Il ne se souvient pas que j'étais près de lui ce matin, il attend ma visite et aussi celles de mes enfants... je suis exténuée.

Féeries

Féeries

Mardi 11 juillet 2017... les médecins de l'éthique médicale à son chevet...

 

Je me prépare... ce matin est un grand jour... des médecins de Paris descendent pour évaluer la situation. Véronique, l'auxiliaire de vie arrive pour prendre son service. Elle me conduit à l'hôpital d'où elle repartira pour aller pointer à la maison, elle en profite pour y ramener mes affaires.

Je reste près de Maurice toujours en prise à ses délires... pas de chance les médecins vont venir et entendre ses élucubrations. Un psychiatre passe le voir et l'on me met dehors... super !

Je somnole plus ou moins près de lui qui ôte par cinq fois sa lunette d'oxygène.

Les médecins attendus arrivent dans la chambre vers quatorze heures. Cependant qu'ils parlent avec Maurice, je file dans la salle d'attente où je peux prendre thé ou café. Une dame, accompagnante en fin de vie vient discuter avec moi. Très ouverte, très plaisante nous passons un bon moment à nous raconter nos vies... quels parcours !

Les médecins viennent me chercher et nous allons au petit salon pour échanger nos points de vue. Après un large tour d'horizon de nos vies, les médecins au demeurant très sympathiques, très ouverts m'annoncent que Maurice est loin d'être mourant, son intelligence vivace demeure toujours présente. Donc, il nous faut trouver moyen de le débarrasser de ses œdèmes et tenter de le sortir de là... et s'il fait un infarctus eh bien ce sera ainsi !

Avec de belles paroles on peut tout faire... mais le constat réel se trouve bien différent. Dans notre conversation, nous oublions un autre élément déterminant et capital ma propre situation physique... je suis à bout.

Je passe le reste de l'après-midi avec Maurice qui délire, rejette sa lunette, une fois de plus et m'oblige à force de cris de chercher les clefs du camping-car dans ma sacoche. Pierre arrive à son tour pour me ramener à la maison et le trouve particulièrement excité !... Nous partons, je l'embrasse et lui dis à demain.

Je rentre plus découragée que jamais et plus anéantie aussi.

Rosiers de Brocéliande

Rosiers de Brocéliande

Lundi 10 juillet 2017... je vais le voir...

 

Je me lève à sept heures et je vais déjeuner. Nathalie arrive à huit heures, fait la petite vaisselle, étend le linge dehors, balaie rapidement pendant que je me prépare. Puis elle va mettre le fauteuil roulant manuel dans sa voiture et la tourne afin que je puisse y entrer. Nous partons en direction de l'hôpital.

Je suis catastrophée de trouver Maurice en plein délire... tout ce qu'il dit relève du fantasme. Il parle de son camping-car... de son camion... des fauteuils roulants électriques... tout ce qui l'obsède et la visite des médecins demain... mais rien n'est juste. Je lui donne les cerises qui traînent depuis que je les ai apportées... il balance les noyaux en l'air, il se croit dans un pré. Je lui épluche deux kiwis, il jette le cœur dur dans la pièce, se croyant toujours dans un champ... cela nous déclenche un gros rire mais ce n'est pas vraiment drôle... tout est faux. Pas un seul instant où il soit dans la triste réalité.

Nous restons deux heures environ... je vais pour le quitter et voilà le médecin. Elle comprend tout de suite la situation. Au bout d'un moment elle m'annonce que Maurice n'a pas de tremblements... il n'a donc pas la Parkinson... non, mais je rêve ! Après le constat qu'il n'a rien dans la tête (sic) maintenant il n'est pas Parkinsonien... où est le délire ? Son syndrome de Parkinson a été détecté en 2008 et traité contrairement à l'avis de la neurologue de l'hôpital neurologique de Lyon par un neurologue qui n'a tenu aucun compte de l'avis de sa confrère... Maurice avait le cumul de trop de pathologies et surtout son cœur ne supporterait pas le traitement... il n'en a eu cure !... Mais le gastro-entérologue consulté en octobre 2009 à la suite de ses cinq mois en soins palliatifs à domicile où il mourait d'une overdose médicamenteuse sévère (42 comprimés par jour), lui a retiré tous ses traitements... d'où il s'est retrouvé pour son plus grand bonheur entièrement démédicalisé durant cinq ans !... Mais il aura fallu qu'un autre médecin généraliste re prescrive un diurétique (pour mieux excité son cœur) et un remède (zanidip) contre la tension (mauvais pour les Parkinsonien) pour le renvoyer au trou où il se trouve... et là-dessus une lourde opération totalement inutile ! ! !

Tout cela fait que j'accumule un ras-le-bol phénoménal de tous ces médecins ! Dans ces conditions comment garder le moral et où se tourner lorsque l'on ne vous écoute pas... je constate que nous avons affaire à de parfaits autistes...

Je rentre à la maison, dégoûtée et outrée !

Je me fais chauffer une petite tarte aux noix de Saint Jacques. Puis je vais faire un tour pour évacuer tout ce trop-plein de contrariétés. Je retourne à la Pointe du Raz.

En route un chauffard me corne, et un autre individu au milieu de la route à prendre des photos me fait une leçon de conduite en me parlant de mettre un casque ! ! ! Tous ces touristes en vacances feraient bien mieux de lever le pied !

Je rentre. Il est quinze heures. Je vais m'allonger sur mon lit. Je me lève à seize heures trente et je me dirige sur mon ordinateur où j'espère avancer sur mon conte.

Féeries

Féeries

Dimanche 9 juillet 2017... épisodes d'étouffement...

 

Le temps se présente au matin avec un ciel couvert de nuages, mais le soleil va parvenir à percer dans la journée jusqu'à faire très chaud.

Je téléphone à l'équipe soignante pour avoir des nouvelles de Maurice. Il a dormi. Je déjeune et demeure un moment sur l'ordinateur où je poursuis l'écriture de mon conte puis à onze heures, je me prépare et je prends mon repas de midi.

Je téléphone à l'équipe soignante. L'infirmière au bout du fil m'annonce que Maurice est sous un aérosol car il a du mal à respirer. Je l'appelle un peu plus tard. Je ne comprends rien à ses mots. Je le rappellerai.

Je rentre le linge resté dehors puis je vais chercher le fauteuil roulant au garage... il a l'air d'être en panne de batteries, batteries que l'on vient de changer il y a quelques mois. Zut qu'est-ce qui se passe ? Aurai-je mal branché le chargeur. Je remets l'appareil en route. Je verrai demain.

Bon, je vais prendre le fauteuil pliable. Je le sors par la rampe de devant. Je n'ose pas m'asseoir, peur de tomber. Voilà, je suis installée et je prends la route direction la Pointe du Raz. Ce matin j'ai réalisé d'un coup que je suis partie hier sans régler ma consommation chez mes amis... incroyable j'ai fait carrément l'impasse... il faut croire que je suis vraiment crevée ! Bon, j'y retourne pour payer et reprendre la même consommation. Comme hier, je fais le tour des ami(e)s.

Je quitte le secteur pour aller prendre un café chez mes ami(e)s à la terrasse des Gourmandises de la Pointe. Je demeure un moment à observer l'océan et à me dorer au soleil. Il fait chaud, je me pousse à l'ombre. Puis j'abandonne mon amie pour rentrer... je me sens très lasse d'un coup. Je rentre directement par la rampe et... sans problème, impeccable !

Je suis si fatiguée que je vais me jeter sur le lit. Je m'endors deux heures puis je vais m'occuper de nos animaux.

Je téléphone à Maurice où je comprends quelques petits mots. Il est horrifié de constater qu'il est perdu. Tant pis, j'irai le voir demain... là, il est trop mal...

Je dîne rapidement devant la télé... où je m'endors !

FAIS-MOI MOURIR !/ Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 20:29
FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Samedi 8 juillet 2017... Maurice veut partir... il s'enfonce...

Je me réveille à sept heures emplie de crampes violentes... et me lève à sept heures trente. Je déjeune, puis file à la salle de bains. Ce matin, j'ai l'intention d'écrire. Je plie le linge sec et m'installe sur l'ordinateur. Je téléphone à l'équipe soignante pour connaître sa nuit. Elle a été comme toutes celles que j'ai vécues avec lui, agitée, perturbée... je l'appelle. Il me répond des mots brefs très difficiles à comprendre, sa respiration est courte.

Je comprends :

Je veux partir ! Viens me chercher !

Je lui explique que je ne viendrai pas ce week-end, ni lundi... mais je le verrai mardi... je n'obtiens que des syllabes (il bataille pour prendre et raccrocher le téléphone)... un bruit de déplacement de l'appareil et plus rien, raccroché.

J'ai commencé l'écriture d'un conte hier soir et je le poursuis ce matin. Puis je prépare mon repas.

Une infirmière de l'équipe soignante m'appelle. Maurice respire très mal et elles ont dû lui faire des aérosols. Je l'ai bien constaté tous ces derniers jours, sa respiration devient de plus en plus difficile. Il manque d'air lorsqu'il parle, quand il mange,... enfin dans tous les petits efforts de la vie. Je n'ai pas le moral de le savoir dans cet état qui perdure et où il sombre de plus en plus vite.

J'étends deux lessives, donne les épluchures aux animaux et je pars me promener en direction de la Pointe du Raz... la tristesse ne me quitte pas. Je me balade et vais dire bonjour à mes amis.

Au retour, lorsque je descends la route, je me dirige chez Delphine et Alain, où je prends deux cafés sur la terrasse en plein soleil avec une merveilleuse vue sur l'océan... mon regard se perd au loin et mon cœur empli de nostalgie se tourne en direction de l'hôpital.

Je rentre à la maison. Je file nourrir les fifilles. Elles m'attendent avec une impatience folle. Ensuite je regagne mon bureau où j'appelle les infirmières. Il a recommencé à souffrir de sa prostate comme tant de fois à la maison. Il a dormi mais il a fallu lui refaire des aérosols pour sa respiration... Maurice s'enfonce à vue d'œil.

Je l'appelle... il ne parvient pas à formuler ses phrases et les mots qu'ils prononcent sont inaudibles. Il s'ennuie sans moi... je sens que cela lui coûte beaucoup de ne pas me voir... tant pis, j'irai le voir lundi, mardi et jeudi. Le week-end prochain long de trois jours sera encore bien difficile à endurer.

Je dîne avec des ships mexicaines devant la télévision. Ma fille aînée me téléphone. Elle demande des nouvelles de Maurice. Nous nous parlons longuement et aussi avec Nelly. Lorsque j'ai terminé mon repas, je m'installe sur l'ordinateur pour lire mes messages puis continuer l'écriture d'un nouveau conte.

Il fait très chaud mais le temps reste bien supportable aujourd'hui avec le vent du large... une journée superbe pour se promener et visiter la Bretagne...

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 19:11
FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Vendredi 7 juillet 2017... en visite à l'hôpital...

 

Je me lève à sept heures... je déjeune. Nelly arrive une heure plus tard. Elle s'attaque au peu de vaisselle abandonnée dans l'évier. Nous parlons un moment et je lui dis que nous devons nous rendre à l'hôpital.

Je file dans la salle de bains et je me prépare, puis Nelly plie le fauteuil roulant manuel dans son coffre... le fauteuil roulant électrique pèse vingt-huit kilos, trop lourd pour le soulever dans une voiture, sauf pour les hommes.

Nous nous dirigeons vers l'hôpital. J'emporte les viennoiseries que j'avais oubliées hier. Nous découvrons Maurice dans son lit, volet baissé, il semble dormir encore et pourtant il nous répond des mots très brefs... comme si tout le fatiguait parler, ouvrir les yeux... immensément. Tout le matin, il restera ainsi.

Nelly très dévouée lui donne à boire, elle m'apporte un café que Maurice veut goûter aussi, mais trop fort il ne le boira pas. Elle va chercher un bol, une fourchette et un couteau afin que j'épluche les kiwis et les lui fait manger. Il respire très difficilement ce matin malgré la lunette d'oxygène. Je le trouve vraiment très mal.

La matinée s'écoule ainsi lorsque arrive une psychologue. Elle interroge Maurice accablé de fatigue et c'est moi qui répond pour lui... il émet quelques mots parcimonieux. Finalement je vais finir de discuter dans son bureau, puis il est l'heure de rentrer afin que Nelly ne soit pas en retard.

Nous arrivons à la maison à midi cinq le temps pour Nelly de filer en vitesse.

Je me prépare du poisson pané à la tomate. Je déjeune puis je décide d'aller faire un tour à la Pointe du Raz.

Je vais faire la tournée des amis... mais le voyage, sans Maurice à mes côtés en fauteuil roulant électrique, me donne un coup au moral... je me sens désespérément seule, atteinte d'une profonde tristesse, je pense à lui enfoncer dans son lit d'hôpital. Ce grand soleil, ce parcours en bord de mer me remémore l'an dernier où Maurice alité parvenait encore à marcher jusqu'au garage. Il s'asseyait dans son fauteuil et nous roulions dans nos fauteuils respectifs sur cette route pour prendre le vélo-route jusqu'à la Pointe. Nous allions retrouver nos amis pour manger un moules-frites !

Nous avions voulu profiter un peu du soleil de l'été une dernière fois... nous avions bien fait car le douze septembre il se retrouvait bloquer par l'infection de sa prothèse totale de genou où il tombait grabataire jusqu'à ce jour, malgré la lourde opération de sa jambe le vingt-cinq novembre... tout cela me serre le cœur et me rend infiniment triste...

Je l'appelle en soirée... mais je ne parviens à obtenir que de vagues mots inaudibles... il est de plus en plus mal. Je téléphone à l'équipe soignante. La personne que j'obtiens me répond qu'il était confus cet après-midi et il criait... on lui a donné deux calmants et il s'est endormi pour l'après-midi...

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Jeudi 6 juillet 2017... le cauchemar se poursuit...

 

Je me suis couchée tardivement... trop de soucis. Je m'endors finalement et au matin, après mettre lever à six heures, l'infirmière frappe à la porte de la chambre... c'est l'heure de ma prise de sang et je dors comme un sapeur.

Elle effectue son travail sans me déranger du lit... une infirmière de combat ! Quand elle a terminé, je me lève et je file en cuisine pour déjeuner avant l'arrivée de Sylvie. L'infirmière consciencieuse me quitte et Sylvie arrive un moment plus tard.

Nous prenons un café ensemble histoire de baboter (ou papoter ou cafeter)... puis je file me préparer car nous partons faire quelques courses et nous sommes de retour à dix heures trente.

Nous rangeons les achats. Sylvie étend une lessive et termine sa matinée. J'appelle Maurice à midi. Il est soulagé, très inquiet de ne pas avoir pu me joindre et surtout il pensait que j'allais le voir ce matin... je l'avais pourtant prévenu plusieurs fois que je ne viendrai pas aujourd'hui, mais seulement vendredi... les frais de voyage sont trop importants ! Mais je sais qu'il ne se souvient pas, aussi je lui redis plusieurs fois et souvent. Quoiqu'il en soit il m'annonce que le médecin veut me voir... il ne l'a pas pu hier dans l'après-midi... bon, qu'est-ce que je vais faire ? J'appelle des amis pris dans leurs obligations, donc je recours à mon ami et voisin Pierre qui a la gentillesse de me conduire à l'hôpital malgré la chaleur énorme qui sévit sur le Cap.

Nous arrivons pour quatorze heures. Le médecin et une infirmière présents dans la chambre se retirent pour nous laisser à nos retrouvailles. Le médecin reviendra dans un instant afin que nous discutions de l'état de Maurice et de ce qu'il y a lieu de faire pour le soulager. Je suis bien d 'accord, mais prend-t-on vraiment la mesure exacte, l'amplitude de sa douleur physique qu'il cache si souvent, lui si dur au mal. Sa souffrance morale est aussi à prendre totalement en compte car il souffre de se voir dans un tel état, d'être devenu grabataire depuis bientôt dix mois, sans pouvoir bouger, ni rien faire lui le super-actif, après huit mois où il est resté alité soit dix huit mois d'un enfer intenable ! Il souffre de me voir si douloureuse à son chevet 24 heures sur 24. Il souffre de se rendre compte que parfois il n'est plus là, qu'il ne sait plus où il se trouve, lui au QI si développé ! Comment peut-on apprécier, juger et appréhender son état de souffrance si profond, si intense, si criant ? À ses côtés, je ne sais pas comment je parviens à tolérer cela... je ne le supporte pas... j'ai seulement envie de hurler ma souffrance... mais qui nous écoute ?

J'ai l'impression d'un sempiternel discours à la langue de bois depuis tout ce temps. Le corps médical nous écoute-t-il vraiment ? Tout ce que j'ai constaté jusqu'à aujourd'hui dans la sphère qui nous occupe c'est que l'on ne m'a jamais entendue... moi, qui connaît ô combien l'état et la situation de santé de Maurice pour en avoir vécu de belles, des situations ô combien critiques et rarement vues sur un patient, sauf lui totalement hors norme, comme son parcours professionnel, comme son parcours sportif, comme son parcours dans le handicap et la maladie (37 ans).

Un patient boulimique de la vie, du travail, du sport, mais hélas aussi dans les accidents et dans la maladie... et je n'ai pas vu le moindre soulagement quand son état empire chaque jour un peu plus... c'est tellement flagrant... il n'est qu'à l'observer dans tous les détails de son corps, le constat ne peut être qu'épouvantable... jamais il n'a été aussi gonflé d'œdèmes aussi durs et sur autant de surface... son corps, ses suisses, ses jambes, ses chevilles, ses pieds, ses bras, ses poignets, ses mains, son dos, son cou, ses joues ; jamais il n'a eu autant de maux de tête, de douleurs cardiaques, de manques respiratoires aussi récurrents ; jamais il n'a autant souffert de son genou droit qui lui n'a pas pu avoir de prothèse en 2002 au vu de son état cardiaque ! Non, jamais il n'a autant souffert et chaque jour qui passe le jette dans cet abîme ou il croit devenir fou de douleur et de désespérance...

La discussion avec le médecin fatigue Maurice qui ne supporte plus les paroles autour de son lit depuis déjà bien longtemps, trop vite épuisé par les discours... et il ne veut plus entendre l'énumération de ses pathologies que je suis parfois obligée de développer devant lui... tout cela le fatigue beaucoup trop.

Avec Pierre nous restons encore un peu avec lui très démoralisé. Il se plaint de se retrouver dans cette chambre d'hôpital... trente-sept ans à les fréquenter cela dépasse l'overdose. Il n'en peut plus et ne cesse de le dire tous les jours. Je tente de le consoler avec de bien piètres arguments.

L'heure s'en vient de le laisser... nous nous embrassons et je le quitte à regret. Nous quittons l'hôpital pour nous jeter dans le four qui nous attend à l'extérieur. Pierre me dépose devant la maison et monte mon fauteuil roulant manuel à l'intérieur, puis il me laisse. Il me dit qu'il viendra me chercher à l'hôpital mardi vers dix-huit heures, en tout cas après le tour de France. Mardi je devrai rencontrer une collégiale de médecins. Merci Pierre, vraiment très sympathique de me rendre cet immense service.

Je soupe seule, je m'installe devant la télévision et finalement à vingt-et-une heures trente je m'endors... je me réveille en sursaut, je file au lit.

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...

Mercredi 5 juillet 2017... à l'hôpital...

Il a dormi jusqu'au matin où il m'a réveillée à sept heures quarante-cinq minutes. Il fait déjà très chaud... la maison est plongée dans le frais des volets baissés. Des mouches pullulent avec la chaleur tout autour de lui. Il veut déjeuner et il a soif. Je m'occupe de lui puis je commence à faire les tartines grillées et chauffer mon café.

Annie frappe à la porte à huit heures trente. Elle arrive pour m'aider. Je déjeune et lui explique le départ pour l'hôpital en Soins Palliatifs. Maurice ce matin a sa jambe gauche horriblement enflée, la cuisse, la jambe, la cheville et le pied... il enfle de partout... il est devenu très lourd en peu de temps, les œdèmes cardiaques l'ont rattrapé trois fois plus vite... il attend impatiemment l'infirmière. Il est un peu perdu.

Annie étend du linge et plie les lessives qui ont bien séchées avec le chaud soleil d'hier. Aujourd'hui la température montée d'un cran rend l'atmosphère très lourde. L'infirmière arrive pour soigner mon époux. Elle prend grand soin de lui. Elle le prépare pour son départ. Elle a aussi veiller à transmettre aux médecins de l'USP tout un dossier avec ses ordonnances et les soins qu'elle a prodigués, le suivi du malade à domicile. Adrien, le jeune ambulancier frappe à la porte et Christophe arrive avec le brancard par derrière. Céline est restée à les attendre, à déplacer les meubles et à transporter Maurice du lève-malade au brancard, trop étroit pour lui, mais de nouvelles ambulances avec des brancards plus performants ont été commandés pour l'avenir proche. Puis ils m'aident à franchir le seuil de la maison par la rampe avec mon nouveau fauteuil pliable et à grimper dans l'ambulance.

L'infirmière file vers d'autres patients, cependant que les ambulanciers nous emmènent à l'hôpital. Maurice souffre atrocement des secousses engendrées par les routes en très mauvais état. Il crie et la douleur est telle qu'il en pleure tout au long du trajet. J'ai le cœur crevé... envie d' hurler... envie que cela s'arrête net.

Nous arrivons enfin, et le cauchemar s'enfuit. Christophe va donner les papiers nécessaires à son entrée et nous l'attendons, mais Maurice souffre encore trop sur ce brancard si étroit pour lui à présent, Adrien le monte dans sa chambre. Christophe vient et nous montons à notre tour.

Six infirmières, aide-soignantes s'empressent autour de lui pour l'installer dans son lit avec l'aide des ambulanciers-brancardiers. Je le retrouve un moment plus tard bien couché dans le lit. Les aide-soignantes ont tout de suite rangé ses affaires de toilette et son linge dans leur endroit respectifs. Il me dit que maintenant il va dormir.

Je reste une heure près de lui, puis je descends pour appeler un taxi. Je discute avec l'hôtesse d'accueil et elle me prévient qu'une ambulancière va venir me prendre.

Une dame très sympathique se présente. Elle réalise que je suis en fauteuil et fort heureusement quoique pliable, nous avons besoin de la gente masculine pour le monter dans le coffre du taxi. Ça tombe bien un brancardier de l'hôpital a compris et il apporte un coup de main à l'ambulancière. Le fauteuil plié rentre dans le coffre... et après une demi-heure de route me voici à la maison où nous allons quérir l'aide de notre voisin pour sortir le fameux fauteuil.

Je règle la facture d'un montant de 65 euros 40 centimes... enfin si l'on tient compte du prix de l'essence un plein sur les utilitaires de mes amis ou sur mon véhicule me coûterait plus cher.

Je rentre à la maison avec une grosse envie d'aller me promener à la Pointe du Raz compte-tenu de ce grand beau temps, mais il est déjà tard et je ferai mieux de m'occuper de nos animaux, de souper et de me reposer... et je m'y emploie pour le plus grand plaisir de mes fifilles. J'aurai le temps de me balader plus tard.

J'ai dans la tête les toutes premières idées d'un nouveau conte... je vais m'employer à le développer puis je le ferai participer à un prochain concours.

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnelle, ambassadeure de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 22:37
'La Fontaine de la Mer' Prix Paul Eluard décerné par le Grand-Jury de Petite-Camargue en 2014...

'La Fontaine de la Mer' Prix Paul Eluard décerné par le Grand-Jury de Petite-Camargue en 2014...

Mardi 4 juillet 2017... des bras anormalement enflés...

 

Ses cris me réveillent à une heure cinquante... son genou lui fait une douleur horrible... je lui donne sa morphine et un doliprane... il a très, très mal. Il crie encore à quatre heures du matin pour son genou, puis il m'appelle à six heures, il a faim... moi qui espérait me lever à huit heures trente, c'est râpé ! Je lui donne pour la troisième fois de la brioche aux pépites de chocolat, un jus de fruits... il va me rappeler encore deux fois car je ne lui ai pas mis la télévision.

Je retourne au lit. Véronique arrive et me réveille. Elle nous prépare le déjeuner, tartines et café. Maurice n'est pas trop bien, il attend déjà impatiemment l'infirmière. Je profite de la présence de Véronique qui étend le linge et plie celui qui est sec, pour aller m'occuper des animaux... j'ai largement le temps.

Je rentre à midi, Véronique est partie non sans avoir aidé Céline pour le lève-malade.

Maurice se plaint à l'infirmière :

Oh, comme je voudrais mourir !

Son genou droit est horriblement déformé. Quand à celui de gauche opéré le 25 novembre dernier il est gonflé d'eau et ses deux cuisses se trouvent enkystées par les œdèmes, ses bras aussi, l'eau est partout... c'est sûr qu'il doit se sentir plus que mal et très douloureux. De plus, j'ai l'impression qu'il va faire une orchite. J'espère que non car la douleur est atroce !

Je mets la paëlla à chauffer doucement, mais Maurice n'en veut pas. Il se contente d'un œuf dur, un yaourt, une crème, une glace... la part de paëlla sera pour moi.

Maurice s'endort plus ou moins. Vers quatorze heures trente une crise d'asthénie m'envoie au lit. Il me réveille à seize heures... pour rien. Je demeure un moment près de lui puis je retrouve l'ordinateur. J'en profite pour imprimer des documents pour l'hôpital. Il y entre demain à quatorze heures jusqu'au 15 juillet, soit dix jours. Cela ne m'enchante guère de le laisser là-bas... il n'a pas fini de s'ennuyer et de trouver les aliments très mauvais. De plus lui rendre visite présente de vraies complications... demain par exemple je n'aurai personne pour me ramener à la maison, de même pour le mardi 11 juillet, je devrais être auprès des médecins à treize heures, mon auxiliaire de vie pourra m'y conduire mais elle doit être libérée à midi, donc, je devrai faire du stop en fauteuil roulant... super ! Bref, nous n'avons pas d'infirmière sur cette période et il va bien falloir s'y faire. Je commence à préparer sa valise, je finirai demain matin.

Ce soir Maurice présente son bras droit et sa main anormalement enflés tout comme à gauche... Il s'endort profondément à vingt-et-une heures.

Le temps s'est montré clément, beau et chaud, toujours ça de pris !

FAIS-MOI MOURIR ! / Dana LANG, conteuse aux plumes de Sioux, artiste internationale, auteure de fantastique (Héroic Fantasy), poète insurrectionnellle, amabssadeur de la Paix,...
Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 22:06

Bonjour,

Les rencontres de l’Histoire.

Sans parler d’indépendance pour la Bretagne mais, de Justice et de respect de son Histoire, de son Identité, de sa Culture, de son Territoire, (La Bretagne est amputée depuis 1941) avec le retour de la Loire Atlantique dans son giron, nul ne peut et ne doit ignorer en ce 4 juillet que les Bretons ont participé à la création des Etats-Unis d’Amérique!  Une République fédérale.

http://www.infobretagne.com/combattant-breton-amerique.htm

Alors, à quand une Bretagne, reconnue, comme les autres Régions : Majeure et non sous tutelle jacobine centralisatrice ?!

Gérard Gautier, Saint-Brieuc 4 juillet 2017

Ancien vice-président Conseil Culturel de Bretagne, de l’Institut Culturel de Bretagne, du CUAB…

BILLETS D'HUM(E)OUR / de mon ami Gérard GAUTIER, ancien conseiller général de Bretagne, auteur, ambassadeur de la Paix,...

Bonjour,

Notre actualité (politique) n’offrant pas de belles embellies il faut bien trouver des dérivatifs… Je vous confie ce que je viens de terminer…
Gérard,
Saint-Brieuc le 29 juin 2017


Information de dernière minute : des politiciens génériques c’est pour demain.

Au moment où à la surprise générale, semble-t-il et y compris celle de personnalités qui étaient en charge ministérielle lors du précédent quinquennat, de l’annonce d’un énorme dépassement du déficit organisé par ce dernier, remettant en cause les promesses des successeurs, enfin une bonne nouvelle.

En effet, une dépêche émanant du ministère, indépendant, de la Salubrité publique vient d’annoncer qu’après de très longues années de recherche, la mise sur le marché «de politiciens génériques» était pour demain.

Cette avancée est très importante.

Il s’agit de remplacer très prochainement les produits, très anciens, dépréciés et beaucoup trop nombreux, qui apportent rarement les résultats positifs promis et qui sont, de plus, responsables d’effets secondaires dramatiques.

«Les politiciens génériques,» mis au point dans des laboratoires citoyens, seront, moins nocifs pour la santé des finances publiques, plus respectueux de l’environnement social et du moral des Français.

Un plus indéniable espéré pour la Démocratie.

Aux dernières nouvelles, le Laboratoire «E.N.A» - à l’image dévalorisée en France et difficile à exporter à l’International - actuel fournisseur, très important de créateurs de déficits publics: institutions et autres niches administratives, aurait annoncé, devant sa crainte de disparaître, son intention de mener une action immédiate contre cette mise sur le Marché.

Cela en créant, ce que ses professionnels savent faire le mieux,  une… Commission.

Gérard Gautier,

Saint-Brieuc le 29 juin 2017

La Cour des comptes annonce un déficit de neuf milliards sur le ...

www.huffingtonpost.fr/2017/.../28/la-cour-des-comptes-annonce-un-deficit-de-neuf-...

Repost 0
Published by Dana LANG, CONTEUR AUTEUR CREATEUR
commenter cet article

Présentation

  • : Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • Dana LANG, artiste Internationale, conteuse aux plumes de Sioux, citoyenne du monde, auteure Fantasy, poète, lauréate de 59 Prix Littéraires Internationaux, éditrice, ambassadrice de la PAIX, membre SACD, UERAA, AEB, World Académy of Arts and Culture and World Congress Poets, ...
  • : *1979-1989, bibliothécaire jeunesse en banlieue lyonnaise (Vénissieux) où elle conte déjà trois fois par semaine. Les classes s'inscrivent sur des listes d'attente. *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste Tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain durant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite du Temps', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel'… un recueil de prose poétique de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', une suite de nouvelles et de prose poétique 'À l'Aube d'un Jour' et un livret de pamphlets (prose insurrectionnelle : 'Je vous écris, Frères Humains', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées' édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA et ' Le Monde de Lucas ' de Didier POUDIÈRE. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit désormais à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '. *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *de septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 59 distinctions Littéraires Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 14 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... en 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres...
  • Contact

Recherche

Articles Récents