Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 18:16
L'ARBRE D'OR... finies les vacances !
L'ARBRE D'OR... finies les vacances !
L'ARBRE D'OR... finies les vacances !
'La Fontaine aux Fées'
'La Fontaine aux Fées'

~~Jeudi 28, vendredi 29, samedi 30 mai 2015,

Jeudi 28 : Les filles nous quittent tôt matin pour aller visiter l'Île de Sein. Bouscaille et ciel couvert, le temps fait grise mine... mais ça se lèvera, il devrait faire beau.

Maurice s'occupe des chèvres. Chaque jour, il leur distribue un morceau de la haie qu'il coupe au fur et à mesure.

Nous passons la journée calmement, l'après-midi Maurice reprend ses maux de tête récurrents.

Valérie et Nelly rentrent enchantées de leur balade sur l'Île et par bateau. Nous sommes contents.

Au soir, Toopie mal en point est toute heureuse d'aller se promener avec Nelly.

Vendredi 29 :

Nous nous préparons pour un déjeuner au restaurant... surprise ! Pour la Fête des Mères, les filles nous invitent... 'Au Grand Large', restaurant de la plage d'Audierne.

Nous laissons Toopie à la maison, elle pourra dormir et se reposer.

Nous nous régalons : pour Maurice ce sera moules à l'andouille et frites, Valérie et Nelly rouget et haricots verts, quant à moi, je me régale avec des palourdes farcies et une raie au beurre de framboise. Les desserts succulents suivent avec tarte tatin à la glace vanille. Nous passons un moment délicieux.

Puis les filles vont faire leurs dernières courses cependant que nous rentrons prendre Toopie pour l'emmener chez le vétérinaire constater l'évolution de sa tumeur. Toopie commence sa fin de vie... encore un mois de traitement mais son état peut se précipiter. Cela nous attriste.

En fin de journée, Nelly s'en va faire à pied le sentier côtier de Feunteun Aod au port du Loc'h... elle s'émerveille de la beauté de la côte.

Valérie va la chercher à Primelin.

Puis Nelly repart faire un petit tour avec Toopie.

Samedi 30 mai... les filles se lèvent pour le départ. Toopie veut faire une dernière balade avec Nelly avant que celle-ci ne la quitte.

Puis, les valises prêtes on se quitte devant la maison. Toopie insiste pour que je la prenne dans les bras, elle veut les voir partir.

Depuis la porte d'entrée, sur la rampe d'accès nous nous faisons un grand coucou... finies les vacances ! Toopie est triste.

Nous nous préparons pour faire un tour à la pêche. Comme si souvent, Toopie nous accompagne, elle se montre tellement heureuse d'être avec nous.

Nous passons à la boulangerie d'Esquibien pour nous munir d'un bon sandwitch et d'un dessert. Maurice a préparé ses lignes et arrivé sur le quai, il sort son matériel. Il va s'installer tout près de son véhicule, pas la force d'aller plus loin.

Je promène Toopie sur le quai attachée à mon fauteuil. La maman de Christophe arrive et s'installe à son tour. Au bout d'un moment, je vais lui faire la conversation. Nous sommes contentes de nous retrouver. Je l'invite à venir nous voir à la maison.

La pêche ne donne rien du tout. Maurice fatigué et bredouille, nous repartons vers quatorze heures... peu de temps après être arrivés.

Revenu à la maison, il soupire de soulagement, il va pouvoir se mettre à l'aise et se reposer dans son relax.

Les timides rayons du soleil ont rendu la journée, malgré sa douceur, quelque peu maussade.

Partager cet article

Repost0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 15:54

Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay entrent au Panthéon

L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon
L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon
L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon

~~Lundi 25 et mardi 26 mai 2015,

Lundi 25... fête de Pentecôte... nous travaillons au jardin puis les filles font un tour sur le sentier côtier... Pierre nous offre un poulpe que Maurice nettoie au garage avec difficulté...

Mardi 26 mai... Sylvie revient, et Béatrice la suit, elles remarquent aussitôt la légèreté de la porte... Pierre nous apporte deux autres pieuvres... que nous mettons au congélateur, ensuite nous pourrons mieux les nettoyer dans l'eau chaude... nous verrons.

Nous partons au restaurant en fauteuil roulant, les filles à pied. Nous rencontrons Claude... nous en sommes ravis.

Nous admirons les massifs de fleurs qui prolifèrent naturellement de partout devant les maisons bretonnes.

Au retour, les filles vont se promener à Douarnénez. Nous voulions passer au fumoir, nous verrons demain... le temps ensoleillé nous donne envie de flâner.

Le soir, nous nous installons devant FR3 pour suivre le téléfilm 'Pierre Brossolette ou les Passagers de la Lune'. Nous passons un excellent moment de télévision.

L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au PanthéonL'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon
L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au PanthéonL'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon
L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au PanthéonL'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon
Le petit port de Feunteun Aod
Le petit port de Feunteun Aod

~~Mercredi 27 mai 2015,

Au matin le ciel et le soleil rivalisent de clarté. Il fait un temps splendide.

Les filles décident d'aller visiter la ville close de Concarneau... de notre côté nous nous rendons pour onze heures à la cérémonie d'hommage au grand résistant qu'était Pierre Brossolette et qui entre aujourd'hui au Panthéon avec Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay.

Cette cérémonie devant la stèle des résistants à Feunteun Aod revêt un caractère exceptionnel car c'est ici que son bateau, alors qu'il se rendait à Londres, s'est échoué.

Il y a beaucoup de monde, les officiels, le préfet, les anciens combattants, les militaires, les gendarmes, les pompiers... une belle cérémonie devant un site grandiose. Avec une grande émotion, je pense à mon père, Patriote Résistant à l'Annexion de Fait...

L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au PanthéonL'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon
L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon
L'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au PanthéonL'ARBRE D'OR... 27 mai 2015, Pierre Brossolette entre au Panthéon

Partager cet article

Repost0
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 20:49
L'ARBRE D'OR...

~~Samedi 23 mai 2015,

Les embruns prédominent sur le Cap-Sizun au réveil... mais il fera beau.

Les filles partent pour faire un tour au marché à Audierne, se balader et se faire un plan resto. Elles rentrent au soir émerveillées de leur promenade.

De notre côté, nous reprenons la routine des jours... Maurice a très mal à la tête et ne supporte aucun bruit... et justement notre voisin fait marcher sa débroussailleuse, une énorme machine très bruyante de treize heures à dix-neuf heures trente. Il se dépêche de faire l'entretien de sa propriété car ils doivent repartir vendredi. Cela s'interrompt lorsque je leur demande de venir prendre le café. Ils nous offrent de merveilleux caramels de Hollande.

Les filles sont là et nous discutons dehors... Maurice n'en peut plus... trop mal ! C'est malheureusement difficile d'être dans un silence absolu...

Dimanche 24 mai 2015,

Il se lève avec un gros mal de tête. Les embruns traînent sur la lande.

Je dors encore lorsque Béatrice frappe à la porte.

Les filles se lèvent tard. Nous déjeunons et Valérie commence du bricolage à la maison. Elle accroche des décors aux murs et répare la porte d'entrée qui frotte le sol depuis des mois. Très difficile à ouvrir et à fermer, tous les intervenants et nous-mêmes sommes gênés pour la manoeuvrer. Aidée de Nelly, elles réussissent à la remonter. Valérie, comme à son habitude, à emmener ses outils ! Nous sommes heureux... réparée ça nous change déjà la vie !

Nous préparons le repas et nous déjeunons au soleil sur le pré. Nous faisons un barbecue avec les côtes d'agneau et les merguez apportées par les filles du Larzac ! Des produits absolument sublimes qui viennent de la bergère du pays !

Nous nous régalons et puis à la fin du repas, Maurice se plaint d'être trop exposé au soleil, la lumière lui fait mal. Nous prenons le café et il rentre cependant que nous traînons encore un peu en plein air... de cet air si vivifiant de Bretagne. Il fait si bon !

Les filles vont faire un tour, histoire de profiter au maximum de cette si belle région et de découvrir des paysages d'une beauté à couper le souffle.

Elles se baladent puis s'en vont visiter la Pointe de La Torche. Elles nous téléphonent : elles rentreront à dix neuf heures trente.

Pendant ce temps à seize heures trente, nous partons faire un dépôt de livres à la Biscuiterie de la Pointe-du-Raz puis nous allons à Douarnénez acheter des langoustines et des sardines, manque de pot tout est fermé ! Je peste !

Nous rentrons. Nos filles reviennent pour dîner.

Sur la presqu'île le crachin retombe de plus belle et les chèvres se sont couchées ; elles n'ont pas fait les folles ce soir... il fera beau demain !

Partager cet article

Repost0
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 04:16
L'ARBRE D'OR... Toopie, notre petite chienne WestieL'ARBRE D'OR... Toopie, notre petite chienne Westie
L'ARBRE D'OR... Toopie, notre petite chienne Westie
En balade à la Pointe du Raz
En balade à la Pointe du Raz

~~Vendredi 22 mai 2015,

Nos filles sont arrivées hier soir à minuit. Nous sommes vraiment heureux de les retrouver et nous nous couchons tard.

Au matin, la voix de Béatrice me réveille. Sylvie est déjà là et prépare le café. Je dors debout... beaucoup de mal à récupérer après les nuits studieuses de ces derniers jours.

Au petit déjeuner, dans la véranda, nos biquettes sous les yeux attendrissent nos filles. Puis vers onze heures, avec Valérie nous préparons le repas, Sylvie nous quitte.

Il fait doux sous un ciel gris avec un léger crachin. Avant de partir en balade, nos filles remarquent un problème dans la gueule de notre petite chienne Westie. Cela ne va pas du tout. Je ne vois pas tout de suite de quoi il peut s'agir.

Nous partons. Nos filles à pied et nous dans nos fauteuils roulants, nous passons l'après-midi en promenade à la Pointe-du-Raz accompagnés par Toopie.

Il fait lourd sous un ciel bas. Les filles doivent se dévêtir, la marche donne chaud ! Nous nous détendons autour d'un café, crêpes et glace italienne.

Là, Toopie ayant la gueule ouverte je m'aperçois alors qu'elle a un énorme abcès à la mâchoire sur les gencives, sa langue dérive sur le côté, elle salive beaucoup. C'est vraiment très vilain. Aurait-elle été piquée par un insecte ? Tout de suite, je penche pour une tumeur. Alors, Maurice et moi inquiets, nous nous promettons de nous rendre chez le vétérinaire tout de suite après notre escapade.

Puis nous flânons dans la direction du phare de la vieille et du sémaphore. J'admire la flore sauvage du lieu. Malgré ce qu'elle endure, notre Toopie est follement heureuse de se promener à nos côtés.

Maurice quant à lui souffre terriblement de sa tête, nous n'aurions pas dû prendre le chemin pavé de petits cailloux, mais plutôt la voie de la navette. Les tressautements du fauteuil roulant lui ébranlent le cerveau. Il est mal, il veut rentrer se reposer, s'installer sur son relax avec de l'eau froide sur la tête.

Du coup, nous rentrons assez rapidement puis avec mes filles et Toopie, nous filons en voiture chez le vétérinaire. Chez lui, je me rends compte de l'étendue du mal ! Il s'agit d'une tumeur. Le véto lui fait une piqûre d'antibiotique et lui donne un anti-inflammatoire. Elle est arrivée à la limite de ne plus pouvoir manger. Une partie de sa dentition disparaît dans la tumeur. Ce n'est vraiment pas beau à voir et ni moi, ni le vétérinaire n'avons jamais vu ça !

Il me donne des comprimés d' antibiotique et un anti-inflammatoire en pipette. Je vais devoir lui administrer ce traitement pendant huit jours et le revoir vendredi prochain. L'opération n'est pas envisageable là-dessus.

Nous verrons l'évolution du traitement mais cela paraît bien mal engagé. Toopie a treize ans en juillet (72 ans) et je repense à Gipsy, notre petite caniche toy abricot, que j'ai dû faire piquer à quatorze ans. Elle aussi avait pris une infection dans la gueule qui était montée à la face et avait évolué vers un cancer généralisé. Impossible d'opérer, il y en avait de partout. Ce fut très triste. Et puis, Starlette, notre chienne boxer morte à neuf ans dans les bras de mon fils d'une crise cardiaque... comme nous les avons aimées !... Toopie maintenant qui a partagé nos années de galère dans nos très graves maladies et qui n'ont été qu'amour fou partagé !

Bon, il y a toujours un nouveau tourment à affronter... une chose, puis une autre... cela n'arrête jamais !

Lorsque nous rentrons, Maurice n'est pas bien... il a très froid, il claque des dents. Ce matin, il avait 39° de température et ce soir rien, mais il se sent très mal. Nous dînons tous les quatre et nous donnons un morceau de foie à notre Toopie qui ce matin, ne parvenait pas à saisir ses croquettes dans son écuelle. Nous allons tâcher de la nourrir avec des bons morceaux, lui adoucir son état.

Au soir, nous restons au repos devant la télévision. Maurice va se coucher car il n'en peut plus, puis finalement revient dans son relax car il étouffe dans le lit sous son masque respiratoire.

Vers dix heures trente, épuisée je les abandonne pour filer au lit.

Le jour s'achève comme il a commencé... dans le crachin et nos biquettes vont se coucher.

Toujours d'aussi belles lumières que ce soit par beau temps, sous le crachin ou sous la pluie...
Toujours d'aussi belles lumières que ce soit par beau temps, sous le crachin ou sous la pluie...
Toujours d'aussi belles lumières que ce soit par beau temps, sous le crachin ou sous la pluie...
Toujours d'aussi belles lumières que ce soit par beau temps, sous le crachin ou sous la pluie...
Toujours d'aussi belles lumières que ce soit par beau temps, sous le crachin ou sous la pluie...
Toujours d'aussi belles lumières que ce soit par beau temps, sous le crachin ou sous la pluie...

Toujours d'aussi belles lumières que ce soit par beau temps, sous le crachin ou sous la pluie...

Toutes les nuances et une palette de couleurs variées avec la flore sauvage et protégée de la Pointe-du-RazToutes les nuances et une palette de couleurs variées avec la flore sauvage et protégée de la Pointe-du-Raz
Toutes les nuances et une palette de couleurs variées avec la flore sauvage et protégée de la Pointe-du-RazToutes les nuances et une palette de couleurs variées avec la flore sauvage et protégée de la Pointe-du-Raz

Toutes les nuances et une palette de couleurs variées avec la flore sauvage et protégée de la Pointe-du-Raz

Partager cet article

Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 19:12
L'ARBRE D'OR...

~~Mercredi 20 mai 2015,

La journée promet d'être belle et ensoleillée avec un vent bien assagi. Il fait bon ce matin.

J'ai beaucoup travaillé ces jours derniers sur mes livres et pas beaucoup dormi... mais j'ai avancé un grand coup... je dois poursuivre mon effort. Comme chaque jour, je réponds rapidement à tous mes courriels abondants.

Maurice reprend la coupe des haies, peu à peu, il fait du chemin... mais cela l'épuise vite. De mon côté, je retire tout ce qu'il reste encore des cartons recouverts d'herbe de tonte que j'avais mis avant l'hiver... maintenant avec le printemps cela a tendance à faire crever les plantations. Mes rosiers du coup s'en trouvent fort aise et ils ont triplés de volume, les palmiers et le camélia se sentent mieux, seul le magnolia fait mauvaise mine, je ne sais pas s'il va s'en remettre !

Nous repartons pour un chargement de déchets verts, moins chargés cette fois... puis nous rentrons, Maurice ressent une grande fatigue... il va tenter de faire une sieste, elle ne dure pas plus d'une demi-heure.

Histoire de me changer les idées, je vais rendre visite à ma tendre amie Élyane... le soleil resplendit aujourd'hui et cela requinque tout le monde.

Nos petites chèvres se portent à merveille, elles se trouvent très heureuses dans leur enclos et nous font profiter de leurs jeux incroyables ! Quant à Toopie, elle vieillit rapidement, elle dort de plus en plus et se fatigue vite.

Ma fille aînée a pris la route et demain mes enfants seront là pour huit jours, nous allons nous régaler ! Chaque jour, nous recevons des nouvelles accompagnées de photos de notre petit Louka ce qui nous rend très heureux.

Le jour se termine sur un immense soleil.

L'ARBRE D'OR...L'ARBRE D'OR...
L'ARBRE D'OR...

Partager cet article

Repost0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 14:51
L'ARBRE D'OR... Prix Paul Eluard décerné par le Jury du Grand-Prix de Petite-Camargue !

~~Samedi 16 mai 2015,

Sylvie est déjà là, puis Béatrice comme chaque jour. Nous prenons le café à cinq avec la présence de Pascal, son époux.

Hilton, le chien boxer farceur de Pierre traverse la haie pour montrer sa bonne grosse tête à nos chèvres naines. Apeurées, elles se réfugient à l'autre bout de l'enclos. On se demande ce qu'il se passe... Maurice près de là, aperçoit Hilton et s'inquiète soudain.

Du coup, nous partons acheter un voile cache-vue contre la haie. Nous l'installons et cela fait une protection au vent pour les chèvres. La journée s'écoule bien vite...

Maurice s'attaque à la hauteur des haies.

Épuisé, il finit par se coucher tôt... de mon côté, je reste à écrire sur l'ordinateur jusqu'à deux heures du matin.

Dimanche 17 mai 2015,

Je me lève à neuf heures. Une demi-heure après vient Béatrice. Je traîne en pyjama.

Maurice poursuit sa coupe de la haie... puis l'après-midi, en fauteuil roulant et avec Toopie nous allons nous promener à la Pointe du Raz.

Toopie devient vieille, elle se fatigue vite ; au retour, elle réclame pour se mettre sur mes genoux.

Nous rentrons pour nous reposer au salon.

Lundi 18 mai 2015,

Il pleut... les chèvres demeurent dans leur cabane. Elles guettent le moindre rayon de soleil. Véronique M. prend son service.

Nous partons faire quelques courses pour la semaine et à la pharmacie.

J'expédie mon conte 'Le Dragon de Pors Loubous' à Michel Courot, mon relecteur.

Le soleil revenu Maurice coupe la haie ; les déchets verts s'amoncellent.

Épuisé à seize heures il file se coucher. Il se lève à dix-huit trente.

Pendant ce temps je travaille dur sur l'ordinateur. J'envoie mon manuscrit des contes du Tibet aux Éditions du Net pour les faire éditer en numérique.

Je dois recommencer par quatre fois !

Mardi 19 mai 2015... un nouveau Prix Littéraire !

Nelly frappe à la porte. Elle râle car il fait gris, vent et pluie. Les deux biquettes n'osent pas m'être un poil dehors. Je me prépare et arrive Béatrice.

Puis, le soleil apparaît et Maurice se met à tailler les haies et à remplir la camionnette de déchets verts.

Le médecin doit passer pour renouveler nos deux ordonnances.

Nous l'attendons après le déjeuner de midi. Quand il m'ausculte, il découvre un rétrécissement mitral et un souffle au cœur. Incroyable, il l'a vu !

Cela n'a rien d'étonnant ! J'ai effectivement gardé un rétrécissement mitral à la suite d'un rhumatisme articulaire aigu cardiaque à sept ans et j'ai un souffle au cœur par la CMT1A (maladie génétique orpheline neuromusculaire évolutive et dégénérative) mais je vis avec depuis toujours.

Après sa visite, nous allons à la déchetterie et à la pharmacie, cette fois nos ordonnances sont renouvelées.

Au courrier, je découvre un nouveau Prix Littéraire avec le Prix Paul Éluard décerné le Jury du Grand-Prix de la Petite-Camargue (Les Amis de Frédéric Mistral et d'Alphonse Daudet, Association Littéraire Artistique pour la tradition, la Sauvegarde du ruban, du costume, des coiffes, des coutumes du Langedoc). Un de plus dans mon escarcelle. L'an dernier à la même époque, ils m'avaient décerné le Prix Edmond Rostand. C'est le 33 ème Prix depuis septembre 2013. Quel bonheur !

Je prépare le manuscrit du 3ème tome de ma saga fantastique pour le présenter à la relecture de Michel Courot. Ankolie tarde vraiment à m'envoyer les illustrations...

Les fanes de carottes ce n'est pas aussi bon que l'herbe du pré ou les feuilles de la haie !
Les fanes de carottes ce n'est pas aussi bon que l'herbe du pré ou les feuilles de la haie !
Les fanes de carottes ce n'est pas aussi bon que l'herbe du pré ou les feuilles de la haie !
Les fanes de carottes ce n'est pas aussi bon que l'herbe du pré ou les feuilles de la haie !
Les fanes de carottes ce n'est pas aussi bon que l'herbe du pré ou les feuilles de la haie !

Les fanes de carottes ce n'est pas aussi bon que l'herbe du pré ou les feuilles de la haie !

Partager cet article

Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 19:24
La baie des Trépassés ; un bateau sur le port de Douarnénez.
La baie des Trépassés ; un bateau sur le port de Douarnénez.

La baie des Trépassés ; un bateau sur le port de Douarnénez.

Le Goyen à marée haute...
Le Goyen à marée haute...Le Goyen à marée haute...

Le Goyen à marée haute...

à la pêche
à la pêche

~~Vendredi 15 mai 2015,

Le ciel couvert de nuages reste incertain. Sylvie cogne à la porte et je me lève. Nous déjeunons et je me prépare pour aller finir mon carré d'arums.

Béatrice vient à son tour alors que je suis au fond du jardin. Je ne la vois pas.

Sylvie termine ses tâches et vient me rejoindre pour m'aider. Heureusement car je peine horriblement.

Enfin, je peux installer mes plants. Ensuite nous retirons tous les cartons recouverts d'herbe de tonte... finalement cela étouffe mes plantations qui ont besoin d'air, de soleil et de pluie... je tombe... par chance ma tête évite le phare en pierres construit par Maurice. Je n'en peux plus et je souffre le martyr avec mes muscles des jambes, des bras et des mains tellement douloureux.

Maurice de son côté passe la débroussailleuse. Il essaie de ne pas trop en faire car il veut aller un moment à la pêche.

Après le repas, nous nous rendons au port de Douarnenez où nous retrouvons la grisaille su matin. J'emporte de la lecture. Nous sommes fatigués et Maurice ne reste que peu de temps... il n'y a pas de maquereaux, ni de calamars... c'est la dèche ! Il va tenter de taquiner le lieu à Audierne, mais guère plus de succès.

Trop épuisés, nous rentrons. Nous nous étendons devant la télévision puis il tente de regagner le lit mais dix minutes après il revient... mais il a oublié sa prise de morphine à quinze heures... il la prend à dix-sept heures... évidemment, il reprend de méchants maux de tête... c'est la galère en continue.

Dehors le temps est splendide et la baie de la véranda reste ouverte.

Les animaux sont heureux... Toopie batifole dans le pré, cependant que ses petites copines broutent l'herbe avec délectation.

Le jour ne s'éteint plus sur le Cap-Sizun...

L'ARBRE D'OR...
L'ARBRE D'OR...

Partager cet article

Repost0
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 18:35
L'ARBRE D'OR... jour férié
L'ARBRE D'OR... jour fériéL'ARBRE D'OR... jour férié
L'ARBRE D'OR... jour férié

~~Jeudi 14 mai 2015,

Le soleil et un ciel bleu limpide frappent à la porte suivis de Béatrice.

J'oublie de me lever. Hier soir, j'ai pianoté un moment sur le Net à la recherche d'un éditeur... je continue ma quête en évitant tous les pièges et écueils proposés en la matière aux novices.

Rien n'est facile surtout pour nous en ce moment mais cela ne l'a jamais été tout au long de ma vie... quel combat j'ai dû faire pour mener à bien ma passion... quarante ans d'une vie bien remplie, tumultueuse et bouleversée...

Nous déjeunons après les soins de Maurice et nous nous préparons pour nous rendre au trocs et puces d'Audierne.

Il y a du monde. Nous apprécions, à chaque fois, la rampe construite à notre demande... une largeur de fauteuil de trottoir ôté et une légère pente en goudron, simple et efficace suffit à notre aisance.

La manifestation offre des objets intéressants. J'achète deux babioles pour la décoration. Maurice dégote une tête de dragon sculptée dans du zinc ; un beau travail de Pierre-Yves. Plus loin, je vois un énorme yucca. Il me plaît et je fais affaire pour un bien petit prix.

Nous rentrons et Maurice installe de suite la tête de dragon sur le muret. Le soleil se reflète dans ses yeux en agate... il resplendit !

Puis il creuse un trou à la motobineuse et je plante le yucca. Nous sommes contents quand une averse monstre nous oblige à rentrer... il fait froid et le vent rugit de toutes parts.

Je me vois dans l'obligation d'abandonner mon projet : finir de planter les arums dans le carré prévu à cet effet. J'attendrai demain... il fera beau !

Après le repas, Maurice ressort pour acheter des crêpes chez Delphine et constate la présence d'un monde fou à la Pointe-du-Raz... évidemment le calendrier offre un nouveau pont en ce mois de mai 2015.

Avec le vent et la pluie, Aig et Froudenn partent se mettre à l'abri. Nous ne les revoyons plus de tout l'après-midi. Elles sortent sur un rayon de soleil à dix-huit heures... elles ont faim. Pour terminer la journée, je vais leur cueillir des feuilles de lierre. Elles accourent en bêlant à perdre l'âme... elles m'appellent et elles le savent maintenant... voici l'instant des gourmandises !

À peine terminé de grosses gouttes de pluie me font rentrer dans la véranda... de leur côté, elles se sauvent dans leur cabane.

Il fait grand jour encore, le ciel couvert se troue sur un coin de ciel bleu.

L'ARBRE D'OR... jour férié

Partager cet article

Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 19:35
L'ARBRE D'OR... nouvelle Médaille d'Argent Littéraire Internationale (32ème diplôme) 2015
L'ARBRE D'OR... nouvelle Médaille d'Argent Littéraire Internationale (32ème diplôme) 2015

~~Mercredi 13 mai 2016,

Le ciel reste couvert, gris mais doux. Véronique M. prend son service. Nous déjeunons puis je me prépare à reprendre le jardin là où je l'ai laissé hier. Béatrice vient à son tour.

Avec un piochon, je reviens sur le carré retourné à la motobineuse par Maurice. Les racines de lierre sont très profondément enfoncées dans le sol et il faut aussi retirer d'énormes bras de lierre fixés au muret. Très difficile pour moi, mais je parviens à nettoyer un petit mètre carré et lorsque je veux planter l'arum, je m'aperçois que le pot contient trois plantes... zut, il va me falloir finir l'espace beaucoup plus vite que je le pensais... il faut tout nettoyer rapidement afin que mes plants ne meurent pas.

Maurice va tondre le pré d'André et étaler les taupinières. André à réparé la motobineuse alors un service en vaut un autre... et nous en sommes très heureux.

Au courrier, je reçois une nouvelle médaille d'argent et un diplôme 2015. Aussi un courrier que j'attendais depuis des mois.

Les Editions Fayard ont bien lu mon roman 'Les Sanglots du Vent' . Voici leur réponse :

- Je tenais à vous présenter toutes mes excuses pour ce délai de réponse – je tenais en effet à étudier votre manuscrit avec attention. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire votre récit ; vous y retracez un parcours émouvant qui m'a sincèrement touchée. Mais, malheureusement, en cette période difficile pour l'édition et la librairie, nous sommes contraints de resserrer notre programme de parutions et ne pouvons le retenir pour publication.

Je ne me faisais aucune illusion ! Pas assez célèbre et en fauteuil roulant... il n'en faut pas plus pour les décourager tous ! Je me sens largement discriminée et toujours profondément déçue par ces comportements stupides en comparaison de ce que je suis amenée à supporter et à soulever pour obtenir le meilleur de moi-même. Quel combat pour s'élever au-dessus de l'ornière ! Mais qu'en savent-ils de ces heures infinies d'acharnement féroce ?

L'après-midi nous retournons déposer deux poubelles de déchets verts. Puis nous faisons une sieste.

J'ai l'impression d'être passée dans une machine tant mes jambes et mes bras me font souffrir, comme réduits en bouillie. C'est excessivement douloureux et je suis bloquée. Je me suis assoupie dans le relax.

Vingt heures vingt, il fait toujours gris... le soleil n'est apparu que pour deux heures.

Au loin la mer se confond au ciel... il pleuvra demain !

Partager cet article

Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 18:30
L'ARBRE D'OR... tous au jardin !L'ARBRE D'OR... tous au jardin !
L'ARBRE D'OR... tous au jardin !L'ARBRE D'OR... tous au jardin !
L'ARBRE D'OR... tous au jardin !L'ARBRE D'OR... tous au jardin !
L'ARBRE D'OR... tous au jardin !
L'ARBRE D'OR... tous au jardin !

~~Mardi 12 mai 2015,

Le temps s'annonce magnifique. Les derniers nuages gris de la veille s'évaporent rapidement. Ils font place au soleil. La température fraîche ce matin s'élève doucement.

Je file au jardin à huit heures trente. Béatrice me voit partir dans mon fauteuil munie de ma béquille et de mes outils... je veux en finir avec la rocaille.

Après ses soins, Maurice me retrouve au jardin. Il taille un morceau de haie pour nos biquettes.

Je tire des lianes de lierre qui se plaisent à pousser sur les murets et entre les haies. J'en ai retirer trois camionnettes à l'automne dernier et j'en trouve encore... une vraie plaie !... Mais les petites chèvres adorent les feuilles que je leur tends dans la main où elles viennent manger. Elles accourent pour dévorer cette gourmandise et maintenant elles me reconnaissent vraiment au premier appel. Elles sont heureuses et choyées.

Après le repas, Maurice passe l'auto-bineuse enfin réparée sur une petite parcelle le long du muret sans haie. Il faut retirer des lianes de lierre qui prolifèrent dans la bonne terre du pré. Demain, je planterai un arum à cet endroit ; arums qui poussent si bien, ici, en Bretagne.

Ensuite, j'irai désherber entre les hortensias, le long du garage. Les cartons recouverts de l'herbe de la tonte n'ont pas suffit à empêcher la pousse de l'herbe... dommage ! Mais peut-être sera-t-il plus facile de retirer l'herbe en arrachant les cartons... on verra !

Bon, nous avons notre dose de grosse fatigue, je ne peux plus faire un pas, je souffre de partout multiplié par des efforts que je ne peux pas faire.

Maurice dans le même état trouve encore la force d'aller à la déchetterie déposer deux poubelles et une brouette de déchets verts. Nous avions repéré une grosse souche et cette fois, il la fait basculer dans la brouette pour l'emporter à nos chèvres.

Une fois arrivés à la maison, Maurice traîne la brouette jusque dans l'enclos et dépose la souche vers l'aire de jeux. Nous observons nos petites amies. Elles se font un devoir de sauter dessus... trop drôle ! Le soir vers vingt heures trente, elles prennent un coup de folie et se mettent à courir dans tout le pré, elle saute, bondissent, cabriolent, se renversent cornes contre cornes, tournent en tous sens ou en sens contraire l'une de l'autre... elles nous offrent un spectacle burlesque. Cela nous émeut comme des enfants.

Maurice va un peu mieux aujourd'hui... ses maux de tête ne l'ont pas trop tourmentés. Il semble que la cortisone en plus de la morphine soit bel et bien nécessaire pour son œdème cérébral.

J'ai répondu à tous les courriels de mes ami(e)s et aussi comme chaque jour à ma petite-fille, Mélissa, jeune maman d'un merveilleux petit Louka de trois mois. J'ai peu écrit aujourd'hui.

La journée s'achève par la visite de Pierre sous un soleil radieux. Les Bretons s'occupaient de leurs patates et tondaient leur gazon en grand nombre. Le temps se prêtait au jardinage.

L'ARBRE D'OR... tous au jardin !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LE MONDE IMAGINAIRE de Dana LANG, conteuse aux plumes de sioux, fée des loups, auteure Fantasy, contes, nouvelles, poète insurrectionnelle (trilogie de prose poétique), lauréate de 76 Prix littéraires
  • : BIOGRAPHIE Dana LANG *1989-2002, conteuse professionnelle internationale (artiste, durant 12 ans intermittente du spectacle / Cie du Soleil Noir). Elle conte dans les écoles, collèges, lycées, bibliothèques, médiathèques, salles de spectacle, théâtres, festivals... etc... *1991, fondatrice d'une Maison du Conte 'La Biche au Bois' au Cergne (42-Loire). Elle reçoit 20 000 scolaires en attractions contées sur les Terres d'Anne de Beaujeu dans les Monts du Haut-Beaujolais, et organise un Festival du Conte et des Conteurs en Forêt et en Cabarets «Flèches des Fées» pendant cinq ans. Elle conte avec divers musiciens dont Tenzin Gonpo artiste tibétain qui l'accompagne aux instruments et à la voix. Elle parraine un enfant tibétain pendant plusieurs années. *1994, sociétaire des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Elle participe à divers festivals... *Avril 1998, elle conte dans les écoles françaises, Instituts, hôtels, villages pour le Festival International des Conteurs Francophones à Abidjan en Côte d'Ivoire. *2003, auteure, poète, en situation de handicap, elle poursuit en écrivant toute son Œuvre. Elle réécrit ses contes adaptés pour la scène (120 contes) et écrit de très nombreux ouvrages dont des contes merveilleux et fantastique, un récit autobiographique ' Les Sanglots du Vent' ; une trilogie Fantasy ' Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' (t.1 : La Dragonne et l'Œuf d'Or Sacré ; t.2 : Éloïse et le Commandeur du Temps ; t.3 à paraître) ; des témoignages de vie ' Docteurs, vous m'avez tué ! ' suite à paraître : ' La Danse de la Méduse ', ' L'Arbre d'Or ', 'La Fuite des Jours', 'La Maison du bout... de la Terre', 'Plus fort souffle le vent', 'Un Radeau dans le Ciel', 'Jusqu'au bout du Voyage', 'La Vie comme un Défi', 'Fais-moi Mourir !', 'Le Bouffeur de Vie', 'L'Ultime Voyage d'un Combattant de la Vie', 'Vogue là où te mènera ton Rêve', 'L' Envol les Ailes Brisées',... édité en juin 2019 par Horizon Littéraire Contemporain : un recueil de prose poétique et de pamphlets de 7 livrets ' Puisque tu vis, Philippe', 'Je vous écris, Frères Humains', 'À l'Aube d'un Jour, Humanité' et un livret de nouvelles 'Poindra le Jour', ... *2011, à la création de la Maison du Conte, de l'Illustration et de l' Édition Fantastique ' LA FONTAINE AUX FÉES ' édite dix de ses livres (sur plus de 30) et avec son époux Maurice JANIN, architecte d'exécution (en situation de handicap), fréquente les Salons du Livre de Rhône-Alpes, Auvergne, Bourgogne, Yonne, Paca chaque week-end durant deux ans. Sur le Salon du Livre de Lorette (42-Loire), elle rencontre Michel COUROT, Dico d'Or, grand gagnant de la Dictée de Bernard Pivot en 1995. Il deviendra son relecteur et son très grand ami. *En avril 2011, elle écrit un conte merveilleux : Flora, Pipi et Scratch, la sorcière. *2012, sociétaire des Arts et des Lettres de France, membre du bureau de l' UERA A (Union des Écrivains de Rhône-Alpes-Auvergne), ambassadrice du Cercle des Ambassadeurs Universels de la Paix, 'La Fontaine aux Fées'  édite 'Le Grand Livre de Marina' de Marina FERREIRA. *13 octobre 2013, elle est nommée Membre de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets. *Le 18 mai 2014, elle parraine le 1er Festival du Livre et de l'Illustration Jeunesse «Les P'Tits Z'Amis de Marina » à Saint-Didier-de-Formans dans l'Ain (01). *13 Juillet 2014, après avoir vécu deux ans dans le village natal de son père en Alsace près de Bâle et de très longues années en région lyonnaise, elle vit à Plogoff dans le Finistère et devient Membre de l'Association des Écrivains Bretons (AEB). Elle écrit et publie un nouveau conte ' La Fontaine de la Mer Feunteun Aod '.   *Décembre 2014, elle collabore au Festival International du Conte de Guillaume ÉKOUMÉ, au Cameroun. Elle écrit un nouveau conte 'Max, le Petit Sorcier'. *Février 2015, elle écrit un conte 'Louka, le Petit Loup de Brocéliande' dédié à son arrière petit-fils, Louka né le 5 février 2015. *23 avril 2015, elle écrit 'Le Dragon de Pors Loubous', un conte fantastique. Fin juillet, par son épouse Danyèle, elle apprend dans une profonde tristesse le décès de son indéfectible ami, Michel COUROT. *20 décembre 2015, elle conte 'Plume de Corbeau' au théâtre Georges Madec à Esquibien pour les enfants des écoles et leurs parents. *De septembre 2013 à ce jour, elle devient lauréate de 76 distinctions Littéraires  Internationales (Trophées, Mérites, Médailles, Prix, Mentions...) décernés par 16 concours Littéraires Internationaux. *2015-2016, elle recherche un Éditeur sérieux pour lui reprendre toute son Oeuvre. *En 2015, elle est invitée à Sacramento en Californie et à Prague en Tchécoslovaquie du 5 au 10 septembre 2016 par le Président de la World Académy of Arts and Culture and World Congress of Poets où elle ne pourra pas se rendre. *Le 1er février 2016, elle écrit le conte 'Justine et le Pays Contraire'. *Février 2016, elle s'inscrit dans les Salons Festivals du Livre en Bretagne qu'elle espère honorer de sa présence... le 24 avril 2016, elle se rend au Salon du Livre de Botmeur (Finistère) où elle conte et dédicace... *En juin 2016, elle écrit le conte 'Kaoura, la Princesse aux Sept Dragons'... *En 2017 'La Princesse aux Mensonges', 'L'Œil du Dragon'... et autres... *Le 9 et 10 septembre 2017, elle reçoit le TROPHEE John Ronald TOLKIEN pour le 2ème volet de sa trilogie fantastique 'Les 3 Héritiers de la Clef des 7 Mondes' tome 2 'Éloïse et le Commandeur du Temps par le CEPAL à Thionville en Lorraine. Elle reçoit d'autres Prix Littéraires Internationaux et le TROPHEE le LAUZUN de BRONZE remis par Pierre BELLEMARE... *Le 26 décembre 2017, elle perd à Douarnenez son époux bien-aimé à la suite de très grandes souffrances et d'une longue agonie de trois ans. Il sera incinéré à Quimper et ses cendres jetées en mer à 300 mètres de leur habitation. *Année 2018, elle devient membre de Bibliothéca Universalis.           * En février 2018, elle écrit plusieurs contes et nouvelles... qu'elle présente à des concours littéraires... *4 avril 2018, elle reçoit une Mention des Arts et Lettres pour son conte 'L'Œil du Dragon'. *10 août 2018, veuve elle revient s'installer avec sa fille aînée dans les Monts du Haut-Beaujolais où de plus en plus atteinte par sa maladie, elle tente de faire éditer tous ses livres. Quelques uns de ses textes paraissent dans diverses revues et livres. *Le 26 janvier 2019, elle devient membre de l'Académie Littéraire et Historique du Val-de-Saône. *Le 1er juin 2019, elle reçoit trois nouveaux Prix Littéraires Internationaux sur un conte, une nouvelle et une poésie décernés par les Arts et Lettres de France. *Le 29 juin 2019, elle reçoit le TROPHEE d'EXCELLENCE sur son OEUVRE LITTERAIRE et le PRIX d'EXCELLENCE sur son conte MAX, LE PETIT SORCIER en Français et traduit en Roumain par les Editions HORIZON LITTERAIRE CONTEMPORAIN représenté par Noëlle ARNOULT et Daniel DRAGONMIRESCU.
  • Contact

Recherche