Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 18:54
MESSAGE de MON AMI Ziad MEDOUKH, professeur de français, poète et auteur palestinien, ambassadeur de la Paix,...

Bonjour de Paris 

Je le plaisir de vous annoncer cette bonne nouvelle

Après  quatre ans bloqué à Gaza, et de 72 heures de voyage entre Gaza, le Caire et Paris , je suis arrivé finalement ce lundi en France pour des rencontres et des conférences universitaires et publiques en France et en Suisse 

Une  autre bonne nouvelle : je viens de gagner un prix poétique et je vais obtenir un diplôme d'honneur

Pour les amis parisiens, je vous invite si vous serez libre  à la cérémonie de la remise des diplômes d'honneur qui aura lieu ce mardi 22 novembre  à 18h00  à la Mairie de Paris 9ème, 6 rue Drouot 75009 Paris

 Métro Richelieu-Drouot.

Je pars le mercredi à Grenoble pour un colloque international à l'université de Grenoble, puis en Suisse, après je sera i à l'université du Havre avant mon retour à Gaza.

Amitiés de Paris

Ziad 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 14:43
LETTRE DE SOUTIEN de Dana LANG, conteure, auteure, poète, ambassadeure de la Paix,...

Je me permets de m'associer en tant qu'ambassadrice de la Paix, membre du Cercle Universel des Ambassadeurs de la Paix, conteuse, auteure, poète française à la requête de mon ami Gérard Gautier, ancien Conseiller Régional de Bretagne, auteur, poète, ambassadeur de la Paix.

Il serait temps que le gouvernement fasciste d'Israël entende son peuple et aussi le cris de ceux qu'ils oppriment dans une poigne de fer et d'acier, qu'il écrase sous sa botte comme les nazis l'ont faits pour les juifs à une époque que l'on sait et qui devrait pourtant leur servir de leçon et de mémoire.

Nous voulons la Paix, nous voulons que le peuple palestinien recouvre ses Droits et sa Liberté et nous voulons que ce gouvernement d'Israël reconnaisse ses fautes ou soit jugé pour ses crimes de guerre... alors vous en tant qu'immobilier d'Israël proposez de reconstruire la Palestine... vous auriez une fortune à vous faire sur le compte de l'Etat Israëlien, ils leur doivent bien ça en compensation des pertes humaines que les Palestiniens ont dus endurer, des massacres des leurs, de leurs enfants tués gratuitement, des pertes de leur habitat, de leurs larmes et finalement de leur courage inébranlable...

Edifions la Paix, nous avons tout à y gagner et rien à y perdre ! 

Si vous êtes intelligents et constructifs, je gage que vous ferez passer le message à vos dirigeants !

Dana LANG, conteuse, auteure, poète, ambassadrice de la Paix,...

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 13:30
LETTRE DE Gérard GAUTIER... au 62ème SALON DE L'IMMOBILIER ISRAËLIEN A PARIS !
LETTRE DE Gérard GAUTIER... au 62ème SALON DE L'IMMOBILIER ISRAËLIEN A PARIS !
LETTRE DE Gérard GAUTIER... au 62ème SALON DE L'IMMOBILIER ISRAËLIEN A PARIS !
LETTRE DE Gérard GAUTIER... au 62ème SALON DE L'IMMOBILIER ISRAËLIEN A PARIS !
LETTRE DE Gérard GAUTIER... au 62ème SALON DE L'IMMOBILIER ISRAËLIEN A PARIS !

Bonjour,

En souhaitant que votre cible ne soit pas celle d’investisseurs ayant l’objectif de construire dans les Territoires annexés aux Palestiniens.

Pourriez-vous faire quelque chose pour permettre, à des civils citoyens de Gaza, dont les maisons ont été détruites de pouvoir vivre comme des Humains?

Israël en sortirait grandi.
La Paix ferait un grand pas.
Cordialement vôtre.
Gérard Gautier

Saint-Brieuc le 20 novembre 2016

Bonjour,

Je n’ai pas d’œillères et j’ai lu « venez une fois en Israel et vous comprendrez…et demandez a gaza de vous envoyer un rapport de ce qu’ils ont fait avec les milliards que vous leur envoyez chaque années »

Je suis informé lors de conférences, depuis des années, par des personnes qui reviennent de Gaza .

Je le suis par un ami, professeur de Français, Palestinien, Homme de Paix, qui est à Gaza.

Je l’ai été par le fils d’une amie bretonne dont le fils est Universitaire à Vancouver qui a fait un voyage d’études dans les Territoires et à Gaza.

Je vous remercie de me faire parvenir le rapport dont vous parlez.

Je dois préciser que je fais un distinguo avec le Peuple d’Israël et ses dirigeants politiques. Cela comme je le fais entre les Coréens du Nord et leur dictateur, et je demande à ce que cela soit fait également pour la France.
Il est évident que souvent les impératifs des intérêts financiers aveuglent.

A l’oublier l’on ouvre, grandes, les portes à l’intolérance et à… Daech. http://www.blanccestexprime.fr/?p=620

Celui qui oublie le Passé est condamné à le revivre.

Je reste à votre disposition.
Cordialement.

Gérard Gautier

Saint-Brieuc le 21 novembre 2016

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 18:13
JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, ambassadeure de la Paix,...

Samedi 19 novembre 2016... 5ème jour d'hospitalisation... dans l'attente...

 

Le mauvais temps a soufflé toute la nuit accompagné de trombes d'eau et de vent froid, glacial qui traverse les murs et les baies vitrées. J'ai gardé le volet fermé pour me protéger de ses assauts furieux. J'ai dormi accompagnée de mes maux continuels... la douleur a fini par me faire lever à sept heures vingt... ce matin je mettrai mon corset... trop mal !

Pierre a été heureux de trouver, hier soir, un Maurice combattant comme un taureau (qu'il est !) et ce matin je le trouve ensommeillé avec un besoin de dormir inextinguible. S'il vous plaît, soyez gentils pour lui téléphoner réservez les horaires de treize à quatorze heures et de dix-neuf heures à vingt heures.

Je l'appelle en fin de matinée où il est découvert et il a froid. Il est fatigué. Je le rappelle vers quatorze heures, il a sommeil et va dormir. Puis à dix-sept heures trente avant et après son repas du soir. Il a trop chaud et fait couper le radiateur, la chambre est chauffée aussi par le sol. Il me dit pour la deuxième fois de la journée :

On tient le bon bout, on tient le bon bout, ma chérie !

Puis je le laisse ainsi à chaque fois. Ce matin j'ai tenté d'appeler l'APF, et le co-voiturage. Il me faudrait une personne qui se rend à l'hôpital de Brest depuis Plogoff et qui pourrait me prendre... Maurice me recommande de ne pas insister.

Tant pis... me répond-il.

Mais ce n'est pas drôle... et dire que j'aimais tant conduire et que depuis quinze ans, je ne le peux plus... misère ! J'ai même appris à conduire sur un onze tonnes pas assisté, tout ça pour conduire un bibliobus ! ! !

Cet après-midi, je prépare trois concours. Cela me donne du travail. Ce soir, je vais me distraire un peu devant la télé et ensuite je vais certainement bien dormir malgré la tempête qui rugit au-dehors accompagnée de trombes d'eau.

J'ai eu le grand bonheur de parler avec ma délicieuse amie Lucette, ce qui m'a donné un très grand baume au cœur... quelle petite femme géniale !

Bon, plus que deux jours à attendre...

JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, ambassadeure de la Paix,...

Dimanche 20 novembre 2016,

Je me lève à neuf heures... j'ai dormi onze heures, interrompue quatre fois dans mon sommeil par la douleur et la tempête en furie avec un vacarme épouvantable.

Jean-François arrive, je suis encore toute endormie et je lui donne des nouvelles de Maurice. Quand il s'en va, je demeure à la salle de bains et je m'habille. J'appelle Maurice. Il a dormi toute la nuit, deuxième nuit de sommeil. Il me dit qu'il va dormir encore, je le laisse à son repos.

Je déjeune, puis j'arrose mes plantes dans la véranda et je vais m'occuper de nos animaux ravis de me retrouver enfin. Je coupe de la haie en prenant très garde de ne pas tomber. Je me tiens debout me retenant à mon fauteuil, puis je roule jusqu'au garage prendre du grain, j'ouvre le robinet d'eau. Je leur balance le grain et les abreuve. Puis je rentre. Je suis restée dehors une heure trente. La tempête a disparue et laisse place à un temps très calme, il reste un rayon de soleil sur un ciel chargé de nuages.

Il est midi vingt et je réchauffe mes plats préparés hier, poulet aux champignons et endives, yaourt, compote pommes-poires sans sucre.

Lorsque j'ai terminé, je fais la vaisselle, puis j'appelle Maurice. Il m'annonce que ses œdèmes recommencent à couler par ses jambes et par ses pieds... mince... je ne suis pas rassurée... quelle poisse !

Les chirurgiens vont tenter l'aventure mais dans l'état où se trouve Maurice, je demeure très sceptique... espérons qu'ils s'en sortent.

Maurice me dit qu'il a sommeil et va dormir encore cet après-midi, autant qu'il se repose le plus possible après tous ces examens qui l'ont épuisé. Il a mangé dans le fauteuil mais cela lui est extrêmement fatiguant. On se quitte ainsi jusqu'à ce soir. Une crise d'asthénie s'abat sur moi et je vais me coucher moi aussi... je voulais continuer mes concours mais je verrai plus tard. J'avais envie d'aller au village en fauteuil pour poster mon courrier mais cela va m'épuiser... le courrier attendra !

Je traîne au lit avec de grosses douleurs osseuses aux jambes. Je me lève à dix-sept heures en ayant somnolé. Je m'installe sur l'ordinateur pour lire mes courriels.

J'appelle Maurice à dix-huit heures. Les infirmières ont dues changer tout son lit tant ses œdèmes cardiaques re remettent à couler de ses jambes et de ses pieds. C'est cela qui le démange.

Il me dit comme il apprécie cet hôpital ! Jamais il n'a reçu des soins de cette qualité... jamais il n'a connu de personnel aussi gentil avec lui, aussi dévoué... non pas que ce soit agréable d'être là, mais au moins ainsi il peut supporter son sort. Il le supporte d'autant mieux en sachant que je n'ai pas tout ce travail à faire à la maison, cette surcharge de soins.

Jamais je n'aurai pu tenir cette cadence jour et nuit. Il me dit encore que demain, les deux grands professeurs de ce très grand hôpital se réunissent avec tous les toubibs pour délibérer sur l'opération de ce cas extrême. Sans doute prennent-ils cela comme un défi, réussir une telle opération sur un tel bonhomme ! En tout cas Maurice est prêt pour l'aventure. Moi, je le suis tout en restant très sceptique du fait de son état de santé si précaire et son bilan si impressionnant. Jamais il n'a subi d'anesthésie générale depuis 2001.

Bon, il s'achemine ainsi vers la 31ème opération de ses jambes et la 61ème intervention chirurgicale !

C'est vrai, il devrait entrer dans le Livre des Records !

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 08:31

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 20:10
JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, amabssadeure de la Paix,...

Vendredi 18 novembre 2016... 4ème jour d'hospitalisation... une bonne nouvelle se fait jour ! ! !

 

Je me lève alors que Nelly entre dans la maison. Elle vaque à ses occupations. Moi, j'émerge lentement d'un lourd sommeil douloureux. Toute la nuit j'ai souffert d'une lombalgie, d'un lumbago... enfin la routine habituelle.

J'appelle Maurice, il a enfin pu dormir cette nuit et là, il part au dopler... je dois le rappeler plus tard. Je traîne sur l'ordinateur en attendant l'infirmière. Elle arrive plus tard ce matin. Elle pratique mes soins. Mes pieds me font très mal lorsque je ne suis pas chaussée.

Avec Nelly, à dix heures, nous allons voir les animaux. Ils ont dus affronter la tempête de cette nuit serrés les uns contre les autres... en plus d'un vent rageur, des trombes d'eau tombaient du ciel.

Ce matin il fait rigoureusement froid. Nous restons une demi-heure dehors, nous sommes littéralement congelées et nous rentrons vite car une nouvelle averse s'abat sur nous. Oh la la, quel froid ! Nous mettons bien du temps à nous réchauffer !

Je rappelle Maurice... il va très mal. Bousculé par l'examen où on lui a remué la jambe dans tous les sens, il est ko. Je l'entends à sa voix... il n'est vraiment pas bien et je ne peux pas lui parler très longtemps. Il me dit que si les amis appellent ce ne peut être que pour un très court moment... il ne tient plus... je dois raccrocher et le rappeler vers quatorze heures.

Nelly est partie. Je reçois un appel de l'ADMR et de Gérard G. Nous parlons de la situation.

J'appelle une association d'aide aux malades, personnes âgées ou handicapées, toujours avec l'espoir de trouver une possibilité de transport jusqu'à Brest. J'attends on doit me répondre.

Je fais une sieste jusqu'à cinq heures bousculée par le vent tempétueux qui enrage sur le volet. Quel vacarme ! Toute la nuit la tourmente n'est pas cessée, mais ce sera pire cette nuit et demain car la météo annonce un fort coup de vent !

J'appelle Maurice, ça tombe bien. Il prend un ton solennel pour m'annoncer qu'il a eu la visite de nombreux médecins autour de lui et qu'en fonction de tous les paramètres, les analyses, les examens qu'il a subit cette semaine, ils ont décidé de l'opérer mardi matin et de lui changer sa prothèse ! Il est content et il est d'accord. Il me demande mon avis. Je suis d'accord aussi, il ne peut pas croupir au fond d'un lit pendant des jours et des jours, c'est une situation invivable pour nous deux. Il est certain que ouvrir et laver la prothèse et ensuite prendre une antibiothérapie ou bien ouvrir, tout nettoyer, ôter la prothèse et en mettre une nouvelle serait le meilleur moyen d'en sortir. Il faut penser aussi que la rééducation avec une maladie de Parkinson n'a rien d'évident. Les chances de réussite sont à 50 %. les médecins semblent assumer totalement les risques et nous de notre côté nous les connaissons et nous les assumons. Maurice me vante les hautes qualités et compétences des médecins rencontrés ici, les infirmières et un service pointu. Ils l'ont bien entourés, bien aidés. Les examens ont été très éprouvants pour lui, mais là, il tient le bon bout.

Je retrouve dans sa voix le type combatif et volontaire, d'une volonté hors du commun comme le personnage !

Je le laisse sur cet espoir... maintenant il va attendre mardi avec une impatiente folle !

J'annonce la nouvelle à nos amis. Ils sont heureux ; aussi à mes enfants, petits-enfants.

La tempête rugit de plus belle...

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 11:27
INFORMATION CITOYENNE POUR LA DEMOCRATIE / Gérard GAUTIER, ancien conseiller régional de Bretagne, poète, auteur, ambassadeur de la Paix

 

Information citoyenne pour la Démocratie

(Merci de diffuser si affinités)

 

 

 

CAMPAGNE POUR UN VOTE BLANC

AYANT VALEUR JURIDIQUE

DE SUFFRAGE EXPRIMÉ

Campagne  réalisée grâce au concours bénévole et, un peu involontaire, des participants

POUR UNE FOIS QU’IL Y A CONSENSUS…

Saint-Brieuc 18 novembre 2016

 Gérard GAUTIER 

               Ancien Conseiller Régional de Bretagne Président Mouvement « BLANC C’EST EXPRIME »

18 rue de Penthièvre 22000 Saint-Brieuc   Téléphone : 02.96.33.50.34

         SITE : www.blanccestexprime.fr   COURRIEL : blanccestexprime@orange.fr

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 20:41
JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, amabassadeure de la Paix,...
JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, amabassadeure de la Paix,...

Jeudi 17 novembre 2016... 3ème jour d'hospitalisation.

 

Je soulève le volet de la chambre lorsque Sylvie frappe aux carreaux. Je dormais profondément et je ne l'ai pas entendu à la porte.

Je déjeune et me prépare rapidement, nous partons en courses. Nous rentrons à onze heures, je téléphone à Maurice qui se trouve avec le pneumologue. Je le rappellerai, le temps de ranger les commissions et pour elle d'étendre une lessive.

Puis elle me quitte. Je rappelle Maurice à l'hôpital. Il me dit qu'il fait toujours des apnées, mais pour l'instant il y a tant d'autres choses à régler que l'appareillage sera pour plus tard ! Il va passer encore d'autres examens cet après-midi.

Je déjeune rapidement et me mets à lire mes courriels. Puis la fatigue me saisit et je vais me coucher. Je dors à peine depuis une demi-heure, le téléphone me réveille une fois, puis deux. Zut, je ne peux pas aller décrocher ! Tant pis, je me rendors et c'est l'infirmière qui me cherche et m'appelle dans la maison... j'ai dormi d'un sommeil de plomb, partie pour ne plus me réveiller ! ! !

Je téléphone à Maurice, il vient de passer une échographie du cœur et demain il verra le cardiologue. Visiblement les chirurgiens ne l'opéreront pas, car ils ne peuvent pas l'endormir... ce que je ne cesse de répéter... on ne l'endort plus depuis 2001, sinon on lui aurait mis sa deuxième prothèse totale au genou droit en 2002. Mais les médecins voulaient faire le tour du bonhomme... ils ont vu ! Sans doute vont-ils le laisser sortir avec une antibiothérapie toute simple en laissant sa jambe en l'état... misère, nous n'avons pas fini d'en baver !

Je le rappelle avant le repas... il est dans tous ses états ! Voilà deux heures et quart que les infirmières l'ont abandonné sur un fauteuil, histoire de lui faire changer de position mais cela est beaucoup trop long pour lui et il commence à souffrir, à hurler de douleur... il a beau appuyer sur la sonnette personne ne vient à son secours.

Il me souffle presque au bord des larmes :

J'en ai marre, j'en ai marre ! J'ai trop mal et elles ne répondent pas !

Bon, j'appelle l'hôpital. Je demande la responsable du service.

La standardiste me demande pourquoi, je lui explique :

Vous êtes à l'hôpital ?, me demande-t-elle.

Non, je suis chez moi, à Plogoff !

Elle a l'air sidérée. J'obtiens l'infirmière et je lui dis la situation de mon époux... elles avaient d'autres choses à faire. Ça je n'en doute pas une minute, mais on n'abandonne pas mon mari ainsi avec une jambe dans un tel état et qui ne tient qu'à très grand peine assis ! Je voudrais les y voir à sa place !

Bon, Maurice est remis dans son lit. Il respire. Je le rappelle, il va un peu mieux mais il galère tellement.

Je suis rassérénée. Je lui dis que je le rappellerai après dîner. Je lui téléphone à dix-neuf heures trente. Il a bien mangé. Il n'a rien dormi la nuit dernière et il espère qu'avec les remèdes de l'allergologue qu'il a vu ce matin, il va pouvoir dormir tranquille. Je le souhaite, il en a tant besoin.

Je lui demande si je peux donner son numéro aux amis, il me réponds que oui, cela le distraira un peu.

Nous nous quittons ainsi jusqu'à demain.

JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, amabassadeure de la Paix,...

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 23:41
JUSQU'AU BOUT DU VOYAGE... / Dana LANG, conteure, auteure, poète, ambassadeure de la Paix,...

 Mercredi 16 novembre 2016... 2ème jour d'hospitalisation.

 

Je me lève lorsque Annie franchit le seuil de la maison. Je déjeune, Audrey, l'infirmière arrive pour mes soins de pieds puis repart. Je fais ma toilette et m'habille.

Je parle de la situation avec Annie. Elle plie le linge, étend la nouvelle lessive et vaque aux occupations habituelles.

De mon côté je recherche un moyen de transport. Ulysse m'a répondu et me laisse un message avec les coordonnées du correspondant de notre région à qui je laisse un courriel. J'appelle la mairie pour savoir s'il existe un réseau de transport pour handicapés, la secrétaire me renvoie sur la Communauté de Communes qui eux ne connaissent pas sauf Pascal Taxi, effectivement on nous en avait parlé. Je téléphone deux fois et n'obtiens aucune réponse. En désespoir de cause je demande au patron des taxis ambulances du Cap et il va me faire un devis, il me rappellera.

Je reçois un appel d'Ulysse et la personne m'annonce que cela me coûtera 400 euros. Sous cette exagération je saute en l'air ! Comment vous dites 400 euros ! Je suis horrifiée et lui fais savoir. À ce tarif, je peux me payer huit jours au Maroc ! Ils se foutent de nous... pour les handicapés ça douille ! C'est à croire que nous sommes des milliardaires !

Je reçois l'appel des taxis et ambulances du Cap, l'aller-retour et une heure d'attente à l'hôpital me coûtera 240 euros ! N'importe quoi... vive la solidarité... vive la main tendue aux plus vulnérables et aux plus faibles... tout ce que je vois c'est que nous devons sans cesse payer des sommes astronomiques pour tout ! Quel scandale, quelle honte !

Je suis à table quand une amie des Monts d'Arrée m'appelle pour me demander de ses nouvelles. C'est vraiment gentil de leur part à elle et son époux.

Plus tard, j'appelle Maurice et lui raconte ma démarche pour un transport afin d'aller le voir, il est contrarié et me dit de laisser tomber. Il a vu une assistante sociale et elle semble vouloir nous aider, tant mieux, ce n'est pas de refus dans l'état dramatique où nous sommes plongés.

Je lui raconte mon échange avec notre médecin traitant hier et il me confirme qu'il est très bien soigné, on le traite bien, on fait tout ce qu'il faut pour qu'il se sente bien... il prendra patience.

Il me dit que son nouveau lit est une vraie machine à gaz, un lit unique dans l'hôpital, une cage qui ne passe pas partout aussi cet après-midi on l'emmène aux examens en fauteuil roulant. Cela va être coton pour sa jambe ! Il n'a pas fini de hurler de douleur.

Il doit passer des tests pneumologiques et ce soir il aura enfin, après un an et demi d'attente droit à son fameux examen nocturne avec le pneumologue qu'il verra demain ! Ouf, il était temps ! Je n'ai pas pu lui emmener son respirateur alors on l'installera autrement.

Maurice me confie aussi qu'il est le plus grand malade de l'hôpital, ça je veux bien le croire et cela ne date pas d'aujourd'hui, la bourrique est fortement chargée, du jamais vu sans aucun doute !

En tout cas, me voilà rassurée quant à sa prise en charge à l'hôpital et il semble bien que les médecins cherchent à faire au mieux pour le soulager de la douleur.

Je le rappelle à quatorze heures. Je suis surprise d'apprendre que les infirmières ont réussi à l'installer dans un fauteuil avec sa jambe gauche par dessus la droite, mais elle l'ont assis un peu trop vite, il fatigue déjà avant les examens qu'il doit passer cet après-midi, cela risque bien de l'épuiser encore davantage (son lit, je devrai dire son 'usine à gaz' ne peut pas passer n'importe où).

Je le laisse à son triste sort et lui dis que je le rappelle ce soir après dix-huit heures trente. Vers quinze heures trente je suis très fatiguée et je vais au lit. Plusieurs coup de fil viennent interrompre mon repos, je laisse sonner.

Je vais rapidement nourrir les animaux sous le crachin et je rentre vite. L'infirmière repasse pour mes soins.

Vers dix-huit heures quarante cinq j'appelle Maurice. Il se trouve totalement épuisé par les examens de l'après-midi où il lui a fallut se tenir dans le fauteuil et parfois debout car il ne passait pas et du coup sa jambe est devenue noire. Heureusement il avait près de lui la présence d'une interne qui s'est occupée de lui tout l'après-midi. Certaines fois, elle a due déplacée des bureaux, des meubles pour passer avec Maurice.

Ce soir, je le sens à bout de fatigue. Je le quitte car il appelle les infirmières pour sa morphine et pour une meilleure installation dans le lit. J'espère que la nuit lui apportera soulagement et que l'appareil de contrôle des apnées du sommeil ne le gênera pas trop.

Demain nous aurons les résultats et l'avis du pneumologue.  

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 17:45
EXTRAITS DISCOURS / Alain MILLION, ambassadeur de la Paix (France)
EXTRAITS DISCOURS / Alain MILLION, ambassadeur de la Paix (France)

Extraits discours

…Je crois tout d'abord à la liberté de penser et de conscience qui permet à chacun de s'expliquer sur ce qu'il vit ou ressent.je crois aussi au partage et à ce qui rassemble plutôt qu'à ce qui pourrait séparer, nos points cardinaux que sont nos conduites humanistes, le respect, la compassion et l'amour universel, la réconciliation entre les peuples. A cela, on pourrait y ajouter la justice, l'espoir de la paix, de la fraternité et des solidarités, de la tolérance aussi. On pourrait y adjoindre la ou les religions qui est stricto sensu, le fait de relier. Je crois aussi pour ma part, au-delà, d'un Dieu omniscient et puissant, aux forces de l'esprit, de l'âme, du cœur, du cerveau.
Selon moi, comme chaque Dieu a sa vérité et que chaque homme détient une part de vérité, je privilégie le dialogue, la recherche, la confrontation d'idées pour ,en quelque sorte , ne pas être étouffé par une idéologie, soit elle la plus belle et la plus attrayante au monde. C'est pourquoi, ma religion, c'est l'amour de l'humain, de l'humanité, de la fraternité universelle et interdépendante. A mon humble niveau, j'essaie de relier les humains entre eux, croyants ou non, à ouvrir nos cœurs et nos sensibilités à l'éducation, l'instruction, la connaissance, la culture et la science, l'amour du beau et des arts. A vivre et travailler ensemble en respectant toutes les orientations spirituelles et en ayant comme chemin de route: « Je suis un humain au milieu d’humains et au service des plus humbles ». Il me semble aussi qu'à l'aune d'une révolution culturelle de la société, la question fondamentale à se poser serait; Comment replacer l'homme et sa liberté d'homme au centre de la mondialisation en reliant liberté, égalité dans la fraternité et comme le souligne Axel Kahn, revisiter les fondamentaux au niveau de l'éthique et de nos propres valeurs en ayant comme registre primordial la philosophie morale. En quelque sorte, se poser la question. Quel monde voulons-nous?
Mon combat, c'est l'humain en toutes choses.
La paix dans vos cœurs, la fraternité dans vos gestes fût le slogan que je pris pour l’organisation de la 1ère Marche Internationale pour la paix et la fraternité que j’ai eue le plaisir d’organiser le 14 juin 2015 à Mulhouse. La paix se construit chaque jour. A mon âge où proposer une utopie devient un devoir moral et citoyen, aller au bout de ses rêves, ne jamais renoncer :Voici ma FORCE

…Il me semble, sauf erreur de ma part qu'on s'attarde sur les problèmes" intra muros "de notre petit pays, planète Alpha alors que la dimension des problèmes est élargie au niveau de la planète entière, ce que j'appelle l'explosion cybernétique des réseaux, d'où l'imprévisibilité de l'avenir. Rêve ou cauchemar pour demain? La question primordiale est avant tout de changer nos esprits avec intelligence , à se servir de nos capacités à comprendre le monde dans lequel on vit pour trouver des solutions aux bouleversements considérables de notre siècle .Et ceci à tous les niveaux: sociétaux, économiques, financiers, environnementaux, physiques, biologiques, psychiques, industriels, informatiques, savoirs, culturels.... Il faudra bien un jour qu'on arrête les attaques partisanes pour réellement répondre aux enjeux du 21 ème siècle. A ce moment là, nous marcherons vers notre futur.

...Notre culture ne pouvant exister qu'aux confins du dehors et jusqu'aux connaissances les plus intimes du dedans des autres cultures. Le rassemblement des cultures complète l'Homme mais il faut avoir l'énergie et l'envie d'aller aux rencontres des autres cultures pour s'ouvrir à l'Humanité, à l'universalisme. Mon identité ne s'établit ainsi que dans ce qui se meut et qui se rejoint "(Alain Million, extrait de voyage dans les cultures.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LE MONDE IMAGINAIRE de Dana LANG, conteuse aux plumes de sioux, fée des loups, auteure Fantasy, contes, nouvelles, poète insurrectionnelle (trilogie de prose poétique), lauréate de 76 Prix littéraires
  • : BIOGRAPHIE Dana LANG *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les Terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain pendant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite des Jours', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel', 'Jusqu'au bout du Voyage', 'La Vie comme un Défi', 'Fais-moi Mourir !', 'Le Bouffeur de Vie', 'L'Ultime Voyage d'un Combattant de la Vie', 'Vogue là où te mènera ton Rêve', 'L' Envol les Ailes Brisées',... édité en juin 2019 par Horizon Littéraire Contemporain : un recueil de prose poétique et de pamphlets de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', 'Je vous écris, Frères Humains', 'À l'Aube d'un Jour, Humanité' et un livret de nouvelles 'Poindra le Jour', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. *En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées'  édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '.   *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *De septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 76 distinctions Littéraires  Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 16 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... *En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... *En 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres... *Le 9 et 10 septembre 2017, elle reçoit le TROPHEE John Ronald TOLKIEN pour le 2ème volet de sa trilogie fantastique 'Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' tome 2 'Éloïse et le Commandeur du Temps par le CEPAL à Thionville en Lorraine. Elle reçoit d'autres Prix Littéraires Internationaux et le TROPHEE le LAUZUN de BRONZE remis par Pierre BELLEMARE... *Le 26 décembre 2017, elle perd à Douarnenez son époux bien-aimé à la suite de très grandes souffrances et d'une longue agonie de trois ans. Il sera incinéré à Quimper et ses cendres jetées en mer à 300 mètres de leur habitation. *Année 2018, elle devient membre de Bibliothéca Universalis.           * En février 2018, elle écrit plusieurs contes et nouvelles... qu'elle présente à des concours littéraires... *4 avril 2018, elle reçoit une Mention des Arts et Lettres pour son conte 'L'Œil du Dragon'. *10 août 2018, veuve elle revient s'installer avec sa fille aînée dans les Monts du Haut-Beaujolais où de plus en plus atteinte par sa maladie, elle tente de faire éditer tous ses livres. Quelques uns de ses textes paraissent dans diverses revues et livres. *Le 26 janvier 2019, elle devient membre de l'Académie Littéraire et Historique du Val-de-Saône. *Le 1er juin 2019, elle reçoit trois nouveaux Prix Littéraires Internationaux sur un conte, une nouvelle et une poésie décernés par les Arts et Lettres de France. *Le 29 juin 2019, elle reçoit le TROPHEE d'EXCELLENCE sur son OEUVRE LITTERAIRE et le PRIX d'EXCELLENCE sur son conte MAX, LE PETIT SORCIER en Français et traduit en Roumain par les Editions HORIZON LITTERAIRE CONTEMPORAIN représenté par Noëlle ARNOULT et Daniel DRAGONMIRESCU.
  • Contact

Recherche